Le sacré… Au sujet du féminin et masculin sacrés.

Le sacré... Au sujet du féminin et masculin sacrés.pdf

Emprunté au latin sacrare  « consacrer à une 'divinité' ; rendre sacré », de sacer, sacrum : sacré s'opposant à profanum. En latin s'exprime la division entre le profane et le sacré ; on y découvre le caractère ambigu du sacré consacré aux 'dieux' , c'est un sacré chargé d'une souillure ineffaçable, auguste et maudit, digne de vénération et suscitant l'horreur. Cette double valeur est propre à sacer ; elle contribue à distinguer sacer  de sanctus sans l'affecter. Le sacré appartient à un domaine séparé, inviolable, privilégié par son contact avec la 'divinité' et inspirant crainte et respect. Sacrer c'est conférer à un Être, à un objet, un caractère solennel, une intronisation officielle ; c'est reconnaître lui devoir un respect absolu (intangible, inviolable, ou sacro-saint).

On peut tout de suite comprendre la relation 'aux dieux et à la divinité' relatée dans de nombreuses mythologies1, qui racontent l'histoire de la création génétique de l'être humain par des 'dieux' - peuplades non humaines - venus du ciel (du cosmos). Ces 'dieux' sont toujours chargés d'une souillure ineffaçable, ils sont augustes et maudits, autant dignes de vénération que suscitant l'horreur… Les récits narrant les tribulations des 'dieux' en dressent des portraits équivoques leur Connaissance et leur Éveil se confrontent à leur violence et leur instinct de domination. Ces peuplades (cosmiques) colonisatrices et prédatrices imposèrent à leurs créations humanoïdes de les vénérer, et ainsi elles se créèrent 'dieux' 'déesses' et 'sacrées' grâce à leur suprématie technique, matérielle, culturelle, métapsychique, vis-à-vis de laquelle les humains étaient réduits à l'état de bétails et d'esclaves dans l'enceinte de la civilisation de leurs 'dieux'. Certains (tout en conservant leur place de 'dieux' à vénérer) éduquèrent les humains pour qu'ils s'émancipent et prennent leur destinée en main, mais calquée sur la civilisation 'divine' marquée simultanément par la démence et le génie. Une culture féodale de la schizophrénie sociale absolue. Même si l'Humanité a reçue de certains de ces 'dieux' des sagesses et enseignements libérateurs : les Véda d'où naquit la pensée bouddhique ; le Tao ; les shamanismes et animismes ; d'autres croyances et traditions spirituelles… quand bien même nombre de ces voies furent falsifiées et manipulées pour servir d'instruments de pouvoir à des religieux, des rois et autres tyrans.

Ce 'sacré' , à cause de son catastrophique contexte étymologique, s'intègre mal à la notion de Conscience2, d'être conscient, de s'éveiller en osmose et respect avec Le Monde3, La Nature, Le Vivant, Gaïa, LA CONSCIENCE4 du Kosmos… Lquilibre et l'harmonie, selon le principe yin/yang, explicite l'élan vital spirituel de la connexion consciente à LA VIE5 du Kosmos. Intimement, LA VIE et LA CONSCIENCE du Kosmos sont la source de l'essence de La Vie et de l'existence. La non-dualité qu'implique yin/yang diverge du concept aisément duel de féminin/masculin 'sacrés', bien qu’il s'inclut à une démarche culturelle et sociale saine répondant à un besoin de cohérence existentielle dans le chaos actuel des prémisses d'un Nouvel Âge. Le désir d'alliance 'sacrée' féminin/masculin est un souvenir akashique d'indifférenciation (Nirvana) de l'Être avec LA CONSCIENCE du Kosmos .

La spécificité de La Terre depuis l'apparition de l'Humanité est d'être 'un système' de déséquilibres, de simultanéité des contraires, de diversités contrastées, où les Êtres testent des idées à l'école de La Vie, bénéfiques comme destructrices pour la biosphère. Mais la prépondérance de l'autopoïèse et de l'homéostasie de Gaïa sont indubitables face à l'Humanité, comme tout être vivant et sensible, elle possède sa propre liberté. Ce qui implique que l'harmonie et l'équilibre d'un Être s'établissent dans une relation d'expansion de Sa Conscience Originelle Individuelle (un début de non-dualité relative) avec Gaïa.

Notes

1 Sumer, Égypte, Afrique centrale, Amérique du sud, soit sous formes de paraboles, soit directement mais codé. Voir les ouvrages d'Anton Parks.

2 Conscience : Originelle Individuelle Immortelle, interconnectée à La Conscience Kosmique 'Source De Tout Ce Qui Est' ; sans commencement ni fin, multidimensionnelle, non-duelle, trans-cosmique, trans-luminique, hors espace-temps, inconnaissable par l’intellect, immanente, omnipotente, transcendante. 'La Connaissance absolue' philosophique, spirituelle, gnostique, ésotérique, etc. En Védenta, Atman est aussi Brahman : « 'Je' suis La Conscience, 'je' suis La Conscience ». 8ème Conscience Alaya Vijnana (Mahayana).

3 Monde (Le) : Agrégat des apparences physiques de la réalité conventionnelle, et des phénomènes existentiels, qui ne sont que des productions conditionnées par les projections conceptuelles du mental et de l'intellect : « La pensée précède toutes substances ; elle les gouverne, elle en est la cause, elles sont son but. » (Mahayana). Le Monde est la concrétisation (ayant un aspect de matérialité) d'une projection des requêtes de l’Être qui l’expérimente. Ce qui induit une similarité structurelle entre ses revendications conceptuelles qui projettent l'Idée de Monde et l'apparence du Monde projeté. D'un point de vue transcendantal Le Monde représente l’expansion Kosmique de l’humain, 'sa sortie' (imaginale) en dehors de ses limites conscientes, mentales, intellectuelles. L’expérience représentationnelle noétique et celle matérielle ne représentent que des aspects distincts d’une seule expérience, encore faut-il en prendre pleinement Conscience afin de vivre librement dans ce Monde.

4 CONSCIENCE Kosmique, le Kosmos : le Kosmos est ni visible ni perceptible comme le cosmos qui est un de ses composant. En tant que CONSCIENCE vivante le Kosmos est 'un principe' d'intelligences structurées de type 'écosystèmes' cosmiques interconnectés, constitués d’énergies, d'ondes, de particules, d'entités, de formes, d'informations trans-dimensionnelles, sans commencement ni fin, incommensurable, il est le creuset de l'expansion de La Vie et du Vivant, et dans lequel chaos et harmonie sont indifférenciés. Le Kosmos est vivant, il est pensant. La Conscience Kosmique est intriquée à l'expansion de la 'Source de Tout Ce Qui Est' : la Pensée de LA VIE composée d'informations et d'intelligences écosystémiques, une monade d'hétérogénéités immatérielles et matérielles. Par analogie : 9ème Conscience Amala Vijnana : La Pure Conscience (Mahayana). Ou aussi : Brahman.

5 VIE (LA)  : À l’origine du Vivant, il s’est créé une sorte de boucle qui revient sur elle-même - un ensemble combiné de processus implexes - et qui produit des éléments toujours plus divers qui vont créer un Être complexe, une structure quantique qui devient vivante, c'est une forme issue d'une pensée, une coproduction conditionnée par : la Pensée de LA VIE. Le Kosmos lui-même s’est autoproduit de façon mystérieuse, inintelligible humainement. Ici, LA VIE est conçue comme intégration totale du Kosmos et du cosmos, de l’invisible et du visible, en expansion avec tout ce dont ils sont formés. LA VIE et Le Monde sont constitués d'intrications complexes, de relations infinies entre Tout Ce Qui Existe : tout individu, toute entité existent interdépendamment. Toute LA VIE, tout le Vivant sur Terre ne sont qu'une particule dans une complexité indiscernable. Comme concept, le terme : LA VIE, c'est la 'Source de Tout Ce Qui Existe'. C'est la Pensée de LA VIE insérée dans son entièreté aux Êtres et au Monde, elle est perceptible ou imperceptible selon des modalités spécifiques aux circonstances. Inconnaissable, inintelligible pour les humains ordinaires, LA VIE inclue l’immatériel et la matière, l'absolue totalité de la complexité occulte de l'univers. Tout Ce Qui Existe est intégralement vivant et associé intrinsèquement au Kosmos par sa substance énergétique et sa structure matérielle, dont les différents éléments s’ordonnent en résonance à l’entièreté de LA VIE : continuum d'interconnexions et d’interactions intelligentes où tout s'intrique dans une complexité d'imprégnations multidimensionnelles infinies.

La Vie : l'existence individuelle humaine, animale, végétale, minérale. Le Vivant : La Vie sous sa forme organisée d'écosystème global, la biosphère sur Terre.

Visites : 37

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

Agenda

octobre 2022
DLMMJVS
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031

© 2022   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation