L’ANIMAL HANDICAPE

par Marc VIDON, docteur vétérinaire (mail : marc.vidon0847@orange.fr )

* * *

Introduction, par Henri Charcosset

Cette contribution est la sixième que Marc Vidon consacre au thème de l’animal de compagnie, chez les personnes âgées ou/et handicapées. Ces articles  sont regroupés dans une section annoncée à  la page d’accueil du site. Le handicap concerne ici directement  non plus le maître  mais son animal !

Texte

Les médias parlent souvent de personnes handicapées ou d’animaux assistant ces mêmes personnes.

Mais qu’en est-il des animaux handicapés ? Il est vrai que si le maître choisi la solution facile de l’euthanasie, il n’y a pas lieu de se poser des questions.

Mais n’existe-t-il pas d’autres solutions ? N’y a-t-il pas moyen de garder avec soi son animal handicapé moyennant quelques modifications parfois minimes ?

Il est important que les propriétaires d’animaux n’adoptent pas comme vérité absolue l’équation : animal handicapé = euthanasie. Il est évident que le recours à cette extrémité est impératif dans certains cas, mais n’est pas systématique.

Le handicap d’un animal peut être temporaire ( fracture, troubles nerveux bénins, boiterie, etc .). Mais dans cette optique, il ne se pose généralement aucun problème au propriétaire étant donné que la situation est censée être temporaire. Je dis « généralement », car, en ce qui concerne un être vivant, on ne peut pas, en général, être sûr à 100 % de l’évolution d’une maladie. Je m’attarderai donc sur les handicaps permanents, car souvent incurables, parce que ceux-ci peuvent poser problème tant au niveau de l’animal ( ce qui est évident ) qu’au niveau du maître.

Dans cet article, j’ai exposé mon point de vue sur diverses situations mais cela n’engage que moi ; je ne prétends pas imposer une manière de faire générale, car chaque cas est particulier.

Le handicap moteur

Ce type de handicap est celui qui fait souvent apparaître le plus de difficultés dans la vie de tous les jours de « l’ensemble maître / animal » surtout s’il survient brutalement, à la suite d’un accident, par exemple. Malheureusement, il est assez fréquent et pose beaucoup de problèmes sur l’acceptabilité de ce handicap, tant pour l’animal que pour ses propriétaires. Il faut que l’animal puisse profiter d’un certain confort de vie sinon, d’après moi, il ne faut pas s’acharner et le maintenir en vie à tout prix. J’ai déjà pu observer ce genre de comportement de la part de certains maîtres qui par égoïsme, par ignorance, ou par amour peut-être, persistaient à renoncer à l’euthanasie de leur animal, alors que celui-ci était visiblement malheureux et souffrait psychiquement de son handicap. Il ne faut cependant pas faire d’anthropomorphisme ( Représentation de Dieu dans l’apparence humaine) et garder en tête que l’animal a sa place. J’ai également été témoin du contraire, c’est-à-dire lorsque le client veut euthanasier son animal malade alors que son état de santé ne le justifie pas, et notamment pour éviter les réflexions de l’entourage...

Comment savoir si un animal est heureux ou du moins supporte bien son handicap ? La réponse est très subjective et est variable selon les cas. Pour ma part, un animal handicapé qui mange, peut se déplacer seul et ne souffre pas, est un animal qui peut parfaitement vivre avec son handicap.

La paralysie est un handicap souvent rencontré chez nos compagnons. Elle peut être la conséquence de causes diverses ( accidentelle, infectieuse, à cause d’une dégénérescence, etc...) et s’exprimer avec une intensité plus ou moins importante ( de la parésie à la paralysie totale ). La paralysie n’engendre en général aucune douleur chez l’animal.

Pour simplifier, les paralysies importantes sont de trois types : la tétraplégie, l’hémiplégie et la paraplégie. En ce qui concerne les deux premiers cas, je pense que l’euthanasie est la meilleure solution. Ou bien, il faut en permanence porter son animal et l’assister dans tous ses besoins organiques ( nourriture, défécation, etc...) Or, ceci ne rejoint pas la définition du bonheur animal que j’ai donné plus haut.

Pour ce qui est de la paraplégie, il est vrai que l’euthanasie est souvent pratiquée. Cependant, il existe des voiturettes pour animaux ( chien et chat ) paralysés. Elles compensent l’absence de motricité des pattes arrières. Cet appareillage peut être une bonne solution à condition que l’animal le supporte, que ses conditions de vie le permettent ( pas trop d’escaliers ), et que les propriétaires aient suffisamment de temps à consacrer à leur animal pour tout de même l’aider en certaines occasions.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, l’amputation ou la perte d’un membre gène peu l’animal. Cette affirmation est tout de même à moduler. La perte d’un membre postérieur handicape moins l’animal et ceci pour deux raisons. Tout d’abord, en ce qui concerne les chiens notamment, 60 % du poids du corps est supporté par les membres antérieurs. De plus, ceux-ci sont directeurs, c’est-à-dire que c’est grâce à eux que l’animal se dirige, contrairement aux membres postérieurs  qui ont plutôt un rôle de propulsion. Ceci n’est pas vrai dans l’absolu car, il y a souvent des exceptions ( j’ai le souvenir d’un petit chien qui courrait dans le jardin de ses maîtres, sans heurter quoi que ce soit, alors qu’il n’avait qu’une patte avant ). Un chat n’ayant plus qu’une patte arrière peut sans problème sauter où bon lui semble et vivre sa vie de chat.

Cependant, en ce qui concerne les gros chiens, la perte d’un membre peut, à la longue, fatiguer l’autre membre et faire apparaître notamment des problèmes d’arthrose.

L’arthrose peut être un sérieux handicap pour un animal. En effet, comme chez l’homme, aucun traitement définitif n’existe et l’on est obligé de se rabattre sur les anti-inflammatoires et certains produits ralentissant la dégradation du cartilage. La situation pourrait être stabilisée de la sorte mais elle pose des problèmes à long terme. D’une part, il arrive un moment ou l’effet des anti-inflammatoires s’estompe et la douleur ne peut être contrecarrée : l’animal souffre alors trop pour rester dans cet état. D’autre part, les anti-inflammatoires utilisés à long terme présentent des effets secondaires non négligeables, notamment au niveau digestif, hépatique ou rénal. La encore je pense qu’il est bon de se reporter à la définition du bien-être d’un animal pour décider de l’avenir de son animal.

L’altération des sens

La cécité est un handicap fréquemment rencontré chez nos animaux de compagnie. Les causes en sont diverses : traumatisme, cataracte, diabète, atteinte des zones cérébrales de la vue, etc. . La cause de la cécité a peu d’importance dans cet article. L’essentiel est la vitesse de l’installation de la cécité. La perte de la vue gêne peut-être moins un animal qu’un homme, car l’animal ne lit pas, ne regarde pas la télévision, ne conduit pas, etc.

En effet, un animal qui devient progressivement aveugle, a le temps de « s’habituer » à son handicap. Il mémorise son espace vital et est capable, lors de cécité totale, d’évoluer librement dans un lieu connu, sans se heurter aux meubles, sauf si l’un d’eux a été déplacé sans être remis à sa place, ce qui est fréquemment le cas avec les chaises. L’un de mes clients m’avait raconté le cas de son chien aveugle qui, plusieurs fois par jour faisait son tour de jardin, comme un chien voyant ; il avait mémorisé le parcours et le suivait sans un écart.

Lorsque le chien devient brutalement aveugle ou lorsqu’il a de grandes difficultés à s’habituer à sa nouvelle situation, la réaction idéale du maître serait de l’aider et devenir un « homme-guide pour chien aveugle ». Malheureusement, la plupart des gens n’ont pas la patience ou le temps de s’occuper ainsi de leur animal et l’issue est bien souvent l’euthanasie.

La diminution ou la perte de l’audition oblige le maître à prendre quelques précautions. Par exemple, on ne peut pas appeler son chien pour qu’il vienne à moins d’habituer l’animal à obéir à certains mouvements, sorte de « langue des signes » pour l’animal. Mais bien souvent, le maître doit aller chercher son compagnon.

Il faut également prendre en compte un autre paramètre très important : l’approche de l’animal. En effet, il est absolument nécessaire d’aborder de face l’animal présentant ce handicap. Toute autre approche risque de déclencher une réaction de défense par peur, voire une morsure, car l’animal n’aura pas entendu arriver la personne et sera donc surpris du contact.

De plus, il est préférable qu’un animal sourd vive à l’intérieur ou, du moins, dans un espace clos. Ceci est d’autant plus vrai pour les chats qui ont tendance à « faire leur petit tour ». En cas de surdité, ils n’entendraient pas les dangers éventuels et notamment les voitures. Cette précaution peut également être valable pour la cécité.

La perte de la sensibilité cutanée ou profonde nécessite une vigilance accrue de la part du maître. Par exemple, si un chien ou un cheval a perdu la sensibilité de l’extrémité de la patte, il peut être blessé par un corps étranger (clou, verre, caillou coupant, etc.) sans en boiter pour autant. Si l’on ne surveille pas régulièrement cette zone après chaque promenade, on risque de voir apparaître une infection grave parce que profonde.

L’odorat est le sens qui persiste le plus longtemps, même chez des animaux très âgés. Les cas d’anosmie (perte de l’odorat) sont en général liés à une atteinte cérébrale, nerveuse ou tumorale.

Pour finir, la perte du goût est difficilement appréciable chez l’animal.

Handicaps divers

L’animal cardiaque est un individu qui ne supporte pas de gros et/ou de longs efforts. Bien qu’il existe de nombreux médicaments pour atténuer les effets de cette insuffisance, il est cependant indispensable de prendre des précautions. La promenade devra se dérouler lentement, au rythme de l’animal. Si votre compagnon s’arrête de lui-même, il faut absolument respecter cette pause, d’où l’importance d’écourter parfois la promenade. De même le harnais est préférable au collier, car chez un chien cardiaque notamment, la pression du collier sur la trachée provoque de longues quintes de toux qui sont très pénibles pour l’animal. Un autre exemple ( la liste n’est pas exhaustive ; ces exemples n’ont pour but que de montrer que la présence d’un animal cardiaque peut engendrer de nouvelles contraintes ) : un animal présentant ce type de pathologie est très sensible à de trop fortes chaleurs et à la soif. Il faut donc veiller à ce qu’il ait toujours à boire et prévoir davantage d’arrêts lors de départ en vacances. Cependant, les propriétaires ne sont pas toujours prêts à assumer ces obligations supplémentaires.

L’animal incontinent pose beaucoup de problèmes à son maître. Je précise tout de suite que l’incontinence est différente de la malpropreté, car dans le cas de la première, l’animal ne se contrôle pas et il n’existe pas de problèmes comportementaux expliquant cette incontinence. Bien que des traitements existent, ils n’agissent pas toujours et surtout pas sur tous les types d’incontinence. Le propriétaire doit donc vivre avec l’incontinence de son compagnon et faire preuve de beaucoup de patience. Par expérience, j’ai remarqué que ce type de handicap ( comme la malpropreté d’ailleurs ) était très mal supporté par les propriétaires qui « en avaient marre de nettoyer derrière leur animal et de supporter l’odeur » (sic). C’est pour cela que l’euthanasie représente bien souvent la « solution » à ce problème.

Conclusion

Grâce à Internet ou à certaines émissions animalières, le grand public est sensibilisé peu à peu au handicap de l’animal et aux solutions possibles permettant de rétablir un « bien-être minimal » pour que leur compagnon puisse vivre dignement. Pour cela, un dialogue doit s’instaurer entre le propriétaire et le vétérinaire, qui pourra guider le maître et lui apprendre à mieux cohabiter avec le handicap de son animal. Il est vrai que dans de nombreux cas la médecine vétérinaire ne peut rien pour effacer le handicap et, les meilleurs traitements sont alors l’attention et les petits soins que le maître prodigue à son animal.

Pour en savoir plus

Beaucoup de sites concernant le handicap sont à but commercial ( vente de matériel ). J’ai essayé de trouver des sites intéressants, contenant notamment des conseils ou des témoignages. Il semblerait que certains sites fassent preuve d’un certain « voyeurisme » malsain vis-à-vis du handicap animal ( vente de photos d’animaux handicapés, photos chocs d’animaux mutilés... ). Si au moins ce genre de pratique servait la condition animale ! ...

- Animaux paralysés et voiturette : http://www.parachien.com/home.html

- Conseils généraux : http://oudeis44115.blogspot.com/2010/04/soccuper-dun-animal-handica...

- Témoignage sur un berger allemand paralysé : http://bienmieuxavecmonanimal.com/Laidervivresonhandicap.html

- Peut-être une excellente idée ( il n’existe pas à ma connaissance de « prothèse » pour chien amputé des membres antérieurs ) : http://www.lejdd.fr/Societe/Insolite/Images/Fevrier-2010/Israel-chi...

N’hésitez pas à me contacter pour toute remarque ou réflexion concernant cet article : marc.vidon0847@orange.fr

* * *

Des animaux handicapés mais avec l'envie de vivre !

Quand un animal est handicapé, de nombreuses personnes optent pour l'euthanasie. Elles se disent qu'au moins il ne souffrira pas, que c'est mieux ainsi.


Mais pourquoi le handicap serait-il une fatalité ?

Même handicapés, beaucoup d'animaux veulent vivre ! Ce n'est pas parce qu'ils sont nés avec des pattes déformées ou paralysés, que leur vie ne vaut pas la peine d'être vécue. Alors comment leur faciliter la vie et les aider à vivre heureux ?

Vaincre le handicap d'un animal

L'euthanasie peut être une solution face à la douleur intense et continue d'un animal, mais il faut bien prendre conscience que cette solution est extrême. L'euthanasie doit servir à apaiser un animal malheureux qui souffre. Mais le handicap ne signifie pas toujours douleur physique et morale, et ne doit pas justifier systématiquement la mort de l'animal. 
Les animaux peuvent être atteints de divers handicaps, qu'ils soient de naissance ou la conséquence d'un accident.

L'altération des sens

Certains animaux perdent un ou plusieurs sens, ils deviennent aveugles, sourds ou alors ne sentent plus rien. Ces handicaps sont généralement assez contraignants mais n'empêchent pas l'animal de vivre et n'entraînent généralement pas de douleur physique particulière. Les autres sens se développent pour pallier le sens défaillant, ce qui permet de rééquilibrer un peu la balance.
Toutefois, il faut redoubler de vigilance pour son animal fragilisé et respecter certaines règles. Par exemple, bien le surveiller lorsqu'il sort dehors, ne pas le laisser sortir sans collier et sans laisse, évitez de déplacer les meubles pour que l'animal aveugle ne perde pas ses repères, établir un autre langage que le langage oral pour les animaux sourds (gestes, postures, regards, etc.).

Le handicap moteur

Le handicap moteur est souvent assez contraignant pour l'animal autant que pour le maître. Certains animaux naissent avec une patte en moins, ou l'amputation d'un membre s'avoue nécessaire après un accident. Quoi qu'il en soit, la plupart de ces animaux s'en sortent généralement très bien et font preuve d'une grande faculté d'adaptation.
Cependant, les promenades peuvent être vite épuisantes puisqu'elles demandent plus d'efforts, vous pouvez alors vous équiper d'un petit chariot pour finir la balade.
Pour les animaux dont les membres arrières sont paralysés, il existe des petites voiturettes qui peuvent leur servir à remplacer les membres manquants.

D'énormes progrès sont faits aujourd'hui pour aider nos compagnons à vivre pleinement leur vie, heureux. L'important est de leur permettre de retrouver une autonomie.

Stimuler les animaux handicapés

Ce n'est pas parce que l'animal est handicapé qu'il faut modifier tous ses comportements à son égard. Celui-ci aura toujours besoin de votre amour, de câlins et d'attention. 
De plus, ce n'est pas parce que votre chat ou votre chien a du mal à se déplacer et à se mouvoir, qu'il n'a pas envie de jouer ! N'hésitez pas à le stimuler, à éveiller ses sens, et à ne surtout pas le laissez s'isoler.

Des animaux handicapés mais heureux !

Parce qu'un animal handicapé n'est pas toujours malheureux ni souffrant, parce qu'il a lui aussi envie de vivre, voici un petit condensé de vidéos d'animaux handicapés, adorables et heureux de vivre !

Par Caroline Volckmann Crédits photo : Tuxboard

Sources :
http://bien.vieillir.perso.neuf.fr/animal-et-handicap.htm  publié en  mai 2010 
http://wamiz.com/chiens/actu/etre-un-animal-handicape-c-est-dur-256... publié en juillet 2012

* * * 

Histoire du CHIOT HANDICAPE A VENDRE

Petite histoire sur le droit  à la différence 

"Chiots à vendre !"

Un gérant d'une boutique clouait une pancarte au-dessus de sa porte où l'on pouvait lire : " Chiots à vendre ".

Bientôt un petit garçon fut attiré par l'annonce, et demanda :

- " À quel prix vendez-vous ces chiots ? ".
Le propriétaire du magasin répondit :
- " Autour de 30 € à 50 € ".

Le petit garçon chercha dans sa poche et sortit de la monnaie...
- " J'ai 2,37 €, est-ce que je peux les regarde ? "

Le propriétaire du magasin sourit, et siffla. Sa chienne, nommée Lady, courut hors du chenil, vers l'allée de son magasin, suivie par cinq petits chiots. Mais un des chiots restait loin derrière...
Immédiatement, le petit garçon choisit le chiot boîteux resté en arrière. Il demanda :

- " De quoi souffre ce petit chien? "
L'homme expliqua qu'à sa naissance, le vétérinaire lui avait annoncé que le chiot avait une malformation de la hanche qui le ferait boîter pour le restant de sa vie.
Le petit garçon devint vraiment enthousiasmé et dit :

- " C'est le chiot que je veux acheter !"
L'homme répondit :
- " Non, tu ne peux pas acheter ce petit chien, si tu le veux vraiment, je te le donne ! "

Le petit garçon devint bouleversé.  Il regarda l'homme droit dans les yeux et dit :

- " Je ne veux pas que vous me le donniez, il vaut tout autant que les autres chiens, et je vous paierai le plein prix. En fait, je vous donnerai 2,37 € maintenant et 0,50 € chaque mois jusqu'à ce que j'aie fini de le payer. "
L'homme contrecarra : 
-" Tu ne peux pas acheter ce chiot, vraiment ! Il ne sera jamais capable de courir, de sauter et de jouer. Aime d'autres chiots. "

Alors, le petit garçon se pencha vers le bas, puis il enroula la manche de son pantalon, et montra une jambe malade, tordue, estropiée, supportée par une grande tige de métal. Il regarda l'homme et dit : 
- " Je ne cours pas très bien et le petit chiot aura besoin de quelqu'un qui le comprenne. "

À ce moment, l'homme mordit sa lèvre inférieure. Des larmes lui piquaient les yeux... Il sourit et dit :
- " Mon garçon, j'espère et prie pour que chacun de ces chiots ait un propriétaire tel que toi. "

Dans la vie, peu importe qui/ce que vous êtes... si quelqu'un vous apprécie pour ce que vous êtes, vous accepte et vous aime inconditionnellement ( = sans condition).

Un véritable ami est celui qui se rapproche quand le reste du monde s'éloigne.

source : : http://journalextimerecherchespoir.over-blog.com/article-6176717.html


Visites : 1835

Réponses à cette discussion

John, et Shoep, 18 ans d'amour et d'amitié

Il se baigne avec son vieux chien pour atténuer ses souffrances

Il y a Boule et Bill, Tintin et Milou, Belle et Sébastien et, depuis le mois d'août, John et Schoep. Lorsque la photographe Hannah Stonehouse Hudson a photographié la séance d'aquagym d'un vieux husky, Schoep, et de son maître, John, dans le Wisconsin (nord des Etats-Unis), elle ne s'est pas doutée qu'elle venait de révéler l'une des histoires les plus touchantes en circulation cette année sur les réseaux sociaux.

Car les compagnons ne font pas trempette pour se rafraîchir. Agé de 19 ans, ce bon vieux Schoep souffre d'arthrite et tous les soirs, il s'endort dans les bras de son maître quand ce dernier le baigne dans l’eau du lac Supérieur, pour soulager ses douleurs, a raconté The Huffington Post.

Partagée sur Facebook, la photo a ému les médias locaux, puis de généreux donateurs. Ceux-ci se sont cotisés pour offrir à Schoep des séances de traitement au laser, a raconté Digital Journal (lien en anglais).

Leur histoire

Il y a 18 ans, John Unger et sa fiancée adoptaient ensemble un chien à la Humane Society dans le comté d’Ozaukee (Wisconsin, USA). Le chiot n’était âgé que de huit mois et avait pourtant déjà subi la violence humaine. Frappé violemment par son ancien maître, Shoep était un bébé chien traumatisé qui avait peur des humains. « Nous savions que nous voulions travailler avec un animal qui avait été maltraité » explique John Unger « J’avais la vision d’un travail avec l’animal pour faire ressortir tout son potentiel« .

Adopté, le petit chien a mis environ huit mois à faire pleinement confiance à son nouveau maître et comprendre qu’il ne lui ferait aucun mal.
Il sauve son chien d’un refuge, le chien le sauve du suicide

Quelques temps plus tard, John Unger s’est séparé de sa fiancée et est tombé dans une profonde dépression. Un soir, alors qu’il broyait du noir, John est allé au bord du lac Michigan de Milwaukee avec des idées de suicide : « Pour être honnête avec vous, je ne pense pas que je serais encore là si je n’avais pas eu Shoep à mes côtés. Il m’a juste tiré de là. Je ne sais pas comment l’expliquer, il m’a tiré de là. Je veux juste faire ce que je peux pour ce chien car il m’a sauvé la vie« .

Une forte histoire entre ces deux êtres qui se sont sauvés mutuellement à un instant sombre de leur vie. Shoep était petit chien traumatisé, John lui a donné une seconde chance en l’adoptant. Il l’a sauvé et lui a redonné goût à la vie, lui montrant que lui aussi avait le droit d’être aimé.

Shoep, de son côté, a été là quand John était déprimé, au bord du suicide et a sû lui aussi, lui rendre la joie de vivre. L’un jamais sans l’autre, même dans les moments les plus sombres de leur existence.

La photo a été prise le 31 juillet et a été vue plus de deux millions de fois sur Facebook et partagée plus de 100 000 fois. Le cliché a touché des milliers de personnes qui se sont mobilisées pour payer un traitement coûteux au laser pour soigner l’arthrite de Shoep. Un grand élan de solidarité sincère, généreux et désintéressé.

Image hébergée par servimg.com

Bravo aux internautes pour leurs partages et merci à leur générosité. La vie de Shoep a commencé dans la douleur, et grâce aux multiples dons pour ce chien souffrant, elle ne finira pas comme elle a commencé. On souhaite à Shoep que du bonheur et un bon rétablissement.

Image hébergée par servimg.com

Kabang, agée de 2ans,  la chienne au museau arraché en sauvant 2 enfants

Dans la ville de Zamboanga, aux Philippines, deux fillettes âgées de 11 et 3 ans allaient traverser la route au moment ou surgit une moto lancée à pleine vitesse qui allait les renverser. La chienne Kabang  a sauté devant la moto,  protégeant et sauvant ainsi les fillettes.  

Les fillettes ont trébuché mais s'en sorties indemnes, avec quelques contusions. Le conducteur de la moto était également sain et sauf.

Kabang n'a pas eu cette chance : en arrêtant l'engin dans son élan, la courageuse chienne a eu le museau happé par la roue avant de la moto, puis écrasé et la partie supérieure de sa mâchoire arrachée.

Le vétérinaire local a demandé au propriétaire de Kabang, Bunggal et sa femme, s'ils étaient prêts à l' euthanasier mais le couple a refusé :  "Ce n'est pas grave si elle est moche maintenant. Ce qui est important pour nous, c'est qu'elle a sauvé nos enfants et nous ne pourrons jamais la remercier assez pour ce qu'elle a fait ! »

Karen Kenngott, la coordinatrice américaine de l' association de protection des animaux, a précisé que plus vite les blessures seraient traitées, plus la chienne aurait de chance de survie. En effet, plus le temps passait, plus Kabang courrait un grand risque d'infection : les infections fongiques peuvent être particulièrement difficiles à éradiquer et une infection de l'os était à craindre. 

En raison de la complexité de ses blessures, la seule possibilité pour Kabang de s'en sortir était une intervention chirurgicale aux Etats-Unis. Mais avec un revenu journalier d'environ 3,50 $, Bunggal et son épouse étaient incapables d'en payer le coût total (traitement et voyage estimé à environ 20 000  $. Un appel aux dons a été fait. Toutes les personnes touchées par le sauvetage de Kabang ont fait un don. Au total, 15 000 € venus de 22 pays qui allaient permettre à Kabang de subir 3 interventions chirurgicales au sein de l'hôpital universitaire de médecine vétérinaire de l'université de Davis, dans l'Etat de Californie aux États-Unis.

L' équipe médicale a finalement pris la décision de ne pas poser de prothèse supérieure sur le museau de la chienne mais de réparer au mieux les dégats.

Bien que ses blessures étaient graves, la courageuse chienne s'est rétablie rapidement 
et quelque temps après a même donné naissance à 6 adorables chiots.

* * *

Dans une interview  les vétérinaires ont dit que, un mois après l'accident, Kabang leur a montré un "esprit de combat"
"Pour un animal qui a traversé tant de choses, il n'a ni peur ni colère", a déclaré Unson.

* * *

Kabang est devenu une superstar. 

Les gens viennent ici pour se faire photographier avec le chien. Certains sont venus avec des médicaments et des vitamines » ajoutant que certaines personnes ont également fait don d'argent et de vêtements pour la famille.

«Nous sommes tellement reconnaissants. Nous n'avons pas demandé ces choses,
mais nous sommes profondément reconnaissants." ont déclaré les propriétaires de Kabang

L'histoire de kabang a tiré la corde sensible de tous les amis des animaux dans et hors des Philippines : 

"Si le Japon a Hachiko, nous avons Kabang", a déclaré Mona Consunji, coordinateur de la Coalition pour la protection des animaux Affaires extérieures.

Une histoire qui rappelle le sauvetage d'un petit garçon de 7 mois par Géo, un Border Collie au grand cœur. Mais Kabang a eu moins de chance que Géo...

* * *

Cette histoire est triste : pour avoir voulu protéger ses petites maîtresses au péril de sa vie, Kabang est estropiée à vie et garde une apparence physique "qui dérange".

Ses maîtres auraient pu choisir l'euthanasie. Ils ne l'ont pas fait et se sont battus, comme ils ont pu, pour offrir à  cette "sauveuse d'enfants" la possibilité de continuer à vivre et sans souffrir.

Kabang a été opérée, ne souffre pas et s'est adaptée à son handicap grâce à l'amour de ceux qui l'entourent : elle continue de vivre normalement et joyeusement sa vie, indépendant de l'apparence physique qu'elle a à présent, acceptée par tout son entourage "humain" et animalier qui lui expriment amour et reconnaissance pour son acte héroïque au delà des apparences physiques, comme le montrent les photos récentes : 

* * * 

Quelle belle preuve (et leçon du ♥) d'amour inconditionnel et d' acceptation de "l'autre avec toutes ses différences", y compris lorsque celles-ci nous "répugnent" de prime abord...

Les animaux nous apprennent beaucoup et certains humains sont heureusement là pour le rappeler à nos mémoires sélectives... 

Et si l'on commençait à présent par modifier nos "critères/références de beauté" ? Où est l'essentiel (l'essence en ciel) ? L'apparence que l'on voit ou la beauté de l'être qui se présente à nous derrière une "laideur" (selon nos critères/références actuels) apparente ?

Roosevelt, chien handicapé qui vit très bien sa vie

Roosevelt est un Border collie né avec une malformation des deux pattes avant. Elles sont bien plus courtes que la normale et ne touchent même pas le sol.

Dans ce cas, impossible pour l’animal d’espérer marcher un jour, alors l’euthanasie est souvent la solution.
Pas pour Stephanie, la personne qui a vu en Roosevelt un énorme potentiel. Elle l’a donc adopté et lui a fait construire un chariot sur mesure pour venir en renfort de ses pattes avant.

Aujourd’hui, Roosevelt le chien mène une vie presque normale et joue avec grande joie avec d’autres chiens, comme s’il n’avait pas de handicap.

Vivre avec un handicap, pour Roosevelt le chien, c'est vivre !!!

source : http://wamiz.com/chiens/actu/un-chien-handicape-qui-vit-tres-bien-v...

Ramen, le chien sans patte avant mais plein de vie !

Ramen Noodle est un jeune chien qui n’a pas eu la vie bien rose… Probablement né dans une usine à chiots, l’animal de race Caniche toy sera toujours fragile et chétif. 

Heureusement, il est aussi très combatif !
Sa première propriétaire n’a pas été une maîtresse modèle. Quand il a eu 8 mois, le petit Ramen est arrivé chez le vétérinaire avec une patte cassée. La visite suivante a eu lieu presque 9 semaines plus tard…
Sa maîtresse l’avait mal soigné et la patte du chiot était rongée par la gangrène. L’animal était apathique et refusait de se nourrir. Pourtant, grâce à des soins intensifs, il a survécu.
La clinique vétérinaire a alors donné deux options à la propriétaire de Ramen : le céder à la clinique, ou être dénoncée à la protection animale.
Elle a laissé son chien à la clinique.
Par la suite, Ramen, à qui on venait d’amputer une patte, avant a été adopté par la femme qui s’en est occupé à la clinique. Elle a tout simplement eu le coup de foudre !

Le chien marche, malgré 2 amputations !

Malheureusement, le sort s’est acharné sur le pauvre animal, et un accident lui a fait perdre sa deuxième patte avant. Ses os sont si fragiles que lorsqu’il tenté de sauter d’une chaise, sa patte s’est brisée. L’amputation était incontournable.
Sa nouvelle maîtresse était dévastée, mais c’était sans compter sur la combativité dont peuvent faire preuve les chiens.
Dès son retour de la clinique, l’animal bondissait dans la maison. Trois semaines plus tard, il marchait sur ses pattes arrière !

Aujourd’hui, Ramen Noodle le Caniche se déplace dans la maison sans encombre, il peut même courir pour aller chercher ses jouets.

Il est la preuve qu’un animal handicapé n’est pas voué à l’euthanasie, et qu’on peut toujours tirer force d’une faiblesse !

Lincoln, le petit chat paralysé qui a réussi à marcher

Lincoln est un petit chat au courage impressionnant, qui a eu l'immense chance de rencontrer une femme au grand coeur, bien décidée à lui offrir une seconde chance.

Ce petit félin a été sauvé par une passante qui l'a découvert sur un trottoir de Saint Louis, dans le Missouri, aux Etats-Unis. Paralysé, le pauvre animal pouvait à peine lever la tête, et était incapable de bouger ses pattes. Cette femme s'est alors tournée vers plusieurs associations, mais toutes ont eu la même réponse : le chaton devait être euthanasié.

Toutes, sauf une : Tenth Life, un refuge de Saint Louis dédié aux chats handicapés, ou ayant des besoins spéciaux.
Bobbi Hale, une bénévole de l'association ayant déjà adopté plusieurs chats, a répondu à l'appel de Lincoln. Elle a accepté de le prendre chez elle, et de l'emmener chez le vétérinaire.

un chaton paralysé réussit à marcher

Le chaton pouvait à peine bouger sa tête

Elle s'attendait à trouver un chaton avec des blessures relativement mineures - peut-être une patte cassée -, mais ce qu'elle a découvert était bien pire que tout ce qu'elle avait imaginé.

"Je fus la première à le voir dans l'état où il se trouvait, et il était beaucoup plus grave que ce à quoi je m'attendais. La dame qui a appelé a dit qu'il pourrait avoir une patte cassée, et ce que j'ai trouvé était un chaton de quatre semaines, couché sur le côté, qui ne pouvait plus bouger aucun de ses membres" raconte-t-elle.

Les rayons X n'ont révélé aucune fracture, ce qui signifiait que sa paralysie avait probablement été causée par un traumatisme spinal ou neurologique. Et si Lincoln ne pouvait pas bouger ses pattes, il avait encore des sensations au niveau de ses membres paralysés, laissant alors un espoir de le voir un jour marcher.

Mais en attendant, le petit chat nécessitait des soins 24h/24h. Heureusement, le petit-ami de Bobbi travaille à la maison. Il y avait donc toujours quelqu'un pour s'occuper de Lincoln.

"Au début, nous devions toujours le soutenir et mettre son assiette de nourriture juste sous sa bouche pour qu'il puisse manger. Nous devions aussi l'aider à aller dans sa litière" explique la bienfaitrice du petit chat noir.

Bobbi et son compagnon ont également fait des exercices de kinésithérapie quotidiennement avec Lincoln, jusqu'à six fois par jour. Pour l'habituer à se tenir sur ses pattes, ils ont enroulé deux serviettes et les ont placées de chaque côté d'un lit pour chat, afin que Lincoln soit bien calé avec ses pattes à plat sur ​​le sol.

un chaton paralysé réussit à marcherBobbi a tout mis en oeuvre pour offrir une seconde chance à Lincoln

Bobbi a fait tout ce qui était en son pouvoir pour donner une chance à Lincoln. Mais cela ne l'a pas empêché de s'inquiéter.
"Je me demandais : et si il ne parvient jamais à se mouvoir ?  Pourrons-nous être sans cesse près de lui, toute sa vie? Sera-t-il malgré tout heureux ?"

Mais au fil des semaines, et des progrès de Lincoln, ses angoisses se sont évanouies.
Le chat a commencé à tenir tout seul debout, calé entre ses serviettes. Puis à six semaines, il a fait ses premiers pas. Depuis, il n'a jamais cessé de progresser.
"Pendant un moment je me suis dit, OK, il peut marcher, mais il ne va probablement jamais courir comme n'importe quel chaton. Et puis, au bout de quelques semaines, il y arrivait, et je me suis dit OK, il court, mais peut-être qu'il ne pourra jamais grimper ou sauter. Et puis, quelques semaines plus tard, il faisait de l'escalade et du saut. Il a dépassé toutes les attentes que nous aurions pu avoir" se réjouit-elle.

Bobbi et son compagnon devaient garder Lincoln avec eux quelques semaines seulement. Mais bien sûr, ils n'ont pas pu se séparer de leur petit héros, aujourd'hui âgé de 8 mois.
"Je suis tombée amoureuse de ce chaton. C'est mon coeur. Mon âme sœur sous la forme d'un petit chat" affirme celle 
Découvrez dans cette très touchante vidéo, les tous premiers pas du chat Lincoln:

Violet, le petit chat qui réapprend à marcher

Une fois encore, un animal nous donne une belle leçon de courage, et des amoureux des animaux nous donnent une belle leçon de générosité.
Gravement blessé, le chat ne pouvait plus marcher.

Violette, un joli chaton noir, a été trouvé dans un parc de Philadelphie, en Pennsylvanie aux Etats-Unis.
Le pauvre animal était gravement blessé, et jamais plus il ne retrouvera l'usage de ses jambes paralysées.
Mais Violet s'est vu offrir une seconde chance de marcher, grâce aux efforts du Dr. Megan Andeer, une vétérinaire travaillant pour l'association City Kitties Rescue, qui secourt les chats errants.

Violet est un petit chat joueur, empli de joie de vivre

Comment résister à un tel regard ?

Un petit chariot a été fabriqué pour elle, et jour après jour, semaine après semaine, Violet réapprend à se déplacer. Au cours des derniers mois, l'équipe médicale qui entoure le chat a tout mis en oeuvre poir l'aider à reprendre des forces et regagner la mobilité de ses jambes avant.

"Violet mérite une deuxième chance d'avoir une vie heureuse"

Le voyage sera long avant que Violet s'adapte parfaitement à son chariot. Mais la petite chatte est animée par une grande force, et une admirable joie de vivre, qui lui ont permis de parcourir un grand chemin depuis son sauvetage.  Elle parvient se balader, et a même commencé à courir !

Violet s'entraîne tous les jours, et ses progrès sont racontés par Megan Andeer, surnommée The Cat Doctor. 

"Nous pensons que Violet mérite une deuxième chance d'avoir une vie heureuse et épanouissante" affirme la vétérinaire.

Violet apprend à se débrouiller toute seule

source : http://wamiz.com/chats/actu/une-nouvelle-chance-de-marcher-pour-le-...

La bouleversante histoire de Naki’o, ou le chien bionique


Piégé dans la glace, Naki'o a dû être amputé de ses 4 pattes
 

Encore une belle histoire, comme nous les aimons tant chez Wamiz. Celle de l'étonnant Naki'o, ou le chien bionique !

Ce toutou vraiment pas comme les autres gambade aujourd'hui comme si de rien n'était. Mais il y a encore quelques mois, il était dans un bien triste état.

Si un ange gardien n'avait pas croisé son chemin, l'animal ne serait certainement plus en vie...

Piégé dans la glace, le chien perd ses 4 pattes

Naki'o a été abandonné alors qu'il était encore un chiot durant un hiver glacial, devant une maison, dans le Nebraska, aux Etats-Unis.

L'animal s'est retrouvé piégé dans une flaque d'eau gelée. Grièvement blessé, il a dû être amputé des 4 pattes et du bout de sa queue. C'est un avenir bien sombre qui l'attendait alors : l'euthanasie, ou toute une vie sans plus jamais pouvoir se tenir debout.

Mais le destin en a décidé autrement. Ou du moins Christie Tomlinson, en a décidé autrement. Assistante vétérinaire, celle-ci n'a pas pu se résoudre à laisser le chien dans un tel état. Elle a recueilli Naki'o, et s'est mis en tête d'offrir au pauvre animal une seconde chance. 

Un chien bionique, et heureux !

Elle a organisé une collecte de fonds, afin de réunir la somme nécessaire à la création de prothèses, soit 3 500 dollars.

Et pour le plus grand bonheur de Naki'o et sa bienfaitrice, l'argent a très vite été récolté ! Mieux encore, l'entreprise Orthopets a finalement décidé d'offrir au chien ses prothèses !

Le très courageux toutou s'est rapidement adapté à ses drôles de pattes. Et celui qui est aujourd'hui tendrement surnommé le "chien bionique" peut marcher, courir, sauter, nager, comme n'importe quel autre toutou !

C'est un vrai bonheur de voir Naki'o si heureux, alors que sa vie avait commencé d'une si cruelle façon.


Naki'o peut désormais marcher, courir, sauter, vivre sa vie de chien tout simplement.

Source : http://wamiz.com/chiens/diaporama/naki-o-le-premier-chien-bionique-...

En fauteuil roulant, ces chiens sont heureux, et ça se voit !

A Lanzenhainer, en Allemagne, une femme dévouée et amoureuse des animaux prend soin d'une ribambelle de toutous qui n'ont hélas pas eu la chance d'être adoptés, en raison de leurs handicaps. Gritta Götz a crée un refuge pour offrir à ces animaux une chance de vivre leur vie de la meilleure façon possible malgré leurs différences.

Comme elle le raconte au site thedodo.com, au départ, Gritta n'avait qu'un seul chien. Mais au fil des semaines passées à faire du bénévolat dans des associations de protection animale, elle a commencé à devenir famille d'accueil pour d'autres chiens dans le besoin.

Aujourd'hui, elle vit auprès d'une vingtaine de chien, dont huit se déplacent à l'aide de fauteuils, ou plutot de chariots roulants.


Certes, ces loulous ne courent pas aussi vite que leurs copains. Mais cela ne les empêche pas de s'amuser comme des fous et de nous donner une belle leçon de courage.

Regardez-les batifoler joyeusement grâce à leur ange gardien : 

Ce sont des chiens paralysés qui jouent avec des chiens "normaux" avec des bâtons et qui sont heureux !

Source : http://wamiz.com/chiens/actu/en-fauteuil-roulant-ces-chiens-sont-he...

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

Agenda

août 2022
DLMMJVS
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031
       

© 2022   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation