8 - " Je pense que tout cela a rendu le peuple plus mûr et plus conscient"

- Tout à l’heure, vous disiez : “ Il faut que la peur change de camp.” Mais élargissons le sujet. Car comment faire de la politique après une année aussi sombre que 2015? où la France a été très fortement frappée, et encore touchée, cet été, par le terrorisme? Et comment répondre à cet enjeu-là, sur un plan sécuritaire notamment? Avez-vous réfléchi à des propositions pour assurer la sécurité des Français, qu’elles soient d’ailleurs sécuritaires, politiques ou diplomatiques?

(...) Je crois que l’esprit public s’est expérimenté : les gens ont commencé à dépasser certains réflexes aveuglés. Ils ont aussi observé que les mêmes méthodes étaient à l’œuvre dans le monde entier. Ils ont vu comment ceux qui ont le plus souffert des attentats, ce sont des musulmans, ceux d’Irak, de Turquie, ceux d’Afrique, au-dessus et au-delà du Sahara. Les Français identifient la nature du combat qui se mène. L’équation spontanée qu’on entretenait dans leur esprit, à savoir terroriste égal musulman, a commencé à se démembrer. Ils ont compris que c’était plus compliqué.
(...) D’innombrables gens ont compris qu’il n’existe pas de moyens efficaces à 100 % contres les méthodes d’action terroriste. Je pense que tout cela a rendu le peuple plus mûr et plus conscient, il  a appris à bien distinguer les problèmes. Les Français savent qu’un attentat nécessite un conditionnement, des moyens matériels et des structures organisées.
Les Français ont compris qu’une sécurité à 100 % n’existait pas et que, de surcroît, les critiques dans ce domaine sont malvenues. Car il est absolument certain que, quel que soit le gouvernement, et quelles que soient les équipes policières, tout le monde fait pour le mieux. Personne n’a envie qu’un attentat ait lieu. Je suis certain que de nombreux attentats ont été déjoués.
Mais il faut traiter d’abord la cause profonde du problème, la base de départ des ordres et des moyens matériels de l’action terroriste. Il faut mettre fin à la guerre au Moyen-Orient. La guerre qui a lieu en Irak et en Syrie n’a rien à voir avec la religion, c’est une guerre de gazoducs et de pipelines. (...)
Sur tous ces sujets, j’ai discuté très longuement avec des responsables de services de sécurité du pays. Certains, à l’écoute de ce que je disais à la radio ou à la télévision, ont voulu me rencontrer. De ce fait, je pense porter une parole bien informée.

- De ces problématiques, vous en avez peu parlé ces derniers mois, pourquoi?

Si, évidemment, à chaque émission on m’interroge dessus. Il faut se rendre compte que c’est le genre de matière qui ne peut pas se traiter comme une autre, à la va-vite. Donc souvent j’ai trouvé en face de moi des interlocuteurs totalement désarmés dès que j’énonce autre chose que l’un des refrains habituels. Je me souviens si bien d’une scène caricaturale, dans une émission, où je suis interrogé par M. Ali Badou. C’est quelqu’un de fin, d’un haut niveau intellectuel. Il me demande comment je compte arrêter la vague d’attentats. Je commence ma réponse en disant : “On arrête la guerre”, et il me réplique : “C’est aussi simple que ça?”, au lieu de me demander comment je comptais faire pour arrêter la guerre. Ma réponse est tellement hors norme que la dépêche de l’AFP m’attribue à moi la formule “c’est aussi simple que ça” et même “il faut arrêter de bombarder là-bas”. L’info commence à circuler sur cette base et me vaut l’habituelle mise au pilori que l’on devine. Seul l’hebdo Marianne s’excusera d’avoir repris l’information fausse de la dépêche. Les autres ont continué leur vie comme si de rien n’était. On voit donc que, dans des domaines complexes, les gens qui devraient écouter n’écoutent pas en réalité.

(...)
Donc le premier aspect est politique : il s’agit de mettre à nu les raisons de la guerre. Deuxièmement, mettre à nu les systèmes d’alliances. Troisièmement, couper les sources de financements. Quatrièmement, ne bombarder que les réfractaires à la paix. Et pour vérifier ça, place à la diplomatie. C’est la partition qui doit nous occuper nous, les Français, pour garantir notre sécurité.

(...)
Quoi qu’il en soit, le rôle de l’ONU dans la région moyen-orientale doit être restauré. C’est le futur de l’humanité qui est en cause. Nous avons besoin d’un organisme international qui ordonne le monde. C’est l’ONU. L’enjeu, ce n’est pas seulement les guerres que nous avons sous les yeux. Mais celles dont les causes mûrissent sous nos yeux. Face à la course aux matières premières, il faut placer sous protection du droit international et de l’ONU, les immenses zones sans propriétaires comme l’espace, les planètes, les abysses marins, les pôles. Oui, par rapport à l’espace aussi, parce que les Américains ont décidé qu’on avait le droit de s’approprier des bouts de la Lune si on était capable d’y aller. Ça veut dire que les traditionnelles raisons de guerres que nous avions déjà sur Terre depuis une quarantaine de siècles, nous sommes en train de les transposer dans les grands fonds marins et dans l’espace interstellaire. Donc, voici ma méthode pour la paix. Quelle autre sinon? Accepter la loi du plus fort comme aujourd’hui, c’est laisser venir une guerre généralisée. Le drame, c’est que la France ne propose rien à personne à part des bombardements à la petite semaine.

(...)
En réalité, nous avons tout ce qu’il faut, nous, les Français, pour pouvoir jouer un rôle décisif dans un monde de plus en plus incertain. Mais il ne faut pas être alignés sur les Américains, il ne faut pas être alignés sur les Qataris, il faut être indépendants. C’est le mot clé, “l’indépendantisme français”. C’est pour ça que je suis un peu malheureux quand on me dit que ce sont des sujets sur lesquels je ne m’exprime pas. Je suis le seul à avoir fait une conférence en 2012 sur la politique de défense hors lien avec les affaires étrangères. Le seul à avoir fait des Assises Défense avec des généraux et amiraux à la retraite et des officiers d’active présents ce jour-là. Pas une caméra de télé n’était présente, en revanche.

Jean Luc Mélenchon   LE CHOIX DE L’INSOUMISSION   Seuil
( p. 349-352, 354-357)

Pour diffuser cet article sur votre site, voici la source à joindre :
http://epanews.fr/profiles/blog/list?user=2b5ujw22gsg0o  

Visites : 48

Rejoignez-nous !

Communauté

épanews est le 1er réseau social dédié à l'épanouissement et au bien-être.

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

à ne pas manquer

© 2017   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation