Le vent et les mots nous séparent
Jusqu'à la gare
Des enfants rentrent de l'école
Un moineau vole
et moi où vais-je, où vais-je
dans le sable et la neige
dans le temps disparu
dans la nuit je m'enfonce
j'attends une réponse
elle ne viendra plus
et moi où vais-je, où vais-je
dans l'étrange manège
où je tourne sans but
je me cogne les membres
aux murs de cette chambre
où tu étais venue
et moi où vais-je, où vais-je
Vers quel nouveau piège
Vers quel amour tordu
Vers quels bras sans visage
Ces lèvres de passage
Où sans toi je m'englue
Vers quels amis de paille
Quels bistrots de ripaille
Où toutes bières bues
On finit sous la table
Et le corps misérable
Et le c ur au rebut
Je ne sais plus où est ma porte
Ma clé est morte
Un chien m'a suivi dans le square
Où je m'égare
Et moi, où vais-je, où vais-je
Et par quel sortilège
Tu m'es réapparue
J'entends ma bien-aimée
Ta voix dans la fumée
De mon rêve diffus
Où va ta vie nouvelle
Ris-tu dans les ruelles
Où nous avions couru
Ou bien dans ta demeure
Autant que moi tu pleures
Comme un enfant perdu
A cette heure tardive
Dors-tu à la dérive
Dans un corps inconnu
Et moi, où vais-je, où vais-je
Et toi qui te protège
Et toi où t'en vas-tu

Sources : Guy Béart

Visites : 18

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

Rencontre conviviale

Pré-ouverture

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

© 2019   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation