Si la vie est un bonheur au parfum permanent, les fleurs jouent  sans aucun doute un des rôles majeurs dans un jardin puisque l'harmonie qui y règne et la qualité de vie des habitants  qui vivent là, dépendent dans une large mesure, des arômes qui s'y dégagent.

Au terme de longues recherches, les spécialistes en ont conclu que le Chi, l'énergie, circule mieux là où l'on respire de délicieuses odeurs, sinon se développe avec les mauvaises odeurs, le Cha, l'énergie tueuse.
Jadis, les fleurs les plus prisées dans les jardins chinois étaient : le chèvrefeuille, le jasmin, les diverses variétés de lis, le lotus, les diverses variétés d'oeillets, de roses et de glycine.


La Chine, secrète, est un véritable paradis pour les fleurs.
Sir Osbert Sitwell, qui visite ce pays en 1935, analyse l'attitude des chinois à l'égard des fleurs.
Notant qu'elle n'a rien de commun avec nous les occidentaux, il se doute que cela est dû à leur pratique du Feng Shui.

Il écrit à ce sujet : "Oscillant gaiement au bout de leurs tiges, sur des terrasses conçues tout exprès, les pivoines atteignent une perfection insoupçonnée, surtout celles qui forment de petits arbres. Elles ont une palette de couleurs très variée, qui va du rose lotus au pourpre intense, tirant sur le noir. Ca et là, on a coupé des boutons, et la culture de cet arbuste fleuri tient du grand art - je pèse mes mots - d'autant plus que les jardins en terrasse permettent de l'admirer sous tous les angles. Il fait partie intégrante de la philosophie des jardins propre aux Chinois.

Ces petits arbres fleuris, on peut ainsi les surplomber, les regarder en contre-plongée, ou bien en avoir une vue latérale. A cet effet, les chinois construisent des petits monticules de pierre, dont on a du mal à saisir l'utilité en dehors de la saison. En revanche, quiconque a pu admirer un cerisier en fleurs depuis l'une de ces minuscules collines, gardera à jamais ce spectacle gravé dans sa mémoire".

La culture des glycines atteint, elle aussi, en Chine, un degré d'excellence inégalé, la plante et ses fleurs faisant l'objet de soins divers et inédits, que l'on accroche un pied déjà ancien à un treillage, afin que ses têtes forment un carré en ployant vers le sol, ou bien que les branches d'une pousse solide et vigoureuse soient soutenues par des tuteurs en bois, qui ressemblent à s'y méprendre à du corail, ou encore que la plante grimpante se mire dans l'eau d'un bassin au dessus duquel elle serpente. Enfin, dans ces jardins d'agrément, les chinois disposent de grosses roches qui, chez eux, tiennent lieu de statues."

En 1771, John Reinhold Foster, dans son ouvrage Florula sinensis, "la Flore en Chine", recense en tout et pour tout 260 espèces différentes. Aujourd'hui, on en dénombre environ 20 000. Force est de constater que la plupart des fleurs sont issues du bouturage réalisé derrière le fameux rideau de bambou.

En Chine, la rose n'est pas aussi prisée que chez nous. Ici, en Occident, on imagine mal un jardin sans roses. Selon toute vraisemblance, c'est vers 2700 avant J.C. , que l'on commence à cultiver la rose en Chine. A Pékin, les jardins du Palais impérial regorgent de roses dès le Vème ou IVème siècle avant notre ère, et la bibliothèque du souverain ne comprend pas moins de 600 ouvrages qui leur sont consacrés, sans compter tous ceux qui traitent de la culture des pivoines, des lotus, des chrysanthèmes et des rhododendrons.

Il n'empêche, qu'en Feng Shui, la rose passe pour être une fleur exceptionnelle, ainsi qu'un excellent vecteur des énergies de la terre. Ses pétales séchés protègent, dit-on, des influx néfastes, les classes dirigeantes chinoises étant les premières à découvrir les vertus de l'essence de rose, utilisée comme parfum. Ce n'est qu'au XVIIIème siècle que la rose de Chine débarque en Occident, par les négociants de la Compagnie des Indes de Lorient, ville d'où je suis originaire.

Elles appartiennent à deux variétés que l'on baptise alors Rosa chinensis et Rosa chinensis semperflorens. Arrivent ensuite" les roses thés"(appelées aussi roses de thé) car elles dégagent un parfum semblable à celui du thé, comme la Hume Blush Tea scented en 1809 et la Park's Yellow Tea scented en 1824.

A la cour, l'impératrice Joséphine est l'une des premières femmes à prendre conscience de toutes les richesses qu'elles nous offrent, et fait alors construire une roseraie à Malmaison, tout en respectant les principes du Feng Shui, avec des rideaux de treillages, des pergolas et de petits chemins sinueux...

Certaines variétés de Roses de Chine et de Roses Thé sont d'excellents vecteurs d'énergie (les chinois disent Chi). En voici quelques unes :

Couleur jaune : "Arethusa" (1903), "Perle d'Or" (1884), "Adam"(1833), "Etoile de Lyon"(1881), "Safrano"(1839).

Couleur blanche : "Anna-Maria de Montravel" (1880), "Madame Bravy"(1846), "Sombreuil" (1850).

Couleur rose : "Cécile Brunner" (1881), "Duke of York" (1894), "Hermosa"(1841), "l'Ouche"(1901), "Papillon"(1900), "Old Blush" (1789), "Pompon de Paris" (1839), "Madame Laurette Messimy" (1887).

Couleur rouge : "Cramoisi supérieur"(1832), "Brennus"(1830), "Louis XIV"(1859), "Némésis"(1836), "Papa Hemeray (1912), "Rivers George IV" (1820), "Fabvier" (1832), "Miss Lowe's Rose (1887).

Rivale de la rose, la pivoine remporte les suffrages en Chine, notamment la pivoine arbustive, que l'on baptise la Reine des Fleurs. Son nom chinois, moutan, de mou : mâle, et tan : vermillon, exprime bien son sens : force, virilité, aristocratie, richesse et classe, qui lui valent, en Feng Shui, d'être classée Yang et de symboliser la chance. Les chinois l'appellent parfois fu kei (joie et richesse) ou Lo Yang Hua ("la fleur de Lo Yang", car elle serait, dit-on, originaire de cette ville).

De plus, la pivoine porte un nom différent suivant sa couleur. La rouge s'appelle l'Encre, la blanche, le Jade, celle qui est blanc-cassé la Montagne Etincelante, la plus prisée étant la Moutan à liseron doré. Abondantes et finement découpées, les feuilles de la pivoine, en plus de leur aspect décoratif, sont d'excellents vecteurs de chi et leur écorce rugueuse sert depuis longtemps de plante médicinale, utilisée pour les maladies du sang.

Plantes sauvages que l'on met en culture, les moutans sont au départ réservées à l'empereur et sa cour. Mais cette fleur superbe exerce une telle fascination que l'on en fait bientôt pousser un peu partout dans le pays, et à l'époque des Song (dynastie du au XIIIè siècle), la pivoine est devenue la coqueluche des chinois.

En Feng Shui, on la classe parmi "les plantes de printemps". Elle peut servir de point focal aux énergies du jardin, tout en régalant l'oeil des visiteurs lorsqu'elle fleurit, au début de l'été.

Juste après la pivoine, vient le lotus, "fleur d'été", elle aussi très prisée en Feng Shui. En chinois, on l'écrit lien ou ho, deux vocables qui signifient unir et harmonie. Les pieds dans l'eau et la boue, avec ses feuilles vertes en forme de coupelles, avec son parfum subtil, le lotus symbolise l'amitié, la paix et l'unité. Le jardin Feng Shui ne peut se concevoir sans bassin et sans lotus car il porte bonheur ! Un peu capricieuse, cette plante mais elle est tellement jolie. Je l'ai installée en bandeau sur mon site www.feng shui-eden.com. J'ai pris cette photo au Jardin du Prahor, à Muzillac, dans le Morbihan. C'est un jardin zen fabuleux ! Cf article et photos sur ce sujet sur mon blog.
En Feng Shui, le lotus symbolise l'épanouissement des possibilités. Utilisée tout d'abord en plante décorative, les femmes de l'époque Tang, en assaisonnaient les plats et le fruit, coupé en morceaux et mis en conserve, servait à confectionner des sucreries. Cuit, le rhizome donne un dessert croquant et juteux.

Cultivé lui aussi pour ses vertus médicinale et culinaire, le chrysanthème est la fleur d'automne et la plante ornementale très répandue dans le monde entier. Selon la légende, les habitants de Nanyang, ville située dans le centre de la Chine, vivaient tous plus de cent ans, car ils buvaient l'eau d'un ruisseau au duquel poussaient des chrysanthèmes, dont les fleurs épandaient dans le courant leurs essences magiques, qui garantissaient une exceptionnelle longévité... Ainsi, cette fleur est très énergétique. En Chine, la tisane de chrysanthème est censée être très bonne pour la santé, et l'on fait, dans les campagnes, une sorte de vin avec les pétales qu'on laisse infuser.

Enfin, les prunus sont les dernières variétés de fleurs que je vais citer, en hommage aussi à mon père qui les a tant greffé tout le long de sa vie. Les prunus comprennent les cerisiers et les pruniers. Fleurissant au printemps, ces arbres promettent l'espoir du renouveau et réveillent les énergies yin de l'hiver. Leur beauté, leur parfum, leur harmonie les rendent très précieuses pour le fameux Chi.

Il existe d'autres variétés de plantes qui permettent d'équilibrer un jardin Feng Shui. L'important est de les intercaler, en tant que plantes yin et plantes yang, comme je vous l'ai appris en ateliers. Toutes ces plantes permettent de créer un véritable paradis floral Feng Shui.

CALENDRIER FLORAL FENG SHUI

MOIS DECORATION FLORALE

Janvier: Prunus
Février : Fleur de pêcher
Mars : Pivoine
Avril : Fleur de cerisier
Mai : Magnolia
Juin : Glycine
Juillet : Lotus
Août : Fleur de poirier
Septembre : Mauve
Octobre : Chrysanthème
Novembre : Gardenia
Décembre : Coquelicot

Une précision : les coquelicots font de magnifiques tableaux Feng Shui avec l'énergie feu et les pivoines sont très prisées en Feng Shui de l'amour.

Marie-Line Le Pavic,

Praticienne en feng shui

Article publié sur mon blog le 30 mai 2011

http://fengshuimarieline.blogspot.com/

Visites : 385

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

Agenda

Mars 2021
DLMMJVS
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031
       

© 2021   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation