Imaginez quatre douces et jolies Fées penchées sur votre berceau l'une serait la joie, l'autre la colère, la troisième la tristesse et enfin la dernière incarnerait la peur.
A part la première, pas si sympathique que cela ces Fées, me direz-vous.
Détrompez-vous, leur bienveillance vous sera fort utile tout au long de votre vie.


La Joie sert de moteur à l'envie de progresser; elle est la meilleure source de motivation, elle est un composant "essence-ciel" de notre santé physique.


La Colère sert à instaurer ses limites et chasser les intrus; c'est le volcan intérieur qui s'éveille, gronde et dont l'éruption va dégager l'espace vital envahi par les gêneurs. Elle est la garante du Respect de Soi.


La Tristesse sert à être disponible pour le nouveau, c'est un passage transitoire préparant une nouvelle situation.
On ne peut être triste que par ce qui nous a donné de la joie; la tristesse est proportionnelle à la joie initiale; elle devient chagrin.


La peur c'est la perception d'une situation à venir nécessitant de la prudence. Il est normal de ressentir de l'appréhension face à la nouveauté et plus nous serons préparés, plus notre peur s'estompera......

Si l'on comparait les émotions aux parties d'une voiture:
la joie serait le moteur,
la peur serait le frein,
la colère serait l'accélérateur qui nous permet de sortir des situations où l'on s'enlise,
la tristesse serait la boîte à vitesse qui permet de changer de régime sans casser le moteur.

Mais surtout, n'oubliez pas , les émotions nous mettent en mouvement, il n'existe pas d'émotions positives ou négatives, il n'existe que des émotions confortables ou inconfortables qui ont leur raison d'être.

Par contre lorsqu'elles débordent, nous envahissent au point de nous bloquer, il s'avère important de prendre soin d'elles avec la réflexologie, les massages, les fleurs de Bach ou bien d'autres possibilités.

Source article et photos : Arbor et sens et Vice versa de Disney

Visites : 1570

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

Commentaire de Lovyves le 31 août 2015 à 12:28

Yes !
Tout à fait réactivant.
Et pas triste !
Aucune émotion de tristesse.
Bon exemple, très bon exemple.

Commentaire de Lovyves le 30 août 2015 à 19:45

Hum !!
Si Thérèse est la référence universelle (en humour), alors : non, "ils" n'ont pas d'humour.
Même pas noir.
Quoique, de tout ceci j'en ris jaune.

Commentaire de Lovyves le 30 août 2015 à 19:23

Un humain sans émotion, est un humain mort.
Déjà impossible pour raison de survie.
Ensuite pour les émotions "classiques" c'est un cas pathologique très grave, asocial, très dangereux pour lui-même et la société.
Les " Les grands serial killer", les militaires (je connais), les joueurs de poker, ils ont tous des émotions.
Mais dans leur domaine de prédilection, ils n'ont plus d'émotions (apparentes, du moins), ils sont .. "zen" !!!
Eventuellement quelques émotions, de plaisir, de satisfaction (à posteriori, du "travail" accompli)…Si je puis dire !!
Si, "ils" ont de l'humour, mais pas le même que nous !!

Commentaire de Lovyves le 30 août 2015 à 10:58

Chère Véronique,
Connaissez, de par le monde, un humain qui n'a pas d'émotions ?
Et, ici, en commentaires de cet article, quelqu'un qui nie ses émotions ?

Parfois, je "glisse" une métaphore, ce qui n'est pas une périphrase,
http://www.dailymotion.com/video/xgzk93_metaphore-ou-periphrase_sho...

Commentaire de Lovyves le 30 août 2015 à 8:20

Ah,ah, ah ! Thérèse.
Aujourd'hui, nous commençons à faire des robots avec des émotions.

Donc, "Nous faisons avec ces émotions et parfois le résultat est bien joli " ..
Alors ...
parfois "c'est pas joli"; et, quand c'est pas joli, c’est pas joli ..
Et quand c'est pas joli, je le garde ?
Est ce bien raisonnable ?
"Qu'il est beau le "caca" que j'ai fait, il sent bon "mon caca", car c'est mon "caca", Il est à moi .. que d'émois, pour peu de chose (illusion).

Commentaire de Lovyves le 30 août 2015 à 8:10

Bonjour à Tou(te)s
Pour prolonger le commentaire de Pivoine,
Et pour éclaircir et préciser ce sujet qui demande beaucoup d'attention.
Exprimer ses émotions, c'est très, très, bien; voire indispensable.
Et une émotion, est une émotion; ce n'est pas un ressenti ou une pensée.
Accepter ce qui m'arrive (comme émotion).

Et comme dit Pivoine "prendre du recul".
Si l'émotion est positive (pour moi, bienveillante pour les autres), pas de problème, je la laisse continuer, s'épanouir.
Les émotions de joie sont bonnes si elles sont mesurées, elles peuvent être fortes mais mesurées.
Car "l'explosion" de joie est généralement suivi d'une baisse significative de l'état de bienêtre; et c'est souvent, comme dit Pivoine dû à du "du sensationnel", de la gesticulation pour paraitre (ou de l'avoir …"des sous").

Accepter mon émotion négative (tristesse, colère, etc) et ….
… Rire de moi.
Car, le recul me fait dire : qu'elle est donc, cette chose, cet événement, qui m'a mis en cet état ?
Qu'elle est donc, cette chose, cet événement qui m'a fait perdre conscience, qui m'a fait perdre l'importance, la supériorité, de mon être sur relativité des événements ?
Rire de moi; et, que dois je changer pour ne pas "me faire avoir" une autre fois ?
Afin que, dans le futur, face au même événement (et d'autres), l'émotion (négative) ne naitra pas; juste une neutralité face à l'événement et de le vivre en état de vacuité, d'accueil.

Qui recherche de vivre malheureux, qui recherche de vivre des émotions négatives ?
Très peu de personnes, à ma connaissance.
Alors, chacun instant vécu négativement, est un instant de perdu pour la vie, un instant de bonheur envolé.
La vie est courte, très courte pour certain(e)s, je ne sais pas si demain je serai encore vivant; alors pas une seconde à perdre.
Pas une seconde à perdre avec des gens qui font .. "joujou" avec les émotions, à en faire des romans.

Commentaire de Pivoine le 29 août 2015 à 22:06
Bonsoir à tous,
Je suis d'accord avec l'idée de Lovyves qui dit que "c'est avec les émotions que l'on mène les humains à s'entre-tuer". Effectivement, nous sommes, je trouve, dans une société d'émotions, où le sensationnel a une place prépondérante. Néanmoins, je ne sais pas trop si ce sont les émotions qui sont en cause ou si c'est plutôt le fait que l'on ne nomme pas les émotions. Il me semble, pour ma part, que nommer nos émotions, observer ce qu'elles provoquent en nous permet de prendre du recul. Et, ce faisant, de ne pas réagir sous le coup d'une émotion, justement. D'ailleurs, je trouve intéressant qu'on apprenne davantage aujourd'hui aux enfants à exprimer leurs émotions.
Commentaire de savapasmaletoi le 29 août 2015 à 21:24

Tout est là, il faut simplement accepter tout ce qui fait parti de nous. 

Il n'y a pas de jugement....

Commentaire de Lovyves le 29 août 2015 à 21:09

Oui, chacun est comme il est, avec "ses bagages".
Encore faut faut accepter ses "bagages".
Et de les voir tels qu'ils sont.

Commentaire de Lovyves le 29 août 2015 à 21:04

Je n'ai pas de certitudes.
Tout comme Karen.
Je ne fais que de répéter ce qui est le plus au fait, de la psychologie humaine.

C'est avec les émotions que l'on mène les humains à s'entre-tuer.
A vous de distinguer ce que vous voulez être, c'est un choix.

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

© 2021   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation