Informations

je sais pas vous mais moi...

je sais pas vous mais moi...ça pourrai être un groupe qui raconterait,ce que chacun a trouvé au plus profond de son être lors d'une situation qui aurait pu l'anéantir si la force de vie qui est en nous n'étais la plus forte.Avec vos mots... couleurs

Membres : 14
Modification : 12 mars 2013

Femmes de sable

Je ne sais pas vous.. mais moi... un jour,j'ai croisé un chien qui m'a renversé. J'ai eu la colonne vertébrale brisée alors que je menais un vie très active... Des mois pour réapprendre à marcher. J'ai peins et puis j'allais sur la plage et là, le derrière dans l'eau Il y a cela qui est venu vers moi...

Dans un mouvement silencieux le grain
du sable se forge comme un nouvelle
semence, un fruit minéral.
Les doigts dans l’allongement de
l’argile donne la forme.

Les coquillages enchâssés dans le
mélange dessinent leur nouvelle nature.
Vitalité première d’une naissance sans
dessein, dans un laisser-aller sans
volonté juste une interception des formes.

Peu à peu poser les mains dans la
minéralité dans ce dénouement sans
définition, ni condition.
Posées face à la mer, dressées dans leur
attente ou bien gisante dans une dernière
inclinaison, étendue en repos dans un
élan d’éternité.

Modalité des couleurs dans la lumière
qui s’ombre, tonalité jaspée sous le soleil
qui succombe.
La main intercède dans un rythme
doux et puissant, sans résistance à la
mécanique de l’usure auquel la peau
succombe dans ce frottement incessant,
brûlure de plaisir naissant dans la
morsure du sel qui baptise.

Et la main caresse la forme pour
accomplir l’équilibre.
Dans ce mélange à l’eau, chair
du substrat premier, elles naissent
engouffrées dans cette masse qui veut
l’instant d’après les dissiper toujours,
éphémères et perpétuelles.

Opulentes, alanguies mères offertes à la
mer, souveraines sexe fendu,coupé, souche
antérieure à l’initial posées comme un
évanouissement dans l’oubli de leur sens.

Dans ce face à face avec leur origine
elles expirent pour renaître encore .
Au commencement du rêve, théâtre
de la vie, femme sans tête au sexe
offert, cercle béant, ouverture sacrée de
l’anneau nuptial, genèse d’un ordre absolu
d’entretenir la génération.
Peuple aussi innombrable que les grains du sable.
La mer dans sont incessant mouvement
de pénétration ensemence les corps
érodant les flans dans une indicible
disparition.

Attente d’un innéxorable
ferment porté par la mer.
Dans leur sommeil de sable, elles
attendent l’espérance d’un nouvel éveil
qui dans l’effacement des fissures, dans
l’absolution des échancrures comme
autant de cicatrices, abolir l’offense
dans le dernier polissage qui les
restituent à la dune, sans concession.

Elles vivent en bordure, pleines et déliées
d’elles mêmes, dans cette marge, encadrement
de l’eau.
Dans ce dénuement, elles tanguent, leur yeux
chavirent au relent de la vague, communauté
silencieuse dans le partage que la lumière
impose.
Sans elles pas de moi.
Ètrangères au regard impudique qui ose les
affronter, insensibles à leur propre émoussement,
elles savent que l’ effleurement téméraire
d’une conscience aveugle condamne cet
attouchement à l’abolition tandis que seul le
geste désireux de la simple caresse s’accorde à
la pleine expression d’un amour sans limite.


voilà durant plusieurs années j'ai réalisée ce que j'appellai mes "pepettes de sable"
Le sable et la glaise m'ont re-construite, autant qu'elles prenaient forme sous mes doigts.
je vous les offre aujourd'hui...

Forum de discussion

Quand un Chemin de Vie avec ses cahots participe à l'enrichissement de l'etre qui l'emprunte

Démarrée par KAIROS. Dernière réponse 15 oct. 2010. 1 Réponse

Cet article avait été réalisé pour un autre groupe. Assez rapidement, je fus animé de l’envie de le proposer dans ce groupe. Il montre comment un Chemin de vie avec ses divers événements et ses…Lire la suite →

Quand l'amour devient un combat pour le respect et la reconnaissance des différences

Démarrée par KAIROS. Dernière réponse 3 oct. 2010. 1 Réponse

Le siécle dernier, je rencontrai une jeune femme .Vous savez parfois les différences de couleur de peau, de statut social ou d'age peuvent devenir de véritables objets de discrimination, de rejet et…Lire la suite →

LE SILENCE

Démarrée par baat le monde de maba. Dernière réponse 27 sept. 2010. 1 Réponse

Gérard Méchoulam - L’ENGAGEMENT SPIRITUEL Gérard Méchoulam - L’ENGAGEMENT SPIRITUEL LE SILENCESommes-nous prêts, chacun de nous à accepter le Silence ? Un Silence total, intégral.Sommes nous prêts…Lire la suite →

Quand il n 'y a que les yeux qui vous font parvenir les dernieres pulsations d'un coeur !

Démarrée par KAIROS. Dernière réponse 26 sept. 2010. 3 Réponses

J’ai parfois entendu dire que les yeux étaient le miroir de l’âme « L’âme a deux yeux, l’un regarde le temps et l’autre est tourné vers l’éternité ».J’ai eu la chance, une fois, de voir et ressentir…Lire la suite →

Commentaires

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘je sais pas vous mais moi...’.

Commentaire de baat le monde de maba le 1 octobre 2010 à 14:30
« Nous Sommes Ceux Que Nous Attendions »

les hopis

Commentaire de baat le monde de maba le 28 Septembre 2010 à 14:12
"Si vous venez vers moi en ces instants, vos minutes deviendront des heures, vos heures deviendront des jours et vos jours deviendront une vie"


Souvenez vous de vos rêves"

"Je veux que vous rejoigniez la danse qui n'a pas de pas"
"Je veux que vous deveniez la Danse"

"J'espère qu'ils me rappelleront qui je suis...

"Je vois la lune clairement, j'observe tous ces Edens qui ont résonné en moi, j'ai vu des Edens que j'avais dans la main et qui m'ont échappé, j'ai vu des promesses non tenues, des blessures non soignées, des larmes que je n'ai pas partagées, des prières auxquelles je n'ai pas répondu…, des rêves que je n'ai pas vécus, tout ce qui m'était offert, et que je n'ai pas accepté"

"Ashes and Snow" par l'artiste Gregory Colbert
Commentaire de baat le monde de maba le 28 Septembre 2010 à 11:28
qu'elle soit douce pour toi cette journée pleine ...et dé-liée ...
Commentaire de baat le monde de maba le 28 Septembre 2010 à 9:36
merci Laurent je te répond tardivement mais tu sais que les pensées inconditionnellement amour ne se perdent jamais ... alors je sais pas toi mais moi..oui j'attend sans comprendre en écoutant juste les pulsations de mon coeur et oui définitivement je me relève si tombe et j'en sais quelque chose, et parfois je laisse couler mes larmes comme la pluie qui rafraîchit mon visage et toujours je reprend le chemin de ma montagne avec ses pentes glissantes et je renais à moi-même chaque matin pour un nouveau soleil..que ta journée soit belle merci
Commentaire de baat le monde de maba le 25 Septembre 2010 à 20:48
oui merci j'adore que tu les aimes mes pepettes de sables. Ces petites veilleuses de vie, elles sont là pour cela...
Commentaire de Lydie odérigo le 25 Septembre 2010 à 19:55
Celles que tu nommes "tes pepettes " sont de purs chefs d oeuvre, aussi belles et éphémères que la vie ...
Commentaire de baat le monde de maba le 24 Septembre 2010 à 0:34
avec grand plaisir répond le vent qui porte...
Commentaire de baat le monde de maba le 24 Septembre 2010 à 0:01
en voilà une super idée...
Commentaire de baat le monde de maba le 23 Septembre 2010 à 23:29
Francoise tu peux pas savoir comme tu me rend heureuse d'avoir posé ce texte que j'ai tant et tant chanté il y a bien longtemps maintenant je me surprend à lancer ma voix pour la fredonner à nouveau quel plaisir merci vraiment
Commentaire de baat le monde de maba le 20 Septembre 2010 à 13:08
merci vos mots résonnent en moi di-amant vous êtes...
 

Membres (14)

 
 
 

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

Agenda

© 2021   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation