Et si la principale erreur de l’homme était de se croire autosuffisant ?

   L’homme moderne se croit supérieur à la Nature et pense pouvoir, avec la technologie high tech, dominer le monde. Il pense que la nature est là pour répondre à ses besoins et qu’il n’a qu’à se servir. Il croit qu’il peut toucher aux lois de la Vie sans conséquences dramatiques. Par exemple, il se prépare à faire des utérus artificiels, des bébés qui n'auraient plus besoin d'un père et d'une mère… Il croit l’intelligence artificielle supérieure à celle du cosmos et dépouille l’homme de ses facultés en le rendant dépendant de machines toujours plus perfectionnées.

   L’homme moderne semble avoir perdu tout bon sens et oublier qu’il n’est pas le maitre du monde, oublier qu’il est lié intimement biologiquement aux saisons, aux mouvements de la lune… oublier qu’il n’est pas le créateur ultime de la vie et du monde et qu’il n’a aucunement contrôlé ni sa venue au monde, ni le jour et les conditions de sa mort.

   L’homme moderne essaie tout simplement de se passer du Tout (l’Univers, Dieu, le cosmos… appelons-le chacun comme on le souhaite).

   Et s’il faisait une erreur terrible en se croyant auto-suffisant ?

   Et si toutes les souffrances de l’humain venaient de cette erreur fondamentale : celle de croire qu’il se suffit à lui-même, qu’avec sa seule volonté humaine il peut résoudre ses crises existentielles et prétendre maitriser les lois du cosmos ?

   Et si l’homme était devenu tellement orgueilleux qu’il avait besoin d’être mis face à de grands cataclysmes (climatiques, économiques, humains…) pour enfin réaliser qu’il ne maitrise rien ?

   Et si le chemin de l’humain était justement de réaliser qu’il ne peut rien avec sa seule volonté humaine, mais qu’en se reconnectant à son être profond, à son âme, alors il peut se relier au Tout et là, accomplir de grandes choses…

   Osons regarder chacun dans nos vies les moments les plus durs que nous avons vécus, les pires crises existentielles, les impasses auxquelles nous nous sommes heurtées et regardons si elles ne nous montrent pas comme une évidence que notre erreur était de nous croire dans ces moments suffisants et de chercher la solution avec notre seule personnalité ? Regardons si ces moments douloureux n’ont pas été pour nous des occasions (par la force des choses) de nous en remettre à plus grand, de capituler de nos egos orgueilleux ?

   Osons dorénavant, à chaque fois que nous serons dans la peine, la douleur, l’impasse… regarder de quelle manière notre ego essaie de se croire tout-puissant… et de quelle manière on pourrait lâcher nos parts orgueilleuses et enfin nous abandonner au Tout, enfin lâcher prise et nous en remettre simplement aux lois divines.

   Et si notre force était dans notre abandon au plus grand que nous, à cette force de vie incroyable et à ses lois cosmiques que nous ne contrôlons absolument pas ?

   Et si nous reconnaissions enfin notre petitesse en tant qu’humain mais notre grandeur si notre personnalité se met au Service de notre être profond et donc du Tout.

   Grandissons en humilité, reconnaissons que nous ne maitrisons pas le Tout mais que nous en faisons partie et qu’il nous faut, pour nous rapprocher du bonheur, consentir à le reconnaitre et à nous mettre en harmonie avec les lois de ce Tout !

Bon cheminement !

Sabine

Visites : 26

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

Commentaire de sohalia le 8 novembre 2019 à 12:05

Aloha Sabine,

Je souhaite te remercier pour tes contributions qui résonnent beaucoup en moi. J'étais tombée sur ton partage à propos du "aller bien" et c'était exactement mon ressenti et questionnement du moment. Tout cela me renvoie à la question de l'accomplissement, des différents paramètres à observer et à chérir pour pouvoir s'abandonner au grand flux, se laisser traverser par ce qui est... Cela implique une certaine forme d'innocence mêlée au discernement, à la maîtrise (qui n'est pas le contrôle mais qui a à voir avec le fait de canaliser, d'accueillir), la simplicité au coeur de la complexité ainsi que l'expérience directe... En vue de "se rapprocher du bonheur" comme tu le formules, ce qui revient peut-être à se rapprocher de Soi, de Nous, de l'Etre. Une question me vient : que penses-tu des mots, de ce moyen d'exprimer les choses, de cette façon de témoigner, de ce que cela peut apporter à l'Autre et dans quelle mesure ? Si le coeur t'en dit, cela me ferait plaisir d'en échanger avec toi.

Très belle journée !

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

Rencontre conviviale

Du 7 au 14 août 2020

© 2019   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation