brisemarine

Les mots qui font du bien ...

Informations

Les mots qui font du bien ...

Je vous propose ici, d'y mettre nos méditations, nos prières afin de les rassembler... pour plus de partage...

Membres : 66
Modification : 21 mars 2019

Comment Faire ...

Ce groupe sera là pour déposer nos belles intentions pour les avoir sous forme de recueil.

* Pour chaque Texte lancez un nouveau élément : faire "+ ajouter un élément".

* Indiquez le SUJET dans « Titre de l'élément»

 

Pour avoir quelque chose de cohérent,

Mettre ici seulement les méditations ou prières ou texte si rapprochant 

Mettre les contes, histoires etc ... dans le groupe "les petites pensées du jour"

Forum de discussion

Commentaires

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘Les mots qui font du bien ...’.

Commentaire de Couleur Turquoise le 12 décembre 2013 à 17:52
" Si tu es au fond du gouffre, ouvre bien les yeux, un dauphin s'y trouve aussi qui peut te conduire vers la lumière. "  (Proverbe égyptien)
Commentaire de Couleur Turquoise le 12 décembre 2013 à 17:45
" Si tu es au fond du gouffre, ouvre bien les yeux, un dauphin s'y trouve aussi qui peut te conduire vers la lumière. " 
 
(Proverbe égyptien)
Commentaire de mossé marie-laure le 30 Juillet 2011 à 8:10
Commentaire de Aimael quantique le 10 Juillet 2011 à 21:41

Bonsoir

Heureuse de savoir que cela vous a plu. Cette chanson me donne beacoup d'énergie le matin en l'écoutant plusieurs fois.

Joss, le soir je crains que cela donne beaucoup d'énergie. Après avoir essayé, merci de me dire si tu as pu dormir...

 

Bonne semaine à tout le monde

Commentaire de Aimael quantique le 9 Juillet 2011 à 14:13

 

Bonjour à toutes et tous,

 

En guise de paroles écrites, je vous propose des paroles chantées avec beaucoup de grâce

https://www.youtube.com/watch?v=QVvW8iRtYnQ&feature=player_embe...

 

en espérant qu'elles vous transportent comme elle me transportent depuis une semaine !

 

Lord made me an instrument ....sorry c'est partiellement en anglais...

 

A user sans modération.... et excellent week-end !

 

Commentaire de G.RARE le 8 Juillet 2011 à 12:31

Je n'accepte pas cette réponse : quand on est incarné, on est un être humain, comme les copains et on ne biaise pas avec son état.

Les mots ne sont que des mots mais la réalité est bien autre et on doit le respect vis-àvis des autres ,  on doit assumer cette matérialisation.

Ainsi moi : je me présente sous une enveloppe humaine mais en réalité je suis Dieu.

Commentaire de G.RARE le 8 Juillet 2011 à 12:10

à Omen : pari tenu !

Chiche que tu te dévoiles sur ton profil personnel comme tu le préconises et tel que le font beaucoup d'entre nous.

D'abord une photo puis parler réellement de toi !

Merçi d'avoir eu cette bonne idée...

Commentaire de G.RARE le 25 Juin 2011 à 8:51

Cette magnifique prière a pour auteur quelqu'un que l'on n'attendait pas : connaissant le personnage, on n'imagine pas qu'il ait écrit un tel texte. Et pourtant...

Ô mon Dieu, vous m'avez blessé d'amour
Et la blessure est encore vibrante,
Ô mon Dieu, vous m'avez blessé d'amour.

Ô mon Dieu, votre crainte m'a frappé
Et la brûlure est encor là qui tonne,
Ô mon Dieu, votre crainte m'a frappé.

Ô mon Dieu, j'ai connu que tout est vil
Et votre gloire en moi s'est installée,
Ô mon Dieu, j'ai connu que tout est vil.

Noyez mon âme aux flots de votre Vin,
Fondez ma vie au Pain de votre table,
Noyez mon âme aux flots de votre Vin.

Voici mon sang que je n'ai pas versé,
Voici ma chair indigne de souffrance,
Voici mon sang que je n'ai pas versé.

Voici mon front qui n'a pu que rougir,
Pour l'escabeau de vos pieds adorables,
Voici mon front qui n'a pu que rougir.

Voici mes mains qui n'ont pas travaillé,
Pour les charbons ardents et l'encens rare,
Voici mes mains qui n'ont pas travaillé.

Voici mon coeur qui n'a battu qu'en vain,
Pour palpiter aux ronces du Calvaire,
Voici mon coeur qui n'a battu qu'en vain.

Voici mes pieds, frivoles voyageurs,
Pour accourir au cri de votre grâce,
Voici mes pieds, frivoles voyageurs.

Voici ma voix, bruit maussade et menteur,
Pour les reproches de la Pénitence,
Voici ma voix, bruit maussade et menteur.

Voici mes yeux, luminaires d'erreur,
Pour être éteints aux pleurs de la prière,
Voici mes yeux, luminaires d'erreur.

Hélas ! Vous, Dieu d'offrande et de pardon,
Quel est le puits de mon ingratitude,
Hélas ! Vous, Dieu d'offrande et de pardon,

Dieu de terreur et Dieu de sainteté,
Hélas ! ce noir abîme de mon crime,
Dieu de terreur et Dieu de sainteté,

Vous, Dieu de paix, de joie et de bonheur,
Toutes mes peurs, toutes mes ignorances,
Vous, Dieu de paix, de joie et de bonheur,

Vous connaissez tout cela, tout cela,
Et que je suis plus pauvre que personne,
Vous connaissez tout cela, tout cela,

Mais ce que j'ai, mon Dieu, je vous le donne.

et c'est signé : Paul Verlaine (extrait du recueil Sagesse)

Commentaire de G.RARE le 14 Juin 2011 à 11:14
J'ai souvent médité sur ce magnifique texte de Satprem (secrétaire de Mère et qui a publié l'immense journal de cette dernière sur le mental des cellules)extrait de son livre " Par le Corps de la Terre ou le Sannyasin " en 1973 aux Editions Auropress à Auroville (Inde)
(édité en France par Robert Laffont en 1974)

J'étais du feu qui brûle. C'était pur comme du feu, sans rien d'autre que du feu. Un Amour-feu. Et ça montait,montait.
C'était comme de la joie qui brûle.
C'était intense comme de la joie. Un Amour-joie...plus de vie, plus de mort, plus rien, seulement du feu-orange.
Et puis, c'est descendu : une cataracte de Puissance chaude. Ca prenait tout, immobilisait tout. J'étais là-dedans comme le feu dans le feu , comme le torrent dans le torrent, la joie dans la joie, sans moi, sans toi, sans différence, sans ailleurs, sans ici, sans là, sans loin ni proche, ni dedans, ni dehors.
Il n'y avait que ça. Une immobile cataracte de Puissance chaude dorée. Et au dessus de cette cataracte, ou derrière , quelque chose, comme une lumière blanche, éblouissante, scintillante, pleine d'une joie absolue, triomphante, qui regardait tout cela avec un Amour si joyeux, si translucide, si pétillant, une immensité d'allégresse lumineuse, un étincellement d'allégresse mais tranquille, inébranlable : un roc d'éternité...
Il y avait une joie indicible, une joie qui aime, un Amour-joie radieux qui transperçait tout, qui changeait tout, changeait le regard, un plein total. Une fleur de feu vermillon qui s'enfonçait dans son propre feu comme dans un délire de rencontre absolue...Comme si la mort était seulement une invention de nos sens, la souffrance une invention de nos sens, la dureté fixe du monde une invention de nos sens et hier et avant-hier et tous les passés du monde, les séparations du monde : il n'y avait que ça présent éternellement présent...
Il n'y a que ça, partout, et qui aime pour toujours et qui est tout...Tout est là et j'ai tout pour toujours, brûle mon Amour, brûle un million de fois je t'aime, dans tout ce qui est, dans tout ce qui vit...
Commentaire de mossé marie-laure le 14 Juin 2011 à 8:31

ravie d'entrer dans votre groupe ...

à bientôt

marie laure

 

Membres (64)

 
 
 

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

© 2021   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation