‘Jardins de la mémoire’ – En Bretagne, un cimetière hors normes où chacun dort sous son arbre

Une autre façon de célébrer la mémoire de nos chers disparus…

Au pied de l’arbre, voire sur ses branches, des colifichets, des petits souvenirs sans prétention, un jouet, l’épitaphe touchante d’une mère, d’une épouse, d’un ami fidèle.

C’est là, au bord de la rivière du Bono, dans le Morbihan, que ce parc cinéraire unique en son genre, accueille un millier “d'habitants”, comme les appelle presque affectueusement Lionel Le Maguer.

Un parc ? non, un cimetière, plus précisément un “jardin de mémoire”.

En 1998, il a créé ces “Jardins de mémoire”. Un lieu “serein”, où les promeneurs qui arpentent le sentier de randonnée en contrebas, s'accordent volontiers une pause.

L'ancien hôtelier quinquagénaire a imaginé, ce concept à nul autre pareil, qui commence à séduire de plus, sans être stigmatisé par le Droit et par l'Église de France.

Je me suis souvenu du souhait de mon père d’être enterré sur les hauteurs du cimetière de son petit village de centre Bretagne. “De là, je verrai mieux les toits du village” disait-il. C’est là où il repose aujourd’hui.

Un principe tout simple : sous un arbre, une urne funéraire

Une façon de dédramatiser

Sur ces 45 hectares en pente douce, il plante chaque année 80 à 90 arbres pour tenter de satisfaire la demande. Oliviers, érables, pins, liquidambars, magnolias, chênes - 60 essences en tout - semblent veiller sur les disparus et les jardins miniatures cultivés à leur pied.

Dans cette forêt, pas de marbre, peu de signes religieux - “la croix ferait de l’ombre à l’arbre” sourit Lionel Le Maguer - mais beaucoup de plantes fleuries, coquillages, de petits galets ornés de prénoms, de carillons qui font écho au chant des oiseaux.

Et des objets, comme des instantanés de mille histoires personnelles : une balle de tennis, une dosette de café, un gros coeur rouge fiché dans la terre, des petites voitures sur un tapis de cailloux blancs.

“Vous voyez, ma petite elle vient de se marier, alors elle a mis son bouquet et un bout de son voile sur le magnolia de sa mère”, explique Jean-Loup, outils de jardinage dans une main et tentant de retenir son chien de l'autre.

Un trait d'Union

“Un cimetière c'est oppressant, ici c'est zen, c'est un trait d'union avec les morts”, affirme-t-il, devant l'arbre de son épouse. “Une fois, j'ai vu des gens dresser une table avec une nappe sous un arbre”, raconte-t-il, “c'est comme à la maison”.

“Les petits-enfants peuvent aller à droite à gauche, courir, tout en allant voir leur mamie”, renchérit Yvan Meng, en montrant la place qu'il s'est réservée au pied de l'olivier où est enfouie l'urne de sa femme.

“Un deuil reste un deuil, mais on vient ici beaucoup plus facilement que dans un cimetière, il n'y a pas deux arbres qui se ressemblent”, témoigne-t-il.

Pour environ 3.700 euros, Lionel Le Maguer met à disposition un arbre, au pied duquel enterrer une ou plusieurs urnes biodégradables, auxquels s'ajoutent 120 euros par an pour l'entretien.

“Il est dommage que ce genre de parc ne puisse se développer”, regrette l'ancien promoteur immobilier, qui a imaginé ce lieu après la mort d'un ami, “car plein de gens sont demandeurs, certains font 1.000 kilomètres pour venir ici”.

“Beaucoup ne savent pas quoi faire des cendres. Par dépit, ils les jettent à la mer et se retrouvent face à une infinie solitude”, poursuit-il. “Les proches cherchent un endroit apaisant, ce site est utile pour cela, car ils se reconstruisent mieux après un décès”.

La lente évolution du jardin

Déambulant dans le parc, il constate la lente évolution des jardins. “Avec le temps, on voit le deuil se faire. Il y a d'abord la profusion, puis le jardin s'adoucit, se patine. Quand les herbes folles arrivent, ça y est, je me dis qu'ils ont enfin lâcher prise”.

Mais, comme nous le chante Céliane : ce n'est “pas un adieujuste un au revoir, un nouveau départ”.  

Cet article vous a touché ? Alors pensez aux boutons de partages du site ;-)

Sources : Jardins de Mémoire via AFP, Ouest France et La dépêche.

Visites : 3979

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

Commentaire de savapasmaletoi le 10 novembre 2015 à 20:46

Un bel endroit où se recueillir, un endroit plein de vie....une belle douceur pour accompagner.

Merci de ce partage Sylvie

Commentaire de Licorne le 10 novembre 2015 à 16:12

émouvant et inspirant. Et si d'autres suivaient ce bel exemple ? comme ce serait "chouette" !

Commentaire de Séverine le 7 novembre 2015 à 22:23

Magnifique ! Quelle belle idée. 

Commentaire de yaelle le 7 novembre 2015 à 11:00

Moi aussi, Karen,j'adhère à nos échanges mutuellement enrichissants! Un vrai beau et bon compost fertilisant!!

Bon week-end!

Commentaire de yaelle le 7 novembre 2015 à 8:44

Où est le changement en réalité? Dans la forme? Mais dans le fond, la mort du corps est ce qu'elle est et qu'on le veuille ou non, elle est une séparation et une désintégration. Esprits chagrins? C'est le cas de le dire!! Beaucoup de chagrin cause la mort et les plus beaux jardins, les capsules ( je n'aime pas ce terme si réducteur) ne changeront rien à la réalité implacable de la perte. Par contre, promener dans un bel endroit et porter en soi le souvenir de la personne qu'on a aimée, je le fais très souvent, en douceur, sans difficultés, sans coût aucun. Certes, l'éloignement des lieux où sont décédées ces personnes chères à mon coeur facilite peut-être cette "visualisation"? En tout cas, je souhaite à ceux qui ne peuvent pas se recueillir devant une tombe, quelle qu'elle soit, de pouvoir envisager des moments paisibles comme ces promenades.Bele journée à tous et surtout...aimons-nous VIVANTS!

Commentaire de Euquinorev le 6 novembre 2015 à 22:51

Je partage,également, l'opinion de Mélissa et de Yaelle.

Commentaire de yaelle le 6 novembre 2015 à 22:15

CETTE opinion...Pardon!

Commentaire de yaelle le 6 novembre 2015 à 22:14

Je partage totalement l'opinion de Melissa. C'est une autre façon "plus poétique" de vivre du commerce autour de la mort.

Que ne ferions-nous pas ,dans la détresse et la tristesse, pour croire que nous resterons proches de nos chers disparus? Le coeur est le plus bel endroit où leur faire une petite place. Enfin, cet opinion n'engage que moi...

Commentaire de Mélissa le 6 novembre 2015 à 20:34

Bravo pour le jardin mais soyons sérieux 3.700€ pour y placer une urne plus la pension à l'année c'est du génie commercial. Avoir un parc pour se promener dont l'entretien s'autofinance relève du grand art, chapeau!!

Pour ce qui est de déposer l'urne sous un arbre il y a tant d'espaces et d'arbres à visiter en secret et gratuitement pour le bien de la forêt et de tous les êtres, passés, présents, futurs...

La Terre entière est un jardin de souvenirs où nos pensées les plus sincères nous connectent les uns aux autres  dans une vibration de bienveillance et d'Amour.

Que la Terre devienne un jardin entretenu par tous!! 

Commentaire de YRAM le 6 novembre 2015 à 19:58

Tout simplement : MERCI !!!!! Merveilleux jardin, mieux qu'un cimetière, où l'on renaît à la Vie.... Où la mort, est moins amère...

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

Rencontre conviviale

Du 7 au 14 août 2020

© 2019   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation