Tout quitter pour vivre au plus près de la nature

La fille des bois

Depuis toujours, je rêve d'habiter dans une cabane. Dès 5 ou 6 ans, je me nourrissais de ces histoires d'enfants perdus dans la forêt qui, au détour d'une clairière, découvrent une maison... La campagne, c'est chez ma grand-mère que j'en ai fait l'expérience : les longues marches dans les bois, le nom des arbres, le sens de l'orientation... Sinon, j'ai grandi dans une HLM de la banlieue de Nantes, entre un père alcoolique et une mère à la volonté de fer : c'est à travers elle que j'ai découvert qu'on peut aller au bout de ses convictions et construire la vie qu'on s'est choisie.

Amoureuse de la nature

La révélation m'est tombée dessus pendant ma première année de doctorat en neurosciences comportementales. Grâce à un livre, « Cabanons à vivre » (1), dans lequel on explique comment bâtir sa tanière, son refuge, et montre qu'on peut vivre simplement sans avoir froid.

 

Un an plus tard, comme j'ai un peu d'économies, je décide de m'acheter un terrain. Je sais que la Creuse n'est pas chère, je sillonne le département et tombe amoureuse de cette nature rude, de ces forêts et de ce granit. L'endroit est très peu peuplé, mais fourmille d'associations, de réseaux d'entraides et de chantiers alternatifs.

 

Dès 2008, je démissionne donc de mon laboratoire de recherches et pars vivre en Creuse, logée et nourrie chez les uns et chez les autres, en échange de coups de mains. Je découvre alors une manière de vivre fondée sur la gratuité, la solidarité et l'authenticité. Un an plus tard, je déniche mon terrain, neuf hectares à l'orée d'un village du Parc naturel régional de Millevaches. Dès que je l'arpente, je sais que je suis chez moi. Le boulot est colossal. Je défriche au croissant, à la faux et à la houe.

 

1. «Cabanons à vivre, Rêveries, écologie et conseils pratiques » de Christian La Grange (éd. Terre Vivante).

6m2 sans eau ni électricité

Mon amoureux de l'époque, lorsqu'il se rend compte que j'ai réellement l'intention de vivre dans les bois, s'enfuit en courant. Je me retrouve donc seule, digérant ça en bossant comme une dingue. Je plante ma tente sur le terrain et commence la construction, en mars 2010, en m'aidant de bouquins et de ce que j'ai appris sur les chantiers associatifs. Je dresse des pilotis en bois, une ossature en sapin de Douglas et en mélèze, me procure des plaques de verre que je scelle avec du plâtre pour les fenêtres, construis une petite terrasse que j'isole avec des pneus, acquiers des tuiles pour le toit. En tout, ça me prend six mois d'essais, d'erreurs, de galères, de découragement et de reprises d'énergie.

 

Je récupère un poêle à bois en échange de services rendus à des voisins et, en octobre 2010, pose une serrure sur la porte et des tapis au sol. J'ai réussi à me mettre à l'abri moi-même. J'ai sécurisé mon cabanon en abattant les arbres qui auraient pu tomber dessus. Je suis moulue, cassée, je peux à peine bouger les bras mais, pour la première fois de ma vie, je me sens enfin chez moi.

 

Dans le village, les gens m'acceptent bien, surtout les vieux paysans qui me donnent plein de trucs à manger. C'est du côté du maire que ça coince. Il va jusqu'à me dénoncer aux impôts parce je ne paie pas de taxe d'habitation. Mais l'administration fiscale confirme : sans eau ni électricité et sans fondations en dur, je ne suis pas redevable de taxes. Mais le maire renchérit. Dans le bulletin de la commune, il se fend d'un article sur « les dangers de la cabanisation ». Peu après, deux types menaçants arrivent sur le terrain. Pendant quelques semaines, j'ai eu peur qu'ils brûlent ma cabane. Certains nourrissent un fantasme vis-à-vis des « marginaux », une hostilité complètement irrationnelle à l'égard des gens qui ne vivent pas dans les rails.

 

Aujourd'hui, mon rêve est réalisé. Ma cabane fait environ 6 m2, j'ai une minuscule mezzanine pour dormir, un divan pour les invités, un poêle à bois et une belle chatte grise. On me pose souvent la question de la solitude.

 

"Alors que mon existence est plus que spartiate, j'ai parfois l'impression d'un confort inouï."

Elisabeth Alexandre

 

En fait, je vois beaucoup plus de monde que lorsque j'étais étudiante en région parisienne. Je connais plein de gens chez qui je peux aller à pied, dans un rayon de cinq kilomètres. Des maraîchers, des paysans et aussi des gens qui, comme moi, ont quitté la ville pour venir ici

Vivre d'orties et de fruits

Mon changement de vie radical a provoqué un tri parmi mes anciens amis. Il y en a que je ne vois plus du tout, d'autres qui aiment me rendre visite. Je n'ai pas le téléphone, bien sûr, mais j'ai une adresse internet que je consulte chez des gens du village voisin. Pour les déplacements indispensables, on se partage une voiture.

 

Alors que mon existence est plus que spartiate, j'ai parfois l'impression d'un confort inouï. L'hiver dernier, il a fait jusqu'à - 20 °C dans ma forêt. J'avais tellement chaud dans ma cabane que je sortais régulièrement me rouler dans la neige pour me rafraîchir. Ça me donnait une énergie extraordinaire. Je faisais fondre la neige pour avoir de l'eau, j'avais toujours une soupe délicieuse qui mijotait sur le poêle... Le reste du temps, je vais chercher mon eau à la source et travaille du matin au soir. Je cueille des orties et des baies sauvages, cultive des patates et des arbres fruitiers, et j'ai l'intention de me mettre à la chasse pour me fournir en viande. J'ai également planté des saules pour créer une oseraie et pouvoir me lancer dans la vannerie.

 

Dans l'idéal, j'aimerais être totalement indépendante sur les plans énergétique et alimentaire, installer un panneau solaire, fabriquer mes propres bougies, produire assez de légumes pour me nourrir toute l'année. A l'origine, j'avais même l'ambition de vivre absolument sans argent. Mais comment payer des pneus neige, le vétérinaire pour la chatte, le café pour les amis les jours de marché ? Je me suis finalement résolue à demander le revenu de solidarité active ­ environ 450 /mois. Ça m'a plongée dans un cas de conscience intense. J'avais presque honte de demander de l'aide à la société. J'éprouve toujours le besoin de me justifier, de rappeler que je travaille du matin au soir, que je crée, aide, construis, que j'ai ma place dans la société, même si je choisis des chemins de traverse.

Par Elisabeth Alexandre

 

En ce moment, à la lumière d'une bougie, je lis un roman qui me touche profondément, « Le mur invisible » (2).

 

Ça raconte l'histoire d'une femme qui, après qu'une guerre a fait disparaître l'humanité, se retrouve seule avec quelques animaux. Elle surmonte toutes ses peurs, ne vivant que dans le présent. Je me reconnais dans ce personnage. Parfois, j'ai l'impression que je revis en accéléré l'évolution de l'être humain : création de la clairière, premiers habitats en dur, microagriculture... Si j'en étais capable, je ferais mon feu moi-même, avec des morceaux de silex. Ce lieu me crée autant que je l'ai créé. C'est un endroit où on est obligé de savoir qui on est. Je ne sais pas de quoi les prochaines années seront faites, mais ce que je sais, c'est que je serai enterrée ici, que je ne ferai plus qu'une avec cette terre.

 

2. De Marlen Haushofer (éd. Babel).

Par Elisabeth Alexandre

Visites : 795

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

Commentaire de Marie Nelson le 16 Février 2016 à 0:35

quelqu'une que j'aimerai rencontrer!

comme une liberté absolue qui me fascine, moi qui ai besoin d'un certain confort matériel peut-être à défaut de confort psychique...

merci Romane pour ce témoignage, si tu es en contact avec elle, passe lui toute mon amitié

Commentaire de nat le 13 Février 2016 à 21:58

Merci, cela donne envie de prendre de ses nouvelles ! Où en est t-'elle à présent ?

Commentaire de Lovyves le 17 Janvier 2016 à 11:22

Toute expérience est enrichissante.
Y compris de vivre dans la nature.
Et, il y a des expériences qui sont, comme les plaisanteries, plus elles sont courtes, meilleures elles sont.
J'apprécie beaucoup d'être dans la nature.. surtout, parce que je ne suis pas obligé d'y vivre (en permanence).
C'est le choix de certain(e)s; très bien; cependant la cabane dans les bois n'a jamais fait fonction de "maison de retraite"... pour retraités.

Commentaire de Liouba le 17 Janvier 2016 à 11:01

Oui Lovyves c'est pour cela entre autre que je disais qu'il fallait des liens familiaux peu présents.

Romane, comme pour tous ceux qui se réalisent dans leurs objectifs, partageons leurs joies et j'en profite pour partager avec les lecteurs mes petites et grandes joies ! ^^

Commentaire de Lovyves le 17 Janvier 2016 à 7:11

Bonjour à Tou(te)s
Allez y, faites.

... Il faut (surtout) un bon physique... sinon ...
Et comme, il se disait autrefois : "on est pas sûr que le vieux (la vieille) passe l'hiver"!
Quant aux nourrissons ... au moins un sur deux .... au cimetière. (condition de vie de 1950).

Commentaire de Romane le 17 Janvier 2016 à 5:20

Oui ! je pense qu'il faut un excellent mental, une bonne étude des lieux , techniquement être à la hauteur des défis, de bonnes connaissances en agriculture, en élevage, etc ..être deux, c'est mieux . Une réflexion approfondie avant de se lancer ,être en mesure de faire face. Je partage la joie de ceux qui se réalisent ainsi

Commentaire de Liouba le 16 Janvier 2016 à 18:14

Il faut une volonté à toute épreuve et des liens familiaux peu présents pour vivre ainsi.

Sans aller jusque là, le monde a besoin d'une vie plus respectueuse et plus proche de la nature. J'y aspire moi même sans avoir encore la liberté de le faire complètement.

Commentaire de tytodom le 16 Janvier 2016 à 11:49

Cela me rappelle le film: "into the wild", magnifique quete initiatique (histoire vraie) qui finit tragiquement . 

Commentaire de Albatros le 16 Janvier 2016 à 11:20
Cette fille des bois me plait !!! Elle a tout compris !!
Merci Romane pour ce partage et joli samedi <3<3<3

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

Agenda

© 2020   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation