Corps, des-à-corps, à-corps

Parfois, on fait subir à son corps des actes avec lesquels on est en total des-à-corps.
Par foi, que ce n’est pas grave.
Par foi, que c’est normal.
Par foi, que l’on ne peut pas faire autre-ment…
Et cet autre qui ment, nous arrange bien.
Il permet de se mentir à soi-même.
Et d’ainsi de corps rompre son corps
Au point de violer son être intérieur.
Viol de son être intérieur par trop de des-à-corps
Et aussi souvent par trop d’à-corps perdus.
Comment ne plus être dans la perte des à-corps ?
Comment de plus subir les des-à-corps ?
Les mots ne mentent pas
Les mots portent en eux la vérité
Il faut seulement leur donner la parole
Et savoir les écouter
Prenez le mot viol
Le viol est un engloutissement
Gardez le « e » d’engloutissement
Ajoutez le au mot viol
Vous obtenez le mot : voile
Voile avec lequel on essaie de se cacher le viol ; impossible oubli
Se voiler la réalité d’un viol c’est perdre la vérité
Et c’est vivre dans la terreur
Au mot voile enlevez le « v » de vérité et ajoutez le « t » de terreur
Après un petit jonglage apparait le mot : ilote
Ilote : esclave dans l’antiquité grecque
L’esclavage c’est le plus grand des des-à-corps
Et l’impossibilité de tout à-corps
Car son corps appartient à un autre
Mais c’est aussi la perte de l’innocence
Retirez le « i » d’innocence à ilote
Et le mot tôle prend forme
Tôle (taule) : Prison en argot
Ainsi violer son être intérieur c’est risquer de s’enfermer dans l’esclavage et la terreur
Et dans tous les cas c’est perdre totalement son innocence
Si les mots ne mentent pas et recèlent en eux toute l’ampleur des maux
Ils cachent aussi en leur « fort » intérieur le remède pour guérir de ces maux
Comment trouver du sens à sa vie après le viol de son être intérieur ?
Le remède est blotti au cœur de l’innocence
Prenez le « cence » d’innocence
Il reste « inno »
Mais les 2 « n » d’inno, c’est beaucoup trop de haine
Alors vous n’en gardez qu’un
Ino et cence sont entre vos mains
Vous pouvez les secouer et les triturer tant que vous voudrez
Vous n’en sortirez rien
Alors justement comment s’en sortir ?
Comment trouvez le chemin ?
Et le chemin vers quoi ?
Vous pouvez déjà conserver précieusement le « c » de chemin
La réponse à ce « quoi ? » se trouve dans la quintessence de toutes les pertes mentionnées dans ce texte
Cette quintessence est la perte du soi
L’ultime lettre manquante est le « s » de soi
Le remède est donc profondément « enlettré » dans : ino, cence, c et s
Après un vertigineux jonglage de ces 4 voyelles et de ces 6 consonnes
Les lettres qui retombent dans l’ordre dans vos mains sont :

C O N S C I E N C E

La conscience
Remède universel
Agissez toujours en pleine conscience
Et vous ne serez plus jamais en des-à-corps avec vous-même
Soignez-vous en pleine conscience et vous guérirez de tous vos maux
Soyez la pleine conscience… <3

Visites : 87

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

© 2021   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation