La manipulation : Leçon 8 : Autorité, soumission et manipulation

Dans le dernier article, nous avons vu comment la peur et l'incertitude peuvent servir de puissants leviers de manipulation à une personne malintentionnée ou simplement qui souhaite avoir votre adhésion, quoiqu'il en coûte.

Ici, je vous propose d'aborder le sujet de l'autorité et de la soumission dans la manipulation.

AUTORITÉ, SOUMISSION ET MANIPULATION

Le réflexe de soumission est solidement ancré en nous.

Dès l'enfance, on se soumet naturellement à l'autorité des adultes (des parents à la maison et des professeurs à l'école) et l'on ne la remet en question qu'à l'adolescenceCette autorité est bénéfique, elle nous permet de ne pas douter de tout. Elle est légitime parce qu'elle s'appuie sur des connaissances et une expérience qui font défaut au petit enfant.

Par la suite, si l'on se défend d'être soumis à aucune autorité, il est des personnes dont on ne remet pas la parole en doute à moins d'être soi-même de la partie. Pensez, entre autres, à votre médecin de famille ou un inspecteur des impôts.

La position d'autorité peut être utilisée pour de nobles causes. Elle est notamment utilisée pour collecter des fonds ou œuvrer pour la prévention (voyez les publicités qui montrent des chercheurs ou des médecins). C'est aussi de ce ressort que jouent les professeurs qui veulent faire progresser les élèves.

Sans avoir une position d'autorité reconnue, vous pouvez utiliser le réflexe de soumission pour obtenir ce que vous désirez. Il suffit souvent d'arborer les symboles de l'autorité pour faire illusion. Ce peut être particulièrement utile dans la recherche d'un emploi, dans l'exercice du management ou tout simplement pour créer un sentiment de confiance ou mettre en valeur votre propos.

Attention, il s'agira d'être à la hauteur par la suite, si votre « numéro » venait à déboucher sur une relation plus longue.

DES EXPÉRIENCES ÉLOQUENTES

Comme nous l'avons vu dans la leçon 4, les recherches les plus édifiantes en matière de soumission à l'autorité sont celles que le psychologue américain Stanley Milgram amené au début des années 1960.

Je vous rappelle l'expérience : Il s'agissait d'évaluer le degré d'obéissance à un ordre émanant d'une autorité présentée comme légitime même si celui-ci était contraire à la morale et posait des problèmes de conscience.


Dans cette expérience, on demandait à des sujets d'infliger à d'autres sujets des décharges électriques croissantes pour évaluer leur effet sur la mémorisation, le tout sous l'autorité d'un professeur. En effet, à chaque fois que la personne commettait une erreur, elle recevait une décharge. Malgré la souffrance (fictive) des « victimes », il s'est avéré que 62,5 % des sujets ont continué l'expérience jusqu'au bout, parce que le professeur les engageaient à poursuivre. Ce dernier les tranquillisait en leur assurant qu'il ne serait pas tenu pour responsable des conséquences et qu'il fallait terminer l'expérience, que c'était le jeu.

Plus récemment, la chaîne France 2 a mis en scène une expérience similaire : un jeu de questions fictif où les participants devaient envoyer des décharges électriques à chaque mauvaise réponse.

Dans cette expérience, 80 % des tortionnaires ont accepté !

Ces expériences ont démontré que le réflexe de soumission est extrêmement fort chez la plupart des personnes, du moment qu'il fallait obéir à une autorité légitime, et qu'il passait outre le bon sens ou la morale la plus élémentaire.

LES SYMBOLES DE L'AUTORITÉ

L'autorité vraie a besoin de temps pour s'imposer, pourtant le réflexe de soumission est la plupart du temps immédiat.

Pourquoi ?

Parce que ceux à quoi nous sommes sensibles, ce sont les symboles de l'autorité.

Ces signes extérieurs d'autorité peuvent être de plusieurs types :

Checkmark5 Naturels :
une carrure imposante, une présence inébranlable, une manière de s'exprimer avec aisance peut déclencher une soumission naturelle chez qui n'est pas sûr de lui.


Certains individus possèdent un charisme naturel, une assurance et une autorité qui font que personne ne viendrait contredire ce qu'ils disent ou s'opposer à ce qu'ils demandent. Ils sont prêts à croire tout ce qu'ils racontent sans douter du tout.

Pour d'autres malheureusement, c'est le contraire, ils ont beaux avoir les meilleurs arguments du monde, être très sympathiques, cultivés, intéressants, leur voix n'est jamais écoutée, c'est à peine si on le remarque.

Checkmark5 Identitaires :
un simple titre peut endormir toute vigilance ou aider simplement à ouvrir des portes :

« Maître Lemoine à l'appareil,

je vous appelle au sujet de mon chauffe-eau. »


On est tout de suite impressionné par ces personnes-là qui n'ont pas l'air d'être n'importe qui, qui ont fait de hautes études, qui ont un métier prestigieux ou portent un titre de noblesse.

Checkmark5 Accessoires :
des vêtements ou des objets symboliques, comme le costume et attaché-case chez un homme d'affaires, en font souvent bien plus qu'une argumentation étayée.

EN BREF

RÉFLEXE DE SOUMISSION ET POSITION D'AUTORITÉ

La soumission est héritée de l'enfant et perdure dans certaines situations où nous sommes comme conditionnés à obéir sans réfléchir , ou du moins à ne pas remettre en question celui qui incarne l'autorité.


L'autorité peut être utilisée pour influencer les autres, comme le font les leaders d'opinions. À vous de ne pas en abuser et d'en tirer le meilleur parti.

L'EXPÉRIENCE DE MILGRAM

Cette expérience réalisée dans les années 1960 aux États-Unis a servi à estimer le degré d'obéissance d'un certain nombre d'individus à une autorité légitime. La majorité des personnes ont accepté d'obéir aux injonctions pourtant cruelles (provoquer une charge électrique) à partir du moment où c'était un professeur, un scientifique qui les sollicitait.

UTILISER LES SYMBOLES DE L'AUTORITÉ

Ce sont ces symboles qui conditionnent le réflexe de soumission. Parce qu'ils ont fait des études, qu'ils ont de grandes responsabilités, les professeurs, les médecins, les hommes de loi inspirent le respect : un képi, une blouse blanche ou un titre assoit l'autorité de manière instantanée. Cela dépose d'emblée comme crédible et digne d'intérêt.

La semaine prochaine nous verrons dans la leçon 9 l'isolement et le compartimentage.

Douce journée à vous  !

Coeurdialement

Valérie Madej

 www.quanta-la-vie.com (quand la science rencontre le développement personnel)

www.douleur-emotion.com (traitement des douleurs liées à la maladie)

Visites : 415

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

Commentaire de Valerie MADEJ le 6 Avril 2014 à 13:57

Avec plaisir Isabelle

Commentaire de Isabelle Paoli le 6 Avril 2014 à 8:08

Merci Valérie pour cet exposé très complet sur la manipulation. L'aurotité dans le cadre de nobles causes, oui en sachant que certains ont abusé les gentils donateurs à des fins personnelles. Je pense à L'ARC et l'affaire Crozemarie, un énorme scandale lié aux sommes astronomiques détournées.. Une partie de la population,  ressentait dans le regard de cet homme et son discours des failles , par son émission vocale, son regard qui trahissait une malhonnêteté affichée .La soumission et l'autorité peuvent être deux armes pour abuser les plus faibles. En ce qui concerne le képi,Valérie, j'ai souri ...L'autorité se manifeste davantage par le port du '' chef ''

par la peur engendrée à la vue de celui-ci ( gendarme ) que par l'étendue des études.

Tous les chapitres que tu exposes sont remplis d'intérêt, j'adore. Merci Valérie de nous les faire partager.

Bon dimanche .

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

Rencontre conviviale

Du 7 au 14 août 2020

© 2020   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation