Très belle histoire pour nous faire comprendre que les choses arrivent toujours pour une bonne raison.

Un nouveau Pasteur et sa femme nouvellement affectés à leur premier ministère, rouvrir une église dans la banlieue de Brooklyn, sont arrivés début octobre tout excités au sujet de leur opportunité. Quant ils ont vu leur église, elle était très délabrée et nécessitait beaucoup de travail. Ils se sont fixés un objectif, d’avoir tout fait pour leur premier service à la veillée de Noël.
Ils ont travaillé dur, réparé les bancs, plâtré les parois, peint les murs, etc. et le 18 décembre, ils étaient en avance sur leur planning et venaient juste de finir.
Le 18 décembre, une terrible tempête, un orage a ravagé la région et a duré deux jours. Le 21, le Pasteur se dirigea vers l’église. Son coeur se serra quant il vit que le toit s’était envolé, provoquant un grand trou dans le mur dans le fond de l’église, juste derrière la chaire.
Le Pasteur nettoya le désordre sur le plancher et, ne sachant quoi faire d’autre, décida d’annuler la veillée de Noël. Il se dirigea vers sa maison.
Sur le chemin, il remarqua que les entreprises locales avaient ouvert une sorte de marché aux puces de la charité et il s’arrêta. Il vit une belle nappe, couleur ivoire dont le travail était exquis, d'une belle couleur avec une croix brodée en son centre. Elle était juste de la taille pour fermer le trou dans le fond de l’église. Il l’acheta et se dirigea vers l’église.

Pendant ce temps, il avait commencé à neiger. Et une vieille femme venant dans le sens opposé essayait de rattraper le bus, qu’elle manqua. Le pasteur lui proposa alors de venir attendre le prochain bus dans l’église afin de pouvoir se réchauffer.
Elle s’assit sur un banc et ne fit pas attention au Pasteur qui attrapa une échelle et un cintre pour placer la nappe comme une tapisserie murale. Le pasteur pouvait à peine croire quand il regarda comment c’était beau. Elle couvrait entièrement la zone endommagée.  Puis il remarqua la femme marchant dans le centre de l’allée. Son visage était devenu pâle.
"Pasteur, dit-elle, où avez-vous eu cette nappe ?" Le Pasteur lui expliqua et la femme lui demanda de vérifier le coin inférieur droit si les initiales EBG avaient été tricotées. C’était les initiales de la femme, qui avait fait la nappe 35 ans auparavant en Autriche.
La femme pouvait à peine y croire quand le Pasteur lui raconta comment il avait obtenu la nappe. La femme expliqua qu’avant la guerre, elle et son mari vivaient à l’aise en Autriche. Quand les Nazis arrivèrent, elle fut forcée de partir, son mari devant la suivre la semaine d’après. Mais il fut capturé et mis en prison, et plus jamais elle ne revit son mari et leur maison.

Le Pasteur voulut lui remettre sa nappe mais elle demanda au Pasteur de la garder pour l’église. Le Pasteur insista pour la reconduire à la maison, c’était le moins qu’il pouvait faire. Elle vivait de l’autre coté de Staten Island et venait àBrooklyn tous les jours pour son travail de femme de ménage.
Quel excellent service ils ont eu pour la veillée de Noël. L’église était pratiquement pleine, la musique et l'ambiance étaient formidables. A la fin du service, le Pasteur et sa femme saluèrent tout le monde à la porte et beaucoup promirent de revenir.

Un homme plus âgé que le Pasteur restait assis et regardait; le Pasteur se demandait pourquoi il ne partait pas.  L'homme lui demanda où il avait obtenu la nappe sur la paroi avant de l'église, car elle était identique à une nappe que sa femme avait faite il ya longtemps de cela, lorsqu’ils vivaient en Autriche avant la guerre et comment pourrait-il y avoir deux nappes se ressemblant autant? Il raconta au Pasteur comment, avec l'arrivée des nazis, sa femme fut forcée de fuir pour sa sécurité, qu'il était censé la suivre mais qu'il fut arrêté et mis en prison. Il n'a jamais plus revu sa femme et son domicile depuis 35 années.
Le Pasteur lui demanda s'il lui permettait de l'emmener faire un petit tour. Il le conduisit à Staten Island, à la maison même où le Pasteur avait déposé la femme trois jours plus tôt.
Il aida l'homme à monter les trois marches de l’escalier de  l'appartement de la femme, frappa à la porte et vécut le plus beau  Noël qu’il n’avait jamais imaginé.

Histoire vraie, racontée  par le Pasteur Rob Reid qui dit que Dieu agit souvent de façon mystérieuse.


Visites : 1113

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

Commentaire de Patrice FRITZ le 25 Septembre 2011 à 16:11

C'est  très beau et cela nous renforce dans nos convictions.

Merci encore

Patrice

Commentaire de OLEK Agnès le 25 Septembre 2011 à 15:51

" Le hasard est la plus belle des rencontres"

Merci Patrick. Je partage avec tous mes amis.

Commentaire de Lovyves le 24 Septembre 2011 à 20:14
Bonsoir à Tou(te)s
C'est assurément une belle histoire.
Une histoire de rencontre paraissant fortuites.
Donc Dieu à un plan.
Tout est dans le plan de Dieu !!!
Et même la cause de la disparition de nappe et de la séparation des personnes, c'était dans le plan de Dieu !?

Peut être que l'Homme donne à Dieu des pouvoirs que Dieu récuse.
Et Dieu donne à l'Homme des pouvoirs que l'Homme récusent ... responsable de ses propres histoires... belles et moins belles ... nettement moins belles!

Peut être que le plan de Dieu n'était fait que de belles histoires, de libre arbitre, où tout fini bien.
Il nous reste à faire de belles histoires sans cause.
C'était histoire de causer !
Commentaire de Francine le 24 Septembre 2011 à 19:49
Merci Patrick, merveilleuse histoire très émouvante.
Commentaire de Anne Hypnose Ericksonienne le 24 Septembre 2011 à 9:46

Très belle histoire, très émouvante d'autant qu'elle serait vraie...Il est vrai que Dieu passe souvent par des chemins détournés (pour notre conscience) pour atteindre son but...                                        

Merci à vous.

Commentaire de Sylvie le 24 Septembre 2011 à 8:59

Tout simplement sublime ...  Merci Patrick

 

Commentaire de Jean Renault le 24 Septembre 2011 à 7:24
Merci Patrick pour ce très beau témoignage d'outre Atlantique. Je reste sans mots. Quel noël pour toutes les personnes concernées par cette histoire. "Quel rusé ce Dieu"! 

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

© 2022   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation