Et si cette « crise » nous invitait à passer d’une autorité extérieure à une autorité intérieure ?

     Cette crise sanitaire du Covid 19 a permis à l’état de prendre des mesures coercitives qu’il n’aurait pu prendre en temps normal. C’est ce qui a fait dire à Robert F. Kennedy junior lors de son discours à Berlin le 29 août : « Les gouvernements aiment les pandémies, et ils aiment les pandémies pour les mêmes raisons qu’ils aiment la guerre. Parce qu’elle leur donne la possibilité d’imposer à la population des contrôles que celle-ci n’accepterait jamais autrement.. »

     S'il est facile pour certains d’entre nous d’accepter toutes les mesures qu’on nous impose, pour d’autres, cela réveille un sentiment de colère ou d’impuissance de devoir se soumettre à des règles dont on ne comprend pas nécessairement le sens…

     Une chose est sûre, si l’on s’en remet complètement au gouvernement, nous avons des chances de vivre beaucoup d’insécurité, d’anxiété, de peurs… étant donné que cette autorité « suprême » se contredit depuis le début et tient des propos incohérents qui ne cessent d’être remis en cause ou de devenir l’inverse de ce qu’on nous imposait au début ! (par exemple les masques qui ne servaient à rien au début et qui aujourd’hui sont devenus indispensables partout !).

     Ce qui est très certainement positif dans cette crise est que nous voyons de plein fouet que nos autorités extérieures ne sont pas fiables et nous font tourner en bourrique à force d’incohérence !

     Or, si l’autorité extérieure nous révèle son incapacité à nous guider de manière fiable et sûre, dans une direction qui nous paraisse juste, alors, que pouvons-nous faire ? Désespérer de cette autorité décidément pas à la hauteur ? Critiquer toute la journée nos gouvernants ?

     Ou alors, ne serait-il pas plus juste de décider de changer d’autorité, de référent et de passer de cette autorité extérieure qui, cela parait évident, manque de sagesse, à une autorité intérieure au cœur de nous-même ?

Que signifie s’en remettre à notre autorité intérieure et comment s’y prendre ?

     Si l’on admet que l’homme est bon par nature, qu’il porte en lui une étincelle divine… alors, il nous suffirait de nous mettre à l’écoute de cette voix profonde en nous, de notre « petite voix intérieure », de notre sagesse profonde et de décider de lui obéir fidèlement !

     Si cette part divine existe au cœur de l’homme, pourquoi ne pas lui donner l’autorité suprême dans nos vies ? Pourquoi ne pas choisir d’écouter ce que nous dit notre sagesse profonde plutôt que d’écouter tout ce que nous impose l’extérieur sans même le faire passer par le filtre de notre profondeur ?

     Cette petite voix intérieure, cette sagesse profonde au cœur de l’homme est accessible à chacun, à condition de bien vouloir descendre dans le fond de son cœur et de travailler à mettre en lumière tout ce qui nous empêche cet accès à notre cœur, c’est-à-dire nos ombres !

     Et si nous prenions tous les jours le temps d’écouter notre âme par la méditation, par la prière, l’introspection, l’écoute de notre enfant intérieur ? Et si nous prenions à chaque instant l’avis de notre sagesse profonde et que nous nous y soumettions totalement ?

     Car, si nous écoutons cette part profonde et sage au cœur de nous-même, alors, nous serons soumis au plus grand des principes, celui qui nous assurera toujours d’aller dans une direction juste pour nous et pour le monde, je parle de l’Amour !

     Et si, au lieu de nous soumettre sans réfléchir à ce qu’on nous impose, nous décidions d’accepter de nous soumettre uniquement à notre âme et donc à l’Amour ?

     Ne serait-ce pas la garantie de ne pas risquer, comme par le passé, de commettre, au nom du célèbre « je n’ai pas le choix, je dois obéir », des actes inhumains qui font encore honte à notre humanité ? Si nous choisissons de nous soumettre à notre âme uniquement, de la reconnaitre comme la seule autorité valable et digne d’obéissance, ne sommes-nous pas certains alors d’avancer pas à pas vers un monde plus beau, où nous ne pourrons pas nous sentir indigne, honteux d’avoir, par obéissance à une autorité pas nécessairement sage, trahi notre autorité suprême intérieure, trahi nos valeurs profondes, trahi notre âme ?

     Alors, pourquoi ne pas décider de faire le choix de toujours obéir à notre âme et, si cela est en accord avec l’autorité extérieure, tant mieux ! Et si cela n’est pas le cas, faisons alors tout notre possible pour rester fidèle à notre âme et composer au mieux, et toujours de manière pacifiste, avec ce qu’exige de nous l’extérieur ?

     N’est-ce pas cela la vraie liberté ?

    Bon cheminement !

    Sabine

Visites : 22

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

© 2020   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation