"Le grand art pratiqué par les étudiants du Talmud est l'art de la friction.
Les maîtres disaient : Trouve un autre élève et heurte-toi avec lui, frotte-toi avec lui.
C'est quelque chose de très universel que l'on retrouve dans toutes les écoles de sagesse. Dans leur entraînement, les jeunes Tibétains se troublent, se heurtent, ils récitent des sutras et ils se contredisent. C'est l'art de la relation consciente par la friction.


Le fait de refuser constamment la friction empêche la relation consciente, parce que toute relation est au départ une friction et ne vivre que dans la réaction et ne gérer que la réaction empêche la création, le feu né de la friction. L'étude du talmud a ceci de remarquable qu'elle oblige à la friction. Elle oblige à la vie, et il est merveilleux de voir comment, lorsque nous adaptons cette démarche à la vie quotidienne, nous faisons de chaque évènement une ligne du Talmud et nous devenons des êtres de friction.


Notre grande tristesse provient du fait de ne jamais autoriser cette rencontre consciente, cette relation consciente avec ce qui est. Justement, le vécu d'une transformation qui passe de l'état de victime à l'état de disciple est celui du passage d'une relation évitée à une relation consciente.


Les êtres qui sont disciples d'un enseignement authentique sont constamment dans la relation consciente, ils ne sont jamais dans l'évitement de la relation. Il y a effectivement, à ce moment là, une façon de vivre, d'écouter, d'être disciple de ses propres réactions et de grandir à travers la relation – mais on a tellement tendance à se protéger et à penser qu'on va grandir entre deux relations !

Comme si, entre les relations, on avait la capacité de grandir avec de la méditation, avec du yoga, avec du zen, ou je ne sais quoi, comme si on prenait un peu de vitamines pour venir ensuite dans la relation pour faire quelque chose, alors que c'est au cœur de la relation consciente, de la friction consciente que s'établit cette reconnaissance qui nous grandit, qui est le grandir du monde.
C'est le jeu du lien frictif. Dans la relation évitée, on est dans le lien fictif.
Il faut passer du lien fictif au lien frictif." -

Yvan Amar

Visites : 220

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

Agenda

© 2021   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation