Warkawater, la tour qui transforme l'air en eau

http://www.wedemain.fr/Warkawater-la-tour-qui-transforme-l-air-en-e...

Pour faciliter l'accès à l'eau potable dans les régions arides, le designer italien Arturo Vittori a conçu des tours qui captent l'humidité présente dans l'atmosphère pour fournir jusqu'à 100 litres d'eau par jour.  


Warkawater, la tour qui transforme l'air en eau  
Parmi les métiers du futur, dont la liste est à découvrir dans We Demain n°7, on trouve le « collecteur d’eau atmosphérique ». Arturo Vittori pourrait bien être le premier d’entre eux. Pour faciliter l’accès à l’eau dans les régions sèches d’Éthiopie, ce designer italien a développé des tours hautes de neuf mètres, chargées de capter l’eau présente dans l’air pour la transformer en eau potable.       Warkawater (Warka est le nom d’un figuier africain symbole de fertilité) est constituée d’un filet à mailles fines de nylon ou polypropylène qui condense la vapeur d’eau présente dans l’atmosphère. En bas de la tour, un réservoir permet de collecter jusqu’à 100 litres d’eau potable par jour, selon son créateur. L’ensemble est adossé à une structure tressée à partir de matériaux naturels locaux et ne pèse que 60 kg.  

De l'eau potable et gratuite

En Éthiopie, les villageois sont souvent obligés de marcher plusieurs heures avant d’atteindre une source d’eau à la qualité douteuse. « Warkawater a été conçue pour fournir de l’eau potable, protéger l’environnement mais aussi fournir un débouché financier aux habitants des villages », explique Arturo Vittori. Car si une tour coûte environ 550 dollars, elle fournit de l’eau gratuitement par la suite. « Une fois qu’ils ont appris à construire une tour, les locaux pourront transmettre leurs connaissances aux villages alentours », poursuit-il. Cinq prototypes ont déjà été fabriqués et exposés, notamment à la biennale de Venise. Arturo Vittori espère construire les deux premières tours en Éthiopie courant 2015 et cherche des soutiens financiers pour essaimer l’Afrique.
  Même dans les régions les plus arides, le taux d'humidité atmosphérique peut atteindre 20%. Pour le prospectiviste américain Thomas Frey, la collecte de l'eau présente dans l'air pourrait s'imposer comme une solution face à l’amenuisement des ressources en eau potable des fleuves et nappes phréatiques.
  Retrouvez notre dossier sur les métiers du futur dans We Demain n°7  et écoutez la chronique We Demain sur France Info, Thomas Frey invente les métiers de demain.
Côme Bastin 
Journaliste We Demain 
 
 
 
 
 
 

Visites : 100

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

Commentaire de Laëtitia Ludivine le 24 Juillet 2014 à 6:59
L'info positive du jour

Selon son concepteur, ces tours captent l'humidité présente dans l'atmosphère pour fournir jusqu'à 100 litres d'eau par jour.

Même dans les régions arides, l'eau est présent dans l'air sous forme de gaz. L'ingéniosité est de pouvoir la condenser sans lourd apport d'énergie.

Une structure de ce type coute 550 dollars, mais elle fournit de l’eau gratuitement au village.

L'idée semble prometteuse, surtout pour les peuples qui manquent d'eau. Mais on peut également imaginer une utilisation locale pour toute communauté qui se veut autonome.

Un petit rayon de soleil dans une actualité bien terne !

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

Agenda

mai 2020
DLMMJVS
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31

© 2020   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation