L'ère du verseau ère de la conjonction des contraires

L'ère du Verseau, ère de la conjonction des contraires -------- Selon les conceptions astrologiques, le déplacement de l'équinoxe du printemps ou "point vernal", qui, dans la période actuelle, quitte la Constellation des Poissons pour entrer dans celle du Verseau représente le début d'un nouveau chapitre de l'évolution de l'humanité. Ce point se déplace d'un degré sur l'équateur céleste tous les 72 ans. Les 360 degrés du zodiaque des constellations seront donc parcourus en 25920 ans. C'est la grande année dite de Platon. Au bout de 30° soit 2160 ans, le soleil à l'équinoxe de printemps se lève face à un autre signe et c'est précisément ce qui se passe à notre époque. Nous entrons dans un nouveau "mois", dans une nouvelle ère. Le grand psychiatre Carl Gustav Jung, qui a une vision originale de ces ères en faisant appel aux archétypes de l'inconscient collectif, fait remarquer en 1951 :"Si l'éon des Poissons est, selon toute apparence, gouverné principalement par le motif archétypique des "frères ennemis", le problème de la conjonction des contraires se posera, en coïncidence avec l'approche du prochain mois platonicien, c'est à dire celui du Verseau." Aïon 1951. Dans l'édition allemande de 1976 et traduite en 1983, Jung reprend ce passage et le précise "Si, comme tout le donne à penser, l'ère des Poissons a été essentiellement régie par le thème des "frères ennemis", l'approche du mois platonicien qui lui succède, l'âge du Verseau, doit poser le problème de l'unification des opposés. Il ne sera plus possible alors d'escamoter le mal comme simple privatio boni, mais il faudra bien reconnaître son existence réelle. Ce problème ne pourra toutefois être résolu ni par la philosophie, ni par l'économie nationale, ni par la politique, ni par les Eglises historiques, mais il ne pourra l'être que par l’individu, c'est à dire à partir de l'expérience originelle de l'Esprit vivifiant, dont le feu fut transmis, avec tous les malentendus liés à l'époque, par un Joachim de Flore entre beaucoup d'autres." (p.100) Les effets de l'ère du Verseau sont-ils déjà perceptible ou non ? Le débat est ouvert mais que valent dix, vingt ou trente ans sur plus de deux millénaires ? Il est difficile de constater avec précision un changement d'ère. L'influence de l'archétype d'un mois du monde doit diminuer progressivement alors que celle du suivant commence à être perceptible. On a dit que le Christ symbolisait le début de l'ère des Poissons et le sacrifice du Bélier, qui était le signe astrologique précédent. A-t-on un point de repère équivalent pour signifier la fin de l'ère des Poissons et le début de l'ère du Verseau ? Certains lecteurs peuvent s'interroger sur le déroulement inhabituel des signes. Pourquoi est-il d'abord question du Bélier, puis des Poissons et enfin du Verseau ? Le point vernal est rétrograde. Si on remonte à plus de 4000 ans, il a d'abord balayé la constellation du Bélier jusqu'à l'ère chrétienne, puis celle des Poissons depuis le début du calendrier actuel, actuellement il entre dans le Verseau et dans quelque 2000 ans, il abordera la constellation du Capricorne… Si l'ère des Poissons est bien caractérisée par l'archétype des frères ennemis, nous ne pouvons que constater que la liste des "frères ennemis" encore en train de se battre est longue: retenons les Indiens et les Pakistanais, les Israéliens et les Palestiniens mais aussi et répandue sur bien des points de la planète, les tensions et parfois les luttes des sédentaires et les nomades, ce qui semble montrer que l'archétype des Poissons est toujours activé et pas encore intégré par l'humanité…La prise de conscience de l'existence du mal est faite, semble-t-il, depuis la 2e guerre mondiale, l'archétype de la nouvelle ère est perçu. . Pour concilier les contraires, les unifier, encore faut-il bien les cerner, les connaître, les vivres. Certains commencent à être soulignés dans notre société, par exemple le corps et l'esprit, l'individu et la société, le travail et le loisir, l'inconscient et le conscient…Notons aussi une certaine focalisation sur les juges, on ne cesse de discuter de leurs fonctions, de leur indépendance, de leur pouvoir. Or qui a le rôle de concilier les parties opposées sinon les juges ? On pourrait dire que deux mille ans pour maîtriser la conjonction des contraires, c'est vraiment beaucoup de temps pour obtenir une chose qui pourrait paraître relativement facile et pourtant nous avons en exemple le travail de l'ère précédente sur les frères ennemis que l'humanité n'a pas réussi à terminer. Serait-ce parce que le problème est projeté sur des groupes, des pays, alors qu'il serait utile de voir d'abord notre obscurité intérieure, notre frère obscur à l'intérieur de nous et s'en faire un allié, un ami ? Diffusé sur www.arsitra.org - (c) 2002

Visites : 51

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

© 2018   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation