Informations

tantric vasana

Lieu : paris
Membres : 12
Modification : 16 févr. 2021

Vāsanā (devanāgarī: वासना) est un terme sanskrit qui, dans la philosophie indienne, signifie « imprégnation » ou « impression d'une sensation antérieure ». Les vāsanā correspondent approximativement à ce que nous nommons les désirs, les tendances latentes ou encore les inclinations.

L’Advaita Vedānta (Sanskrit : अद्वैत वेदान्त, se prononce /ədvaitə ve:dα:ntə/) est probablement la mieux connue des écoles philosophiques du Vedānta, les autres étant, entre autres, Dvaita et viśiṣṭādvaitavāda (six en tout). Advaita signifie littéralement « non deux » et se traduit le plus souvent par non-dualité, dans la mesure où son principe fondamental affirme la non différenciation de l'individualité ou l'âme individuelle(jīvātman) et de la Totalité (Brahman) qui est neutre. Les principaux textes sur lesquels s'appuie leVedānta (littéralement « l'aboutissement du Veda ») sont les Upaniṣad, dont douze ou treize en particulier terminent le Veda, lesBrahma Sūtra (également connus sous le nom de Vedānta-Sūtra), qui sont des interprétations des Upanishad et enfin la Bhagavad-Gītā. Ces trois textes sont connus sous le terme sanskrit de prasthāna qui signifie « fondement (du système philosophique du Vedānta) ». Dans l'Advaita Vedānta, le troisième texte est de moindre importance dans la mesure où celui-ci est plutôt de nature théiste.

L’Advaita Vedānta peut être considéré comme l'aboutissement de la philosophie indienne āstika , dont l'origine peut se trouver dans le Rig-Veda. Il affirmait que « la vérité est une, bien que les sages la voient sous de multiples formes ». L’advaita Vedānta est certainement la philosophie la plus influente de l'Inde. La plupart des guru hindous ont été influencés par celle-ci.

Saṃskāra neutres 

  • Saṃskāra « résultats » (pâli vipaka)
    • Avec causes bénéfiques que sont les absences d'attachement, d'aversion et de confusion
      Elles sont associées aux états de conscience, vijñāna, également résultats et avec causes
    • Sans causes bénéfiques
      Sur le même principe, elles sont associées aux états de conscience, vijñāna, résultats et sans causes bénéfiques
      • Contact
      • Intention
      • Vie
      • Stabilité de l'esprit
      • Considération
      • Prise
      • Attention soutenue
      • Détermination
      • Ravissement
  • Samskāra « fonctionnels » (pâli : kiriya), présents seulement chez les êtres nobles
    • Avec causes ; associées aux états d'être fonctionnels avec causes
    • Sans causes ; associées aux états d'être fonctionnels sans causes

Ādi Śaṅkara

 ou Śaṅkara parfois appelé Ādi Śaṅkarācārya (788- vers 820, dates controversées, Hajime Nakamura propose 700-750.) (sanskrit आदि शङ्कर, de Śaṅkara, celui qui crée la félicité, un des épithètes de Śiva), est considéré comme l'un des plus grands maîtres spirituels de l'hindouisme, philosophe, métaphysicien, réformateur, et commentateur le plus connu des textes liés auVedānta et des Upaniṣad principales. Ce brahmane a entrepris, sans quitter une vie de renonçant itinérant allant d'un monastère ou d'un temple à un autre ou encore d'une communauté religieuse à une autre de « réformer » l'hindouisme, c'est-à-dire de revenir à ce qui en est, selon lui, à la source de la tradition philosophique hindoue. Il est l'un des principaux fondateurs ou précurseurs de l'école de l'Advaita Vedānta.

La non-dualité

"Obtenant l'affranchissement de l'esclavage, qui n'est dû qu'à l'ignorance, demeure en tant qu'Être-Conscience-Béatitude (Sat-Chit-Ânanda : Sachchidânanda). Les Écritures [Véda], la raison, les paroles du Guru et l'expérience intérieure sont les moyens qu'il te faut employer à cette fin. L'essence des écritures védantiques peut être ramenée aux points suivants. 1) Premièrement, en moi, Brahman immuable, tout ce qui semble différent est absolument sans réalité. Seul je suis. Cela s'appelle le point de vue de l'élimination (badha drishti). 2) Deuxièmement, le rêve et tout ce qui apparaît en moi comme le résultat de la magie est une illusion. Seul je suis la Vérité. Cela s'appelle le point de vue de l'illusion (mitya drishti). 3) Troisièmement, (...) tout ce qui semble séparé de moi est moi-même. Cela s'appelle le point de vue de la résolution de l'effet dans la cause (pravilapa drishti)... Le monde entier et tous les individus sont réellement Brahman, et la demeurance en ce Brahman indivisible est en soi-même la Délivrance (moksha). Cela est l'essence et la conclusion de tous les Védas." (Le plus beau fleuron de la discrimination (Viveka-Cūḍāmaṇi)).

La doctrine enseignée par Śaṅkara est connue sous l'expression de « non-dualité », c'est-à-dire la considération de la divinité dans sa totalité, au-delà de toute dualité, y compris entre Être et Non-Être. Le principe en est que Brahman, la cause première, est au-delà de toute détermination, même de l'unité qui est la première d'entre elles. Cette doctrine, enseignée de tout temps par le Vedānta, se retrouve dans les commentaires de Śaṅkara de ce texte sacré. Śaṅkara, qui était suivi par de nombreux disciples, se rendit auCachemire, où se trouvait un trône dédié à Sarasvatī, et sur lequel seul celui qui remportera tous les débats entre les brahmanes présents pourra s'asseoir, chose qui n'était jamais arrivée. Śaṅkara n'eut pas de mal à contrer ses adversaires et put prendre place en ce lieu sacré sous les auspices de la déesse.

Les différents corps et le Soi 

Mention est faite de plusieurs "fourreaux", "gaines" (kośa) ou "corps" (Śarīra) qui enveloppent le Soi (ātman). Le Vedānta, avec Śaṅkara qui a commenté la Taittirīya Upaniṣad, en distingue cinq :

"Le Soi est recouvert par les cinq gaînes, elles-mêmes causées par le pouvoir d'ignorance... Connais le Soi, qui est distinct du corps et de toute forme, comme une tige d'herbe dans ses fourreaux foliacés... L'aspirant avisé doit s'appliquer à la discrimination (viveka) entre le Soi et le non-Soi. Les cinq gaines (sont) : nourriture, souffle vital, mental, intellect et béatitude). 1) Le corps grossier (annamaya-kosha) est créé de nourriture..., composé de peau, de sang, de chair, de graisse, de moëlle, d'excréments et d'urine... 2) Le corps vital de prāṇa (prānamaya-kosha) est le souffle vital avec les cinq organes d'action [les organes vocaux, les mains, les pieds, l'anus, les organes génitaux]... Ce n'est qu'une modification de l'air... 3) Le corps mental (manomaya-kosha) est constitué du mental avec les facultés de perception... Le mental est un grand tigre qui rôde, éperdu dans l'immense jungle des objets des sens... 4) L'intellect, avec les cinq facultés de perception, est le corps intellectif (vijñānamaya-kosha), et il est aussi la cause de l'esclavage pour l'Esprit. C'est une modification du Soi non-manifesté... 5) Le corps de béatitude (ānandamaya-kosha) n'est qu'une modification de l'ignorance sur laquelle le Suprême Soi est réfléchi, elle est expérimentée sans effort par tous dans une certaine mesure dans le sommeil profond... Pourtant, même cette gaine de béatitude ne peut être le Suprême Soi."

Forum de discussion

Ce groupe n'a pas encore de discussions.

Commentaires

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘tantric vasana’.

Commentaire de KryssTof le 16 Janvier 2019 à 9:35

Bonjour,

tres bonne et belle introduction. 

Quelles sont les objectifs et activités du groupe ?

bone journée,

christophe 

Commentaire de Philippe75 le 29 mai 2013 à 16:26

Bonjour,

Je ferai bien une réunion de tous les membres du groupe pour échanger sur le sujet de notre passion. Qu'en penses tu ?   :-)

 

Membres (10)

 
 
 

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

© 2022   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation