La scène se passe à l'hôpital. 

C'était une matinée chargée. Il était environ 8h30, quand un homme d'un certain 
âge - dans les 80 ans - est arrivé pour faire enlever les points de suture de son 
pouce. Il dit qu'il était pressé car il avait un rendez-vous à 9h. J'ai pris ses 
coordonnées et lui dit de prendre place, sachant que cela prendrait plus d'une 
heure avant que quelqu'un ne puisse s'occuper de lui… 

Je le voyais regarder sa montre et j'ai décidé, puisque je n'étais pas occupée avec 
un autre patient, de regarder sa blessure. En l'examinant, j'ai vu que cela 
cicatrisait bien, alors j'ai parlé à l'un des docteurs ; j'ai pris le nécessaire pour 
enlever ses points de suture et soulager sa blessure. 

Pendant que je m'occupais de sa blessure, je lui ai demandé s'il avait rendez- 
vous avec un autre médecin ce matin, puisqu'il était pressé. L'homme me dit que 
non, qu'il devait aller dans une maison de retraite pour déjeuner avec sa femme. 
Je me suis informé de sa santé. Il m'a dit qu'elle était là depuis un certain temps 
et qu'elle était atteinte de la maladie d'Alzheimer. Alors que nous parlions, je lui 
ai demandé si elle serait contrariée s'il était en retard. Il a répondu qu'elle ne 
savait plus qui il était, qu'elle ne le reconnaissait plus depuis 5 ans. 

J'étais surprise et lui ai demandé : 
- Et vous y allez encore tous les matins, même si elle ne sait plus qui vous êtes ? 
Il souriait en me tapotant la main et dit : 
- Elle ne me reconnaît pas, mais moi… je sais encore qui elle est ! 

J'ai dû retenir mes larmes quand il est parti. J'avais la chair de poule et je pensais 
que c'était le genre d'amour que je voulais dans ma vie. Le vrai amour, ni 
physique ni romantique ; le vrai amour est l'acceptation de tout ce qui est, a été, 
sera et ne sera plus. 

Avec toutes les blagues et le plaisir que sont les courriels, quelquefois il y en a 
un qui apparaît, contenant un message important. Celui-ci, j'ai pensé le partager 
avec vous tous. Les gens les plus heureux n'ont pas nécessairement le meilleur 
de tout ; ils s'organisent du mieux qu'ils peuvent avec ce qu'ils ont ! 

J'espère que vous partagerez ceci avec les gens qui se soucient des autres comme 
je l'ai fait. La vie n'est pas d'échapper à la tempête, mais de danser sous la 
pluie… 

Visites : 100

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

Commentaire de franzz le 12 octobre 2014 à 21:19

Cette histoire je la vis avec maman et cela me fait plaisir, les mots manquent,

Merci Dominique

Commentaire de Pépite le 12 octobre 2014 à 18:28

Merci.

© 2022   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation