Je vous propose de (re)découvrir ce petit texte inspirant dont l’auteur m’est inconnu, ayant pour titre :

L'âne au fond du puits

« Un jour, l'âne d'un fermier tombe dans un puits.
L'animal gémit pitoyablement pendant des heures et le fermier se demande quoi faire.
Finalement, il décide que l'animal était vieux et le puits devait disparaître de toute façon. De plus, ce n'était pas rentable pour lui de récupérer l'âne.
Il invite tous ses voisins à venir l'aider. Tous saisissent une pelle et commencent à enterrer l'âne dans le puits.
Au début, l'âne réalise ce qui se produit et se met à crier terriblement.
Puis à la stupéfaction de chacun, silence …
Quelques pelletées plus tard, le fermier regarde finalement dans le fond du puits et est très étonné de ce qu'il voit.
Avec chaque pelletée de terre qui tombait sur lui, l'âne faisait quelque chose d’incompréhensible. Il se secouait pour enlever la terre de son dos et montait dessus.
Pendant que les voisins du fermier continuaient à pelleter sur l'animal, il se secouait et montait dessus.
Bientôt, c’est la stupéfaction pour tous, car l'âne est hors du puits et se met à trotter ! »

L’âne nous donne ainsi une belle histoire de vie qui se résume en quelques points :

La vie n’est pas toujours rose et parfois nous pouvons avoir l’impression que des évènements sont hors de notre contrôle et vont tout simplement nous engloutir !

Pour sortir du trou dans lequel nous nous trouvons à un moment ou à un autre de notre existence, il est nécessaire de se secouer pour avancer.

Chacun de nos ennuis est un « instrument » qui nous permet de progresser.

Nous pouvons sortir des puits les plus profonds en étant dynamique. Il ne faut jamais abandonner.

Ainsi, notre brave petit âne nous invite à libérer notre esprit des inquiétudes du présent et des craintes du lendemain.

Qui veut faire parti du club des ânes ? Les inscriptions sont ouvertes !

Visites : 1075

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

Commentaire de Patrick ONNIS le 20 Mars 2015 à 8:29

Sans oublier, mon cher Lovyves :
Que le mot féminin : « ânerie », signifie : parole ou propos stupide.
Avec pour Synonymes : Bêtise , bévue, bourde, connerie, crétinerie, faute, idiotie, imbécillité, ineptie, insanité, maladresse, naïveté, niaiserie, sottise, stupidité .
On dit aussi qu’une personne ne sera jamais qu’un âne, c’est-à-dire une personne à l’esprit lourd et grossier, d’une grande ignorance.

Commentaire de Lovyves le 20 Mars 2015 à 7:55

Importance, vous avez dit importance ?
Et quand je n'ai plus de portance, comme dirait l’avion : je m'écrase .. sur le plancher des ânes.

Commentaire de Patrick ONNIS le 20 Mars 2015 à 6:57

Oui, mais attention, chère Béatrice :

Commentaire de Patrick ONNIS le 19 Mars 2015 à 8:19

La leçon de l'âne aujourd'hui :

Commentaire de Patrick ONNIS le 19 Mars 2015 à 8:17

Commentaire de Patrick ONNIS le 19 Mars 2015 à 8:11

Merci chère Lally de nous livrer vos impressions. Bienvenue au club !

Commentaire de Patrick ONNIS le 19 Mars 2015 à 7:52

Pourquoi mettait-on un « bonnet d'âne aux mauvais élèves » ?

Comme je l'ai précisé dans l'article, contrairement aux idées reçues, on ne mettait pas un bonnet d'âne aux mauvais élèves pour dénoncer la bêtise de l'animal. Au contraire, l'âne a toujours été considéré comme un animal intelligent. C'est en mettant un bonnet d'âne qu'on espérait transmettre cette intelligence à l'élève.

Mais la figure de l'âne remonte à bien plus loin. La mythologie nous narre l'histoire de Midas, qui devait décider de Marsyas ou d'Apollon lequel était le meilleur musicien. Il choisit Pan. Apollon décida de se venger en lui faisant pousser des oreilles d'âne. Seul son coiffeur découvrit le secret, mais ne pouvant révéler la vérité, il creusa un trou dans la terre et répéta: "Midas a des oreilles d'âne". Des roseaux y poussèrent, et répétèrent à tout vent le secret. Depuis, les oreilles d'âne ont toujours été symbole de honte.

Pourquoi dit-on « Faire l'âne pour avoir du son » ?

Faire l'imbécile ou le naïf pour obtenir quelque chose ou un avantage.

Cette expression fut employée pour la première fois par Rabelais au XVIe siècle. Il faisait référence à cet animal très entêté capable de braire aussi fort et aussi longtemps que possible jusqu'à l'obtention de sa pitance : le son, une céréale.

Commentaire de Patrick ONNIS le 18 Mars 2015 à 22:53

Après la pluie vient le beau temps. Vous avez raison Colibri d'affirmer qu'il faut aller "de l'avant au mieux de nos possibilités et le soleil est toujours prêt à venir." Et comme le dirait Dempsey je plussoie !

Commentaire de Patrick ONNIS le 18 Mars 2015 à 22:50

Merci à vous, Béatrice et Colibri pour vos échanges emplis de sincérité. Peut-être qu'un membre pourrait nous faire partager une expérience vécue. Ce serait sans aucun doute très intéressant.

Commentaire de colibri7 le 18 Mars 2015 à 19:14

Merci beaucoup!

En ce moment je suis"dans une sorte de trou" que j'ai bien voulu creuser!

Et bien je fais comme l'"ane" je me dynamise, je mets en place des "petites actions" a mon rythme car j'ai été fatiguée par la profondeur du trou et je ne desespère pas d'en sortir!

Je fais silence pour gagner en force et concentration nécessaire pour moi et j'avance!

Merci pour cet article oui un ane n'est pas si bête que cela!

Merci de nous le rappeler!

A bientot

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

Semaine Ardèche 2019

Quel Grand Invité ?

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

© 2019   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation