La question du temps conduit à se demander ce que nous cherchons. Quoi ? De l’harmonie.

Quel rapport Jean-Luc Mélenchon entretient-il avec l’écologie ? Quel est son parcours intellectuel vers elle ? Comment voit-il l’avenir de la civilisation ? Il n’avait jamais parlé ainsi. Entretien.

Jean-Luc Mélenchon est député des Bouches-du-Rhône et président du groupe de la France insoumise à l’Assemblée nationale.

Reporterre — Vous définiriez-vous comme écologiste ?

Jean-Luc Mélenchon — Volontiers. Même si la notion peut être décrite dans un spectre extrêmement large de définition.


Quelle serait votre définition ?

D’abord un mot sur mon parcours. Je viens de la gauche la plus traditionnelle, productiviste. J’étais persuadé que le développement des forces productives était le préalable au progrès social parce qu’il augmentait la quantité de richesses à distribuer. On s’interrogeait peu sur le contenu des besoins à satisfaire. Je me rappelle avoir entendu des argumentaires du type : « Les capitalistes proposent des Mercedes pour les riches et des 2 CV pour les pauvres ; nous, c’est Mercedes pour tout le monde ». On parlait de la société de consommation pour dénoncer l’aliénation qu’elle provoquait plutôt que la destruction qu’elle engendrait. J’ai fait partie de ceux qui trouvaient insupportables les travaux du Club de Rome. Nous les considérions comme des suppôts des capitalistes, qui étaient là pour endoctriner les gens et leur faire aimer leur misère. La première entaille pour moi a été la fréquentation d’Alain Bombard [1 a href="https://reporterre.net/Jean-Luc-Melenchon-L-ecologie-doit-etre-un-stimulant-d-enthousiasme#nb1">https://reporterre.net/Jean-Luc-Melenchon-L-ecologie-doit-etre-un-s...> ], qui soulevait nombre de questions sur l’environnement.


Quand était-ce ?

La première fois que j’ai commencé à parler avec Bombard, c’était vers 1977. Après, il y a eu la contestation du nucléaire. Je suis dans l’Essonne, où se trouve le plateau de Saclay, sur lequel est implanté le CEA (Commissariat à l’énergie atomique). On y trouvait beaucoup d’opposants au nucléaire conventionnel.


Au sein du CEA ?

Oui. Ainsi j’ai travaillé intellectuellement avec un homme qui était partisan des centrales à sels fondus. Des personnages comme lui remettaient en cause une évidence pour un intellectuel tel que moi spécialisé dans les lettres et la philosophie. Je nageais dans l’illusion que la technique pouvait atteindre des perfections ultimes. Eh bien non, d’autres solutions que celles affichées étaient possibles. D’autres discutaient aussi de la fusion nucléaire. Cela ouvrait d’autres perspectives. Et tous avaient en commun de dénoncer les dangers du nucléaire tel qu’on le connaissait. Mais, être de la première gauche et contre le nucléaire, c’était à l’époque une contradiction.
« Mai 68 m’a amené à Marx, et Tchernobyl m’a amené au nucléaire. »

Et puis, il ne faut pas croire que les gens sont touchés par la grâce, ou qu’un jour surgit le concept qui illumine et transforme votre vie. Cela ne m’est arrivé dans aucun domaine, même pas avec le marxisme, qui pour moi a pris la suite des textes de Teilhard de Chardin a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Teilhard_de_Chardin">https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Teilhard_de_Chardin> .


Vous aviez lu Teilhard de Chardin ?

Oui. Avec passion.


À quel âge ?

Je n’ose pas le dire. Vous allez vous foutre de moi.


Non, pas du tout.

14-15 ans.


Et Marx, vous l’avez découvert après ?

Oui, c’était plus facile de rentrer dans Marx. Je viens d’un milieu catholique. Je lis toutes les encycliques parce que cela m’intéresse. Mais passons sur cela. Teilhard de Chardin introduit l’histoire dans la foi. Ensuite, quand vous trouvez avec Marx l’histoire moins la foi comme cause de mécanismes spontanés, il est moins difficile de passer de l’un à l’autre. Donc, en ce qui concerne l’écologie, c’est pareil, je n’ai pas été touché par la grâce, j’ai été ébranlé par des situations. Mai 68 m’a amené à Marx, et Tchernobyl m’a amené au nucléaire.


Le nucléaire vous a bousculé, ce n’est pas l’évolution d’une démarche intellectuelle ?

Il y a eu l’affaire Tchernobyl. Michèle Rivasi et la Criirad Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_de_recherche_et_d%27information_ind%C3%A9pendantes_sur_la_radioactivit%C3%A9">https://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_de_recherche_et_d%27inform...>  ont diffusé des informations qui m’ont perturbé. J’ai écrit aux autorités pour savoir. On m’a fait une réponse qui était une offense à l’intelligence : les mêmes réponses stéréotypées qui avaient été faites deux ou trois ans auparavant à d’autres collègues.

Pour avoir une idée plus précise, je suis allé visiter la centrale de Nogent-sur-Seine. C’est la seule centrale nucléaire au monde installée en amont du fleuve qui abreuve la capitale d’un pays ! Après avoir fait la visite, on s’est retrouvé sur les toits, et pour être aimable avec les gens qui étaient là, dont je voyais bien qu’ils étaient mal à l’aise, je leur dis : « Oh, vous avez une jolie forêt, elle doit être giboyeuse ! » Et un gars me dit : « Oui, oui, mais nous notre problème, ce ne sont pas les cerfs et les biches, mais les lapins. Parce qu’ils rongent les câbles. » Je le regarde. Il change de couleur. Tout le monde change de couleur. Le gars s‘aperçoit qu’il a dit une bêtise. « Non, non, on a mis des grillages en profondeur, et tout est net. » On est reparti avec, outre le malaise qu’on ressentait déjà, de la peur. J’ai compris que ces gens ne contrôlaient pas les choses autant qu’ils le disaient.

« La centrale de Nogent-sur-Seine est la seule centrale nucléaire au monde installée en amont du fleuve qui abreuve la capitale d’un pays ! »




Les lapins pourraient mettre à bas une centrale située à 50 km de Paris.

C’est ce qui est apparu ce jour-là. Je ne sais pas si c’est toujours le cas ou si on a enterré plus en profondeur les grillages pour empêcher les lapins de passer. Mais, c’est ce que m’a dit cet homme. À partir de ce moment a commencé un cheminement pour me demander ce qu’on pourrait faire à la place du nucléaire. Et j’ai commencé à m’intéresser aux énergies alternatives. Et des énergies alternatives, vous passez à d’autres idées. Là dessus, deuxième rencontre intellectuelle, ma propre fille, qui, bien dans sa génération, est écolo-républicaine. Elle a commencé ma formation.


Elle milite dans une association ?

Non, elle était écolo au collège et ensuite au lycée. Elle s’intéresse, elle lit, elle soulève des problèmes. Elle me montrait le caractère archaïque de ce que je racontais. Comme souvent dans les relations entre les parents et les enfants, on n’est pas dans la polémique, mais dans l’attention bienveillante, l’échange. L’amour, quoi. Et pour échanger, il faut avoir de bons arguments, et quand on ne les trouve pas, on a tort. Ma fille a joué un rôle déclencheur sur moi en me poussant à lire sur des sujets sur lesquels je n’avais jamais été. Notamment sur les énergies alternatives et l’alimentation.


À quel rythme lisez-vous ?

Je lisais jusqu’à il y a peu, c’est-à-dire jusqu’à l’entrée par effraction du smartphone, qui a provoqué chez moi une phase d’addiction et d’abaissement du niveau de l’attention. Je suis en phase de reconstruction. Je lisais à la cadence d’un livre par semaine. Avec une règle : je ne lis que ce qui me fait plaisir. Et je lis sans méthode et sans ordre. Si cela ne me fait pas plaisir, je pose le livre. Je lis avec des critères variés, selon l’intérêt pour un sujet, ou à l’occasion d’un cadeau, ou attiré par une belle couverture. Par exemple, j’ai découvert la littérature américaine en achetant des bouquins au bistrot en face de la gare de Lons-le-Saunier. C’est comme cela que j’ai commencé une collection d’un millier de bouquins de science-fiction… Ou un auteur comme Kurt Vonnegut a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Kurt_Vonnegut">https://fr.wikipedia.org/wiki/Kurt_Vonnegut> , qui fait des entrées sur l’écologie par l’absurde du quotidien — j’ai beaucoup aimé Le Berceau du chat, qui traite d’une invention scientifique qui transforme la flotte en glace, très drôle. J’ai commencé aussi comme ça à lire Erskine Caldwell a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Erskine_Caldwell">https://fr.wikipedia.org/wiki/Erskine_Caldwell> .


Quels sont les penseurs de l’écologie qui vous ont marqué ?

Aucun. Des articles, des papiers, oui. Je ne peux pas me réclamer d’une lecture méthodique et je ne saurai pas vous citer des auteurs sur le sujet. J’ai beaucoup lu, beaucoup discuté.


Illich, Gorz, Ellul, Jonas ?

Gorz, oui, mais mal, Ellul de loin, Virilio davantage. Mais Alain Lipietz, qui a théorisé sur le paradigme écologiste et sa substitution au paradigme du mouvement socialiste, m’a profondément ébranlé.


Avez-vous lu l’encyclique Laudato si ?

Ah oui, bien sûr.
« Il y a le mot provocant, dont je raffole, de “planification” . »


Votre théoricien de l’écologie, c’est le pape François ?

Il ne m’a plus rien appris mais j’ai été intéressé. Cette encyclique sent le soufre. Elle comporte des aspects qui pourraient être qualifiés d’hérétiques si Ratzinger [le précédent pape, Benoît XVI] était toujours le préfet pour la Congrégation de la doctrine de la foi. Parce que mettre Teilhard de Chardin, auteur à l’index, dans une encyclique…

Donc finalement, j’ai été de papier en papier. Et, à un moment donné, ça a été la bascule. La première fois que j’ai écrit sur l’écologie, c’était pour le congrès du PS en 2008. J’introduisais le concept de « planification écologique ». Parce qu’entretemps, j’avais compris de quoi on parlait — y compris comme homme qui vient de la tradition socialiste et qui avait fait le tour par Marx. Marx parle de la nature comme « du corps inorganique de l’homme ». Il ne sépare pas l’homme de la nature.

Donc, je suis passé par Marx et j’ai compris ce qu’est réellement l’écologie politique. Ce n’est pas de l’environnementalisme, ce n’est pas la nature qu’on défend. C’est considérer qu’il y a un seul écosystème compatible avec la vie humaine. Et cela a été la phrase clé pour moi. Nous parlons des biens communs. Sont des biens communs ceux qui rendent possible la survie du seul écosystème compatible avec la vie humaine. À partir de là, les choses se sont mises en ordre dans ma tête.


Vous pouviez articuler ce Marx-là avec Teilhard de Chardin ?

Teilhard change la perception du temps circulaire de la foi. La foi basique qu’on enseigne à un gamin de huit ou neuf ans, comme c’était mon cas, est circulaire : chacun fait son salut, point. Avec des bonnes actions. Dieu pèse le bien et le mal. Mais Teilhard de Chardin ajoute une idée : vous êtes responsable de la suite de l’histoire et de l’accomplissement de l’œuvre de Dieu.


C’est d’une certaine manière du marxisme ?

Il y a une dimension sagittale, une direction de l’histoire. Il n’y a pas de sens à l’histoire, mais des directions possibles. Dans le matérialisme historique revisité — qui va m’amener à parler de « nouvel humanisme » —, les êtres humains sont responsables de la suite de leur existence et de leur histoire. On rétablit une responsabilité qui n’existait pas avant. La nature était juste un objet de domination, de conquête. À présent, je parle d’harmonie au sens matérialiste : concordance des temps. À partir de là, je suis entré dans le concret gouvernemental avec la planification écologique.

Il y a le mot provocant, dont je raffole, de « planification ». Si j’avais seulement dit : « J’ai des points d’accord avec les écolos », on aurait dit : « Très intéressant mais on s’en fiche. » Mais parler de planification, c’est parler de mise en œuvre. La planification, c’est la maîtrise du temps, la domination des êtres humains sur le temps, qui est la dimension cachée et immatérielle de la réalité sociale, y compris de la réalité politique.
« Tant que l’homme n’aura pas trouvé les conditions, les clés de l’harmonie, c’est-à-dire de la coïncidence des temps et des cycles, il vivra en contradiction avec l’environnement qui l’a fait évoluer plus vite que sa capacité d’adaptation. »

Vous allez voir pourquoi et comment on va passer du temps à l’écologie. Il y a deux paramètres qui animent l’histoire. Le premier, c’est la structure du temps en tant que propriété de l’univers social et non pas arrière-plan abstrait. Ici, j’ai transposé l’idée de Stephen Hawking dans l’univers social. À partir de là, vous avez une piste féconde sur la compréhension du temps, qui n’est au fond, pour un matérialiste, que des rythmes. Le deuxième paramètre est le nombre des êtres humains. On décrit le temps comme le circuit de la planète autour du Soleil. Tant qu’on est dans une civilisation agricole, cela a du sens, le temps correspond à l’ordre social. Mais les grandes ruptures techniques qui permettent le développement du nombre de la population n’ont plus de rapport avec les tours autour du Soleil, ils ont un rapport avec la masse des êtres humains. Le nombre, et les fluctuations du nombre, est le paramètre central de la dynamique de l’histoire, dont la lutte des classes n’est qu’une sous catégorie. Pour qu’il y ait lutte des classes, il faut qu’il y ait accumulation et pour cela il faut pouvoir accumuler. Donc, il faut qu’il y ait déjà un certain nombre d’êtres humains.

J’ai expliqué ceci dans mon livre L’Ère du peuple, en 2014. Ma conclusion était qu’à chaque fois que l’effectif de l’humanité double, elle change de régime social et de civilisation.


Le temps est orienté.

Attendez. La question du temps conduit à se demander ce que nous cherchons. Quoi ? De l’harmonie. L’harmonie, cela peut paraître de la métaphysique ! Mais non. L’harmonie est la coïncidence des cycles du temps. Ce qui conduit à l’écologie.


C’est quoi, les cycles du temps ?

Il y a le temps de la prédation et le temps de la reconstitution par la nature de ce qu’on lui a pris. Cela implique un concept nouveau : à la place de celui de révolution, c’est le concept de bifurcation. En changeant un paramètre de la trajectoire générale, la dynamique de l’histoire peut changer de cours du tout au tout. Ces trois idées me placent sur le terrain de l’écologie politique mais dans une vision matérialiste.


Le temps, le nombre et… ?

Et les dynamiques à l’œuvre dans l’Histoire. Voilà comment je suis entré dans la planification écologique. Et ensuite, je me suis senti l’audace de partir des concepts fondamentaux de l’écologie politique : les biens communs, l’unité et l’indivisibilité du rapport de l’homme à la nature. J’ai écrit l’été dernier un texte sur le nouvel humanisme [2 a href="https://reporterre.net/Jean-Luc-Melenchon-L-ecologie-doit-etre-un-stimulant-d-enthousiasme#nb2">https://reporterre.net/Jean-Luc-Melenchon-L-ecologie-doit-etre-un-s...> ], dans lequel j’ai essayé de montrer le lien existant dans l’histoire entre la pensée écologiste et le vieux courant des Lumières. On part de la centralité de l’être humain, ce qui ne contredit pas la pensée écologiste, car en même temps, la nature cesse d’être un objet, elle devient partie prenante du processus global. L’homme ne se pense plus seulement par rapport à lui-même mais dans sa relation avec la nature. Et tant qu’il n’aura pas trouvé les conditions, les clés de l’harmonie, c’est-à-dire de la coïncidence des temps et des cycles, il vivra en contradiction avec l’environnement qui l’a fait évoluer plus vite que sa capacité d’adaptation.
« L’information nous permet de disposer des matériaux pour penser. Mais aujourd’hui, on ne dispose pas à l’échelle de masse des matériaux pour penser. »


Dans les trente ans qui viennent de s’écouler, la population mondiale a doublé, et elle continue de croître.

Dès lors, l’enjeu est de révolutionner de fond en comble le mode actuel de production et de consommation. Attention, la question de la consommation n’est pas l’annexe. L’être humain est le sujet de besoins qui sont culturellement déterminés et produits — le capitalisme de notre époque nous l’enseigne mieux qu’à aucun autre moment de l’histoire. Si nous ne  révolutionnons pas ce mode de production et de consommation, la catastrophe est certaine. Il est possible qu’elle intervienne de toute façon, et qu’elle nous mette tous au pied du mur, individuellement et collectivement.


Comment répondez-vous à la possible catastrophe écologique ?

Par la révolution citoyenne. L’idée en est la réappropriation par les êtres humains de leur destin. Le système nous aliène en ce sens qu’il efface les causes et rend les individus responsables de la situation pour la leur faire accepter. D’où l’importance du système d’information. L’éducation nous apprend à être autonomes et l’information nous permet de disposer des matériaux pour penser. Mais aujourd’hui, on ne dispose pas à l’échelle de masse des matériaux pour penser. On a outils de masse, oui. Et puis des îlots de résistance qui essayent de maintenir une lumière allumée dans une autre direction. Mais l’obscurantisme actuel est supérieur à l’obscurantisme religieux. Parce que l’obscurantisme religieux, c’est une fois par semaine, avec la célébration de la messe. Avec l’obscurantisme de la publicité et des médias, c’est tous les jours, toutes les heures, tout le temps.


Révolutionner les modes de production et de consommation pour éviter la catastrophe, c’est quoi concrètement : la frugalité, la sobriété ?

Un, on arrête le nucléaire. Il faut créer d’autres sources d’énergie.

Ensuite, on ne peut pas continuer à manger des choses qui nous rendent malades. Comment règle-t-on ce problème ? Cela passe par des choses modestes : par exemple, 100 % bio à la cantine scolaire. Le mécanisme économique de base va être la relocalisation. Tout ce qu’on peut relocaliser doit être relocalisé.

Ensuite, diminuer les surfaces imperméabilisées. Donc, il faut travailler autrement.
« On ne peut pas continuer à manger des choses qui nous rendent malades. Comment règle-t-on ce problème ? Par des choses modestes : par exemple, 100 % bio à la cantine scolaire. »

Bref, on prend les choses une par une, sous leur aspect concret. Mais ces aspects concrets sont une interpellation de toute la logique du système. La bataille politique devient une bataille culturelle. Il faut une grande cure de désintoxication. Et, il faut le faire avec soin et méthode.

Mais on ne va pas dire aux gens que tel ou tel plaisir est dorénavant interdit. La sobriété ne peut pas être un mot d’ordre. C’est un objectif mais cela ne peut pas être un mot d’ordre.


Le pivot essentiel de la sortie du nucléaire est une forte réduction de la consommation d’électricité. Comment sort-on du nucléaire, si on ne dit pas qu’il faut réduire fortement la consommation d’électricité ?

On va commencer par dire qu’il faut une énergie alternative qui s’applique maintenant à toute vitesse. Il faut modifier la législation et expliquer aux gens pourquoi. Parce que cela urge, parce que le nucléaire est dangereux. Et après, on va dire : « Les amis, il faut que l’un descende et que l’autre monte. Il va bien falloir réduire la consommation électrique. » On le prendra concrètement. Par l’intérêt général. La révolution citoyenne nécessite un peuple révolutionnaire citoyen.


Y a-t-il une planification écologique de la réduction de la consommation d’énergie ?

Évidemment, parce qu’une bonne part de la consommation des énergies est absurde. Mais il faut laisser tous les sujets ouverts. Ne commençons pas avec ce qui va braquer tout le monde. L’écologie doit être un stimulant d’enthousiasme, de techniques, de manières de vivre. C’est comme cela qu’on peut entrainer le grand nombre et le convertir à préférer l’intérêt général. Démanteler le nucléaire, on va le faire avec les ingénieurs du nucléaire.


Par la technique. La technique est votre métaphysique d’une certaine manière…

Non, non.


On va employer d’autres mots : « l’œuvre de l’homme »…

Non, non, non. Ce qui serait au-delà de la physique, il n’y en a pas beaucoup chez moi. Sinon, une forme de mystique admiration pour le grand tout et son incroyable intégration. Mais je n’ai pas la métaphysique de la technique, c’est différent.
« L’espèce humaine est une espèce invasive, elle occupe tous les espaces disponibles. »


Vous avez dit qu’il est très difficile de parler de sobriété. Mais, globalement, ne peut-on pas dire aux habitants des pays riches comme la France : « Si vous voulez éviter une catastrophe, il faut vraiment qu’on change nos modes de consommation. Donc on réduit la consommation » ? Peut-on  dire cela ?

Si on veut se mettre mal, on fait comme cela. Mais ce n’est pas comme cela qu’il faut faire. Il faut plutôt tracer la ligne d’horizon. Dans les grandes écoles où je passe, je dis : « Étudiez bien parce qu’on va avoir besoin de vous ! Parce qu’il va falloir arrêter ceci, arrêter cela et on va faire autre chose. » Autre exemple : vous voulez une agriculture paysanne et bio ? Très bien. Il faut  400.000 néo-paysans. Qui ? Il va bien falloir qu’il y ait un appétit, un intérêt. Il faut susciter le désir d’une appropriation collective, qui va passer par une lutte culturelle contre des manières d’être, de vivre. C’est pour cela que ça s’appelle « révolution », parce qu’on va changer le régime de la propriété dans certains domaines. Changer la hiérarchie des normes. Et, changer les valeurs dominantes de la société. Mais il faut que cela repose sur du désir, de la volonté de l’enthousiasme. Je suis certain que la jeunesse de ce pays, qui est l’un des plus jeunes d’Europe, est disponible pour cela.


La population mondiale continue de croître, notamment en Afrique. Quelles conséquences concrètes cela a-t-il sur le monde du XXIe siècle ?

Les êtres humains se déplacent et occupent tout l’espace.. Plus de la moitié de l’humanité est arrivée au bord de la mer. L’étape suivante, c’est l’occupation de 70 % de la planète qui est tenu par la mer. Les humains sont entrés en mer : ils font des trous, ils sortent du pétrole, ils jettent des déchets. C’est le prochain sujet concret : ils sont en train de rentrer dans la mer.


C’est la question migratoire ?

Elle est globale. L’espèce humaine est une espèce invasive, elle occupe tous les espaces disponibles. Donc, il faut essayer de faire bifurquer la dynamique de l’Histoire. Une bifurcation est le changement d’un des paramètres. Nous pouvons changer la trajectoire de l’humanité si au poste de commande, il y a la volonté d’harmonie avec la nature.

« Je suis très angoissé par l’idée qu’on ait pu atteindre une limite et qu’on serait incapables de la franchir, comme l’Empire romain, qui s’est effondré. »

Je suis très angoissé par l’idée qu’on ait pu atteindre une limite et qu’on serait incapables de la franchir, comme l’Empire romain, qui s’est effondré sur lui-même. C’était un empire local. Aujourd’hui, nous sommes un empire global. Si vous laissez aller les choses comme cela dans 100 ans, il n’y aura plus personne.



C’est une angoisse écologique.

Oui. Mais je ne peux pas porter le discours comme cela parce qu’il casse les jambes, il tétanise la tête. La peur n’aide pas à vouloir avancer. Ce qui aide, c’est l’enthousiasme.


Deux questions d’actualité d’écologie pour conclure. Quel avenir pour la Zad de Notre-Dame-des-Landes ?

Il y a là un bouillon de culture qui va produire quelque chose. D’abord, cela va produire d’autres Zad. Il n’y a pas beaucoup de grandes victoires, en ce moment. Donc, celle-là retentit. Son retentissement pour les grands projets inutiles va être considérable. Plein de gens se sentent maintenant habilités à dire : « Mais pourquoi fait-on ceci ? Pourquoi là ? Ah bon, on va gagner un quart d’heure de trajet ? Et, pourquoi faire, s’il vous plaît ? »

L’autre point qui m’intéresse est le processus d’autoorganisation à l’intérieur de la Zad. Aujourd’hui, la société libérale impose des reculs permanents du droit et des droits collectifs au profit de l’empilement de droits singuliers et particuliers, qui vont toujours aux plus forts. Le mouvement ouvrier a commencé comme une irruption de la volonté de droits collectifs à l’intérieur d’un espace qui n’en avait pas, l’entreprise. Là c’est pareil : les droits écologiques surgissent par la lutte. En imposant des droits écologiques, on impose des droits humains.


Mais l’autoorganisation ?

Elle produit un nouvel âge de la lutte pour les droits. Évidemment, c’est expérimental, local, il y a plein de critiques à faire. Mais cela a surgi. C’est une autoproduction de la réalité, un surgissement d’une nouvelle réalité. Nous, la France insoumise, on veut répandre çà. L’autoorganisation des masses produit les phénomènes révolutionnaires.

On disait autrefois que la société bourgeoise s’est créée à l’intérieur de la société féodale, puis a renversé les barrières féodales. Le mouvement ouvrier s’est infiltré dans la société capitaliste, avec les mutuelles, les coopératives, les syndicats, et espérait devenir hégémonique. Aujourd’hui, nous sommes en panne d’un acteur de l’histoire. Le peuple ? Il faut qu’il surgisse. Comment ? Sous quelle forme ? Par l’autoorganisation.
« Si on continue à exploiter le nucléaire, on continue à fabriquer des déchets dont on ne sait pas que faire. »


L’autre actualité de l’écologie, c’est Bure et le projet d’enfouissement des déchets nucléaires. Qu’en pensez-vous ?

Ce qu’on nous propose n’est pas raisonnable. L’enfouissement à Bure n’est absolument pas raisonnable. Ils veulent creuser un trou pour y placer des déchets afin de ne plus les voir. Et, sans se poser la question de savoir ce qui se passera une fois qu’ils seront au fond pour 20.000 ans ? Ce n’est pas raisonnable, donc il ne faut pas le faire. Il reste la question : Qu’est ce qu’on en fait ?

Si on continue à exploiter le nucléaire, on continue à fabriquer des déchets dont on ne sait pas que faire. D’où l’urgence d’arrêter le nucléaire. Sinon, on a l’impression de naviguer d’une idiotie à une autre. Enfouir ? Faire des piscines ? Personne ne sait non plus comment elles vont évoluer. Donc, un, arrêter le nucléaire afin de stopper le volume des déchets. Deux, investir dans la recherche fondamentale. Parce que, sans recherche fondamentale, il n’y a aucune solution pour gérer le refroidissement des déchets.


Vous vous opposez à Cigéo ?

Oui. On ne peut pas accepter des solutions absurdes. Le refus de l’exigence écologique est une aliénation.

  • Propos recueillis par Hervé Kempf

https://reporterre.net/Jean-Luc-Melenchon-L-ecologie-doit-etre-un-s...


    

 

Visites : 20

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

Commentaire de Anne le 12 Mars 2018 à 17:10

Pourquoi le philosophe, l’humaniste Jean-Luc Mélenchon est diabolisé par l’oligarchie médiatique!... 

en attendant qu’un maximum de citoyens prennent conscience de la manipulation de ces forces mondiales de l’argent, via les traités européens - forces productivistes destructrices de la planète et…. de l’humanité?
.
.

"Il faut réduire les besoins à la source" 

http://epanews.fr/profiles/blogs/il-faut-r-duire-les-besoins-la-sou...

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

© 2018   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation