Alimentation humaine : Que dit le corps ?

 Source en anglais : The Comparative Anatomy of Eating - Traduction et mise en forme pour libertero@gmail.com

Les êtres humains sont le plus souvent décrits comme «omnivores ». Cette "observation" repose sur le fait que les humains se nourrissent, en général, d'une grande diversité d'aliments végétaux et animaux.  Cependant, les cultures et les coutumes sont plutôt des facteurs de confusion et "l'observation" des pratiques alimentaires n'est pas la meilleure technique à utiliser quand on essaye d'identifier le régime alimentaire le plus «naturel» . Alors que la plupart des humains sont clairement des omnivores par leur comportements, la question demeure de savoir si les humains sont anatomiquement adaptés à un tel régime incluant animaux et végétaux.

Une technique plus objective, et donc de meilleure qualité, consistera à examiner l'anatomie et la physiologie humaine .Les mammifères sont anatomiquement et physiologiquement adaptés à se procurer et à consommer les aliments convenant à leurs régimes alimentaires - Il est de pratique courante, lors de l'examen des fossiles de mammifères disparus, d'examiner les détails anatomiques pour en déduire le régime alimentaire probable de l'animal - Par conséquent, nous pouvons examiner l'anatomie des mammifères carnivores, herbivores (mangeurs de plantes) et omnivores pour voir quelles fonctions anatomiques et physiologiques sont associées à chaque type de régime alimentaire. Ensuite, nous pourrons examiner l'anatomie et la physiologie humaine pour déterminer à quel groupe nous appartenons.

Analyse détaillée

La cavité buccale (la bouche)

Les carnivores

Les carnivores ont une ouverture de la bouche large par rapport à la dimension de leur tête. Cela confère des avantages évidents dans le développement des forces utilisées pour la saisie, le meurtre et le démembrement de leurs proies. La musculature faciale est réduite, carces muscles gêneraient une large ouverture de la bouche, et ne jouent aucun rôle dans la préparation de l'animal à avaler sa nourriture. Chez tous les mammifères carnivores, l'articulation de la mâchoire est une articulation à charnière simple, située sur le même plan que les dents. Ce type d'assemblage est extrêmement stable et agit comme le pivot d'un "bras de levier" formé par les mâchoires supérieure et inférieure.

Le muscle principal utilisé pour l'exploitation de la mâchoire chez les carnivores est le muscle temporal. Ce muscle est si massif chez les carnivores qu'il représente pour la plupart, la majeure partie des côtés de la tête (quand vous caressez un chien, vous caressez ses muscles temporaux). L'angle de la mâchoire inférieure chez les carnivores est faible. Ceci parce que les muscles masséter et ptérygoïdiens, qui se fixent là, sont d'une importance mineure pour ces animaux. La mâchoire inférieure des carnivores ne peut aller d'avant en arrière, et très peu d'un côté à l'autre. Lorsque la mâchoire d'un carnivore se ferme, le cisaillement formé par le passage des molaires taillées les unes par rapport aux autres donne un mouvement  très efficace pour extraire la viande des os.

Les dents d'un carnivore sont trop espacées pour piéger convenablement les débris fibreux. Les incisives sont courtes, pointues et leur brochage est utilisé pour saisir et déchiqueter. Les canines sont allongées comme des dagues pour poignarder, déchirer et tuer leurs proies. Les molaires (carnassières) sont aplaties et triangulaires avec des bords dentelés de telle sorte qu'elles fonctionnent comme le tranchant des dents des lames de scie.

En raison de l'articulation en charnière, quand un carnivore ferme sa mâchoire, les dents jugales se réunissent dans un mouvement d'arrière en avant donnant une coupe lisse comme les lames d'une paire de ciseaux.

La salive des animaux carnivores ne contient pas d'enzymes digestives. En mangeant, un carnivore mammifère se gave rapidement sans mâcher sa nourriture. Comme les enzymes protéolytiques (protéine de digestion) ne peuvent être libérés dans la bouche en raison du danger d'autodigestion (pouvant endommager leur cavité buccale), les carnivores n'ont pas besoin de mélanger leur nourriture avec de la salive; ils ont simplement besoin de mordre d'énormes morceaux de viande et de les avaler en entier .

Les herbivores

Selon la théorie évolutionniste, les caractéristiques anatomiques du régime herbivore est une branche récente du régime carnivore. Les mammifères herbivores ont une musculature faciale bien développée, des lèvres charnues, une ouverture relativement faible de la cavité buccale et une langue musculaire épaisse. Les lèvres permettent le déplacement de la nourriture dans la bouche et, avec les muscles des joues et la langue, aident à la mastication des aliments. Chez les herbivores, l'articulation de la mâchoire est déplacée,  positionnée au-dessus du plan des dents. Bien que ce type d'articulation soit moins stable que la charnière carnivore, il est beaucoup plus mobile et permet des mouvements de mâchoire complexes, nécessaires à la mastication des aliments végétaux.

En outre, ce type d'articulation de la mâchoire permet aux dents supérieures et inférieures de se rassembler de façons variables au sein de la joue sur la toute la longueur de la mâchoire. Ce type d'articulation, alors même que la bouche est close, forme de véritables plates-formes de broyage - Ce type d'assemblage est si important chez les herbivores, que l'on pense qu'il a pu faire l'objet de 15 évolutions différentes chez leurs diverses espèces mammifères - L'angle de la mandibule est élargi pour offrir un vaste espace à la fixation de muscles masséters et ptérygoïdiens bien développés (ceux-ci sont les principaux muscles de la mastication au sein de ce processus chez ces animaux).

Le muscle temporal est petit et d'une importance mineure. Les muscles masséter et ptérygoïdiens maintiennent la mâchoire inférieure à la manière d'une bride et permettent les mouvements latéraux d'un côté à l'autre. En conséquence, la mastication des plantes dont se nourrissent ces mammifères entraine leur mâchoire inférieure dans un mouvement de balancement prononcé. Ce mouvement latéral est nécessaire pour le broyage lors de la mastication

La dentition des herbivores est très variée selon le type de végétation à laquelle une espèce particulière est adaptée. Bien que ces animaux diffèrent dans les types et le nombre de dents qu'ils possèdent, les différentes sortes de dents qu'ils ont partagent des caractéristiques structurelles communes. Les incisives sont larges, aplaties, en forme de bêche. Les canines peuvent être petites comme chez les chevaux, proéminentes comme celles des hippopotames, des porcs et de certains primates (celles-ci sont alors spécialisées pour la défense), voire inexistante. Les molaires, de manière générale, sont de forme carrées, aplaties sur le dessus pour fournir une surface de meulage. Les molaires ne peuvent coulisser verticalement en passant l'une sur l'autre dans un mouvement de cisaillement / tranchage, mais elles glissent horizontalement de l'une à l'autre pour écraser et broyer.

Les caractéristiques de la surface des molaires varient selon le type de matériel végétal que l'animal mange. Les dents des animaux herbivores sont étroitement regroupées de telle sorte que les incisives forme un mécanisme  de  système efficace de rognage et les molaires supérieures et inférieures forment de larges plates-formes pour concasser et broyer. La cavité buccale ainsi enclose a beaucoup d'espace potentiel utilisé lors de la consommation.

Ces animaux mastiquent leurs aliments soigneusement et méthodiquement, en poussant la nourriture d'avant en arrière dans leurs grincements de dents par la langue et les muscles des joues. Ce processus rigoureux est nécessaire pour perturber mécaniquement les parois cellulaires végétales afin d'en libérer le contenu intracellulaire digestible et ainsi assurer un mélange intime de ce matériau avec leur salive. Lors de ce processus important,  la salive des mammifères herbivores contient souvent des enzymes de digestion glucidiques qui commencent à décomposer les molécules des aliments alors que la nourriture est encore dans la bouche.

 

L'estomac et l'intestin grêle

Les carnivores

Des différences frappantes entre les carnivores et les herbivores sont visibles dans ces organes. Les carnivores ont un estomac simple de grande capacité (à une seule poche). Le volume de l'estomac d'un carnivore représente 60 à 70% de la capacité totale du système digestif. Comme la viande est relativement facile à digérer, leurs petits intestins (où l'absorption de molécules alimentaire sa lieu) sont courts, environ trois à cinq ou six fois la longueur du corps. Étant donné que ces animaux ne tuent qu'en moyenne une fois par semaine, un grand volume de l'estomac est avantageux car il permet aux carnivores de se gorger rapidement en mangeant, en absorbant autant de viande que possible à un moment donné, pour ensuite être digérée plus tard, au repos. En outre, la capacité de l'estomac carnivore à sécréter de l'acide chlorhydrique est exceptionnelle. Les carnivores sont capables de garder leur pH gastrique bas autour de 1-2 (très acide), même en présence d'aliments. Cette forte acidité est nécessaire pour faciliter la décomposition des protéines et tuer les bactéries dangereuses souvent trouvées en abondance dans les chairs en décomposition.

Les herbivores

Suite à la difficulté relative avec laquelle divers types d'aliments végétaux sont décomposés (en raison de grandes quantités de fibres indigestes), les herbivores digèrent beaucoup plus longtemps et, dans certains cas, ont des viscères beaucoup plus élaborés que les carnivores. Les animaux herbivores qui consomment des plantes contenant une forte proportion de cellulose doivent" fermenter" (digérer par l'action d'une enzyme bactérienne) leur nourriture afin d'obtenir la valeur nutritive. Ils sont classés comme «ruminants» (fermentation antérieur à l'intestin) ou non ruminants (fermentation dans l'intestin).

Les ruminants sont des animaux herbivores munis des fameuses poches stomacales multiples. Les animaux herbivores qui mangent des végétaux relativement mous n'ont pas besoin d'estomac à poches multiples. Ils ont généralement un estomac simple, et un intestin grêle long. Ces animaux fermentent les parties fibreuses difficiles à digérer de leur régime alimentaire dans leur côlon. Plusieurs de ces herbivores accroissent la sophistication et l'efficacité de leurs voies gastro-intestinales en incluant des enzymes de digestion glucidiques dans leur salive.

 Un processus de fermentation par estomac à poches multiples chez un animal qui consomme un régime de consistance molle, aux végétaux pulpeux serait un gaspillage énergique. Les éléments nutritifs et caloriques seraient consommés par les bactéries de fermentation avant d'atteindre l'intestin grêle pour l'absorption. L'intestin grêle des animaux herbivores a tendance à être très long (supérieure à 10 fois la longueur du corps) afin de permettre suffisamment de temps et d'espace à l'absorption des nutriments ..

 Le côlon (le gros intestin)

Les carnivores

Le gros intestin (côlon) des carnivores est simple et très court, puisque ses seuls objectifs sont l'absorption de sel et d'eau. Le côlon est court et ne forme pas de sac. Il est approximativement de même diamètre que l'intestin grêle et, par conséquent, a la capacité de fonctionnement limitée d'un réservoir. Les muscles sont répartis dans toute la paroi, donnant au côlon un aspect lisse et cylindrique. Bien qu'une population bactérienne soit présente dans le côlon des carnivores, ses activités sont essentiellement la putréfaction.

Les herbivores

Chez les animaux herbivores, le gros intestin a tendance à être un organe hautement spécialisé impliqué dans l'absorption et l'électrolyse de l'eau, la production et l'absorption de vitamines, et / ou la fermentation de matières végétales fibreuses. Les côlons des herbivores sont généralement plus larges que leur intestin grêle et sont relativement longs. Chez certains mammifères herbivores, le côlon a une apparence de poche en raison de la disposition des fibres musculaires de la paroi intestinale. En outre, chez certains herbivores le caecum (la première section du côlon) est assez grand et sert de site de fermentation primaire ou accessoire.

Et les Omnivores ?

On pourrait s'attendre à ce qu'un omnivore montre les caractéristiques anatomiques nécessaires à manger des animaux et des aliments végétaux. Selon la théorie de l'évolution, la structure de l'intestin carnivore est une branche primitive de l'évolution vers les herbivores. Ainsi, un omnivore pourrait être un carnivore dont l'appareil digestif montrerait quelques évolutions vers un régime herbivore.

C'est exactement la situation dans laquelle se trouvent l'ours, le raton laveur et certains membres de familles canines - Cette discussion sera limitée à l'ours car ils sont, en général, représentatifs des omnivores anatomiques - Les ours sont classés comme des carnivores mais ils sont des omnivores anatomiques classiques. Bien qu'ils mangent certains aliments d'origine animale, les ours sont principalement herbivores avec 70-80% de leur régime alimentaire composé d'aliments d'origine végétale. (La seule exception est l'ours polaire qui vit dans les glaces, au milieu de la végétation pauvre de l'Arctique et se nourrit principalement de phoques.)Les Ours ne peuvent pas bien digérer la végétation fibreuse et, par conséquent, se nourrissent de façon très sélective. Leur régime alimentaire est dominé par la végétation succulente, les tubercules et les baies.

 De nombreux scientifiques pensent que la raison de l'hibernation des ours provient de ce que leur principale nourriture (végétation succulente) n'est pas disponible pendant les hivers froids du nord. (Fait intéressant, les ours polaires hibernent pendant les mois d'été lorsque les phoques ne sont pas disponibles.)

En général, les ours présentent des caractéristiques anatomiques compatibles avec un régime carnivore. L'articulation de la mâchoire d'ours est au même plan que les dents molaires. Le muscle temporal est massif, et l'angle de la mandibule est petit correspondant au rôle limité que jouent les muscles ptérygoïdiens et masséters dans l'exploitation de la mâchoire. L'intestin grêle est court (inférieur à cinq fois la longueur du corps) comme celle des carnivores purs, et le côlon est simple, lisse et court. L'adaptation la plus importante à un régime herbivore des ours (et d'autres "anatomique" omnivores) est la modification de leur dentition. Les ours conservent des incisives en forme de tenon, les grandes canines et les prémolaires de cisaillement d'un carnivore, mais les molaires sont devenues carrées avec des cuspides arrondies pour le concassage et le broyage.

Les ours n'ont, cependant pas, adopté les ongles aplatis et émoussés de la plupart des herbivores et ont conservé les griffes allongées et pointues d'un carnivore.

Un animal qui capture, tue et mange des proies doit posséder un équipement physique qui rend la prédation pratique et efficace. Comme les ours incluent des quantités importantes de viande dans leur alimentation, ils doivent conserver les caractéristiques anatomiques qui leur permettent de capturer et de tuer des proies. Par conséquent, les ours ont une structure de mâchoire, de musculature et de dentition qui leur permet de développer et d'appliquer les forces nécessaires pour tuer et dépecer une proie. Ainsi une articulation de la mâchoire de type herbivore (au-dessus du plan des dents), serait une évolution beaucoup plus efficace pour concasser et broyer de la végétation et offrirait potentiellement aux ours la possibilité d'inclure un large éventail d'aliments végétaux dans leur alimentation, mais, serait beaucoup plus fragile que l'articulation carnivore de type charnière.  L'articulation de la mâchoire herbivore se disloque de façon relativement facile et ne soutiendrait pas assez bien la contrainte de soumettre une proie en difficulté et / ou de broyer des os (alors que cette nécessité est couverte par la large ouverture de la bouche dont les carnivores ont besoin). Dans la nature, un animal avec une mâchoire disloquée serait soit bientôt prêt de mourir de faim ou d'être mangé par quelque chose d'autre et, de ce fait, d'être exclus du processus de l'évolution.

Une espèce donnée ne peut pas adopter la plus fragile mais plus mobile et efficace mâchoire herbivore que si elle s'engage dans une alimentation essentiellement végétale, car sinon elle risque la dislocation de la mâchoire, la mort et, finalement, l'extinction.

Et moi ?

L'appareil digestif humain comprend les particularités anatomiques d'un régime herbivore. Les êtres humains ont les lèvres musculeuses et une petite ouverture de la bouche. Bon nombre des soi-disant "muscles d'expression" sont en fait des muscles utilisés lors de la mastication. La langue agile et musclée, essentielle pour manger, est adaptée à la parole et à bien d'autres choses. L'articulation maxillaire inférieure, aplatie par une plaque cartilagineuse, est située bien au-dessus du plan des dents. Le muscle temporal est réduit . La caractéristique "mâchoire carrée" des mâles adultes traduit le processus combiné angle élargi de la mâchoire inférieure et du groupe de muscles masséter / ptérygoïde. La mâchoire inférieure humaine peut aller de l'avant pour engager les incisives, et aller d'un côté à l'autre pour écraser et broyer.

Les dents de l'homme sont également semblables à celles des autres herbivores, à l'exception des canines (des canines de certains des grands singes sont allongées et sont considérées comme utilisées pour dissuader et / ou de défendre). Nos dents sont assez grandes et généralement butent les unes contre les autres. Les incisives sont bien à plat et de type bêche, utiles pour éplucher, couper et mordre des matériaux relativement tendres. Les canines ne sont ni dentelées, ni coniques, mais aplaties, émoussées et petites et fonctionnent comme des incisives. Les prémolaires et les molaires sont carrées, aplaties et nodulaires, et utilisées pour le broyage, et la trituration d'aliments plutôt mous.

La salive humaine contient une enzyme digestive glucidique, l'amylase salivaire. Cette enzyme est responsable de la majorité de la digestion de l'amidon. L'œsophage est étroit et adapté à de petites portions molles d'aliments mâchés. Manger vite, en essayant d'avaler une grande quantité de nourriture ou d'aliment fibreux et / ou mal mastiqués (la viande est la cause la plus fréquente) se traduit souvent par un étouffement chez les humains.

L'estomac de l'homme est à poche unique, et modérément acide - Médicalement, quand une personne se présente avec un pH gastrique inférieur à 4-5 et qu'il y a des aliments dans l'estomac, c'est une cause de préoccupation - Le volume de l'estomac représente environ 21-27% du volume total de l'appareil digestif humain.

 L'estomac constitue une chambre de mélange et de stockage, mélangeant et liquéfiant les aliments ingérés, il régule leur entrée dans l'intestin grêle. L'intestin grêle humain est long, avec une moyenne de 10 à 11 fois la longueur du corps. (La taille moyenne de l'intestin grêle est de 6,6 à 9 m. La taille du corps humain mesurée à partir du sommet de la tête à la fin de la colonne vertébrale et en moyenne de 60 à 90 cm chez les individus de taille normale.)

 Le côlon humain illustre la structure à poche propre aux herbivores. Le gros intestin extensible est plus grand dans la partie proche de l'intestin grêle, et il est relativement long. Le côlon de l'homme est responsable de l'absorption par électrolyse de l'eau et de la production et de l'absorption des vitamines. Il existe également une fermentation bactérienne de matières végétales fibreuses, avec production et absorption de quantités importantes d'énergie alimentaire (chaîne courte d'acides gras volatiles) selon la teneur en fibres du régime alimentaire. La mesure du déroulement de la fermentation et de l'absorption des métabolites dans le côlon humain n'a commencé à être étudiée que récemment.

 En conclusion

Nous constatons que les êtres humains ont la structure d'un appareil digestif résolument herbivore. L'humanité ne montre pas les caractéristiques structurelles mixtes attendues et trouvées chez les omnivores anatomiques, comme les ours et les ratons laveurs. Ainsi, en comparant l'appareil gastro-intestinal des humains à celui des carnivores, herbivores et les omnivores, nous devons conclure que l'appareil digestif des humains est conçu pour un régime alimentaire purement végétal.

  

 

 

Visites : 42003

La discussion est close. Vous ne pouvez plus y répondre.

Réponses à cette discussion

Bonjour Monikaren .

Je respecte toutes les croyances et philosophies . Ce qu'on peut contester c'est lorsqu'elles s'appuient sur des affirmations manifestement fausses ou erronées . 

Si la philosophie de quelqu'un s'appuie sur l'affirmation que la terre est plate et que si l'on va au bord on risque de tomber dans le vide , je ne pense pas que c'est lui faire cadeau de s'interdire de réagir au nom de la tolérence (envers le tout et le n'importe quoi )

Dans l'article il nous est présenté avec une apparence scientifique que l'homme serait naturellement végétarien . Non seulement je n'ai rien contre le végétarisme , bien au contraire puisque cette démarche me tente beaucoup . 

Il suffit d'aller sur le site de la Vegan society qui est la Mecque du végétarisme au niveau mondial : c'est tenu par des végétariens , c'est ce qu'il y a de plus sérieux . 

On y explique que le vegetarisme et le végétalisme ce n'est pas vraiment instinctif et pas vraiment naturel pour l'homme , que pour le végétarisme il faut faire un peu attention à son alimentation pour éviter les déséquilibres et que  le végétalisme provoque des carences qu'on doit compenser avec des suppléments .

On y explique que le végétarisme n'est pas le retour à un état naturel idéal mais que ses bénéfices sont supérieurs aux inconvenients et que le bilan est supérieur à celui de l'alimentation carnée .

Voila 

http://youtu.be/1WYMoP-3le8 Edifiant et terrifiant mais c'est bel et bien notre réalité

Projet principal Philip Wollen, la Fiducie bonté Winsome Constance, est une initiative mondiale dont l' énoncé de mission est de «promouvoir la bienveillance envers tous les êtres vivants et l'inscrire comme un trait reconnaissable dans le caractère australien et la culture". [ 4 ] Le Fonds met l'accent sur ​​l'éthique , la compassion et la coopération , et s'oppose à la cruauté de l'homme et les animaux non humains. En 2006, le Fonds disposait des initiatives dans 34 pays et est en pleine croissance.

"Les esquimaux ne sont pas végétariens; et ils vivent et sont aussi sociaux que Nous."



Tout à fait, la colère est bannie chez ces peuples (la personne qui se met en colère, quelle qu'en soit la raison, est exclue du groupe) , car vivant en très grande proximité, elle est dangereuse pour le groupe. Donc, il n'y a aucun lien entre "civilité"et alimentation.





Si la viande n'était pas possible, notre organisme ne la tolèrerait tout simplement pas. Or, le pancréas (enzymes protéolytiques) dans sa fonction exocrine, a, en partie, cette fonction. Les dents si souvent cité, permettent de manger de la viande non hachée (et même crue). Les intestins, les neurotransmetteurs, enzymes, hormones....tout cela fonctionne à base de protéines (et acides aminées qui sont libérées par certaines protéines).



Sans parler du fait que les catégories "carnivore", "herbivore" mettent dans le sac des espèces totalement différentes, qui vivent dans la nature et dont l'alimentation, est adapté, non seulement à la physionomie, mais également au type de nourriture.
D'ailleurs, serait-ce l'organisme qui s'est adapté à la nourriture disponible ou le contraire ? Les gens répondront bien entendu, en fonction de l'idéologie qu'ils veulent défendre, mais certainement pas au prix de réelles recherches personnelles (effectivement colossales sur cette question) et d'une analyse un peu poussée (comme d'habitude).

Une tortue peut être herbivore, de même qu'une vache, mettre ces deux animaux sous une seule et même étiquette, est tout sauf sérieux.
Pareil pour un lion et une araignée qui sont tout deux carnivores, mais n'ont rien à voir, ni sur le plan physiologique, ni comportemental.

Conférer la maladie dite "de la vache folle" (encéphalopathie spongiforme bovine), qui a flambé suite à l'introduction de viande dans le régime d'animaux herbivores. Si nous étions herbivores, nous aurions réagi comme ces animaux, face à un régime non adapté. Une fois de plus, l'humain a voulu jouer au petit chimiste et réinventer à sa sauce, les lois de la nature.

Or, cela fait des siècles que les humains mangent de la viande et certaines maladies neurologiques et endocrines flambent en ce moment...la maladie d'Alzheimer se déclare de plus en plus tôt.

Deux questions sont à considérer : l'humain est-il capable d'extraire les protéines des plantes, de façon à ne pas se retrouver en carence ? D'une part. Cela demande des études longitudinales sur du long terme.

Et d'autre part, mieux étudier les interactions chimiques entre nutriments qui peuvent accentuer des effets non désirés ou annuler les effets recherchés.

De réelles connaissances en anatomie et surtout physiologie, éviterait l'absorption de n'importe quelle théorie à la mode. La connaissance étant le nutriment de l'intelligence qui permet d'évaluer une situation au plus juste (recul face aux manipulations lobbyistes) et sans passion (effet de mode).





Manger de la viande, revient à chasser, dans la nature, qui dit chasser, dit élaborer des stratégies (cognition), ce qui n'a pas la même urgence, voire utilité, chez les herbivores.

La tendance à vouloir classer les gens et les espèces en général est lisible :

herbivores : pacifistes, évolués sur le plan civisme ;

et canivores : guerriers ; hostiles, agressifs.

pour les simplifier en « items » : herbivores : bien/carnivores : pas bien.
Tiens ça me rappelle un film !



Rien que la pratique, ne peut entrer sous l'étiquette : pacifiste, car lorsque l'on est réellement pacifiste, on laisse l'autre libre de penser et vivre selon sa façon de voir, pour peu que cela ne dérange pas les autres.

Or, qu'est-ce qui dérange dans le "carnivorisme" ? L'industrialisation. La voracité et l'égoïsme humain (ne pas manquer, même si cela nuit à d'autres espèces). Cela dérange concernant l'industrialisation de l'élevage, mais cela dérange-t-il dans d'autres domaines d'industrialisation ? Comme la culture de tomates en Hollande (c'est vrai que le climat y est tout à fait approprié) ou l'achat de produits manufacturés à des prix défiant toute concurrence, à l'origine de morts (conférer l'usine du Bengladesh qui a bien moins fait parler, que d'autres tragédies plus « proches »).

L'humain a un problème comportemental avec ses semblables, et les autres espèces, si le changement de régime était susceptible d'enrayer le phénomène, je serais la première à « signer », mais je n'y crois pas.

Les rares populations qui n'ont jamais atteint le niveau de destruction du vivant, des autres populations, dîtes civilisées, sont homnivores et donc, carnivores en partie : les amérindiens, les inuits, Africains....

merci KAT j adore te lire =je comprend tout c est pas socratique !!

Le deuxième volet :

Cela existe autant à l'encontre des plantes, mais comme elles ne nous "ressemblent pas", il est moins pénible de savoir que des salades ou tomates ne voient que la lumière que de façon très épisodiques (pour celles qui ont la "chance" d'être cultivées sous serre).

Si les végans, avancent l'idée que l'on ne doit pas manger ceux qui nous ressemble parce que nous avons des sentiments, on peut en déduire, qu'il est conseillé de manger des « êtres » pour lesquels nous n'éprouvons rien, de « moindre  importance ».

Et qu'en plus l'industrialisation maltraite les animaux. Ce qui va à l'encontre de l'amour pour la vie.

Donc, cela revient à dire que nous ne devons ingérer que des aliments pour lesquels nous n'avons aucune considération et que l'on peut maltraiter tant que l'on veut, pour peu que l'organisme ne nous ressemble pas.
Je dirais, que ces dircctives révèlent une déconsidération pour son propre corps auquel il ne doit être apporté que des nutriments non « considérés » voir morts (certains conseillent, même des compléments alimentaires pour des nutriments manqunts !!!!) et que la vie n'a d'importance qu'à partir du moment où elle nous « ressemble » (assez loin de l'antispécisme dont se revendiquent les vegans).



C'est assez extrémiste et peu respectueuse de la vie (y compris son propre corps auquel on fait absorber des aliments sur des considérations subjectives), mais plutôt une théorie très narcissique.



Pour moi (je ne suis pas la seule), rien n'est prouvé à travers les diverses démontrations qui tapissent le net, puisqu'à chaque fois, les informations sont incomplètes à dessein ou par ignorance. En revanche, devant l'instance qui se généralise, la question que je ne peux m'empêcher de me poser : à qui profite cet envoi massif de populations vers un comportement alimentaire particulier ?

Pour son bien être et celui de l'environnement ? Possible, mais ce serait bien plus crédible si il n'y avait pas encore une fois des groupes auxquels cela profite, de façon, conséquente.







Cependant, ces divergences ne sont pas vaines, avec tous les végétariens (et petits scientifiques en herbe et autoproclamés), qu'il y a actuellement, ces gens constituent une formidable bibliothèque d'observation qui permettront, de trancher, de façon plus certaine, dans quelques années.

Et puis, peut être, qu'un beau jour, on entendra des voix se lever contre le maintient en vie forcé des animaux et l'on verra enfler des « lobbyes » pour la sédation sans souffrance des animaux en fin de vie....






une bonne expérience a faire MANGER EN CONSCIENCE quand j ai faim arrêter dés que je n ai plus faim =incompatible avec l organisation du travail ?

Partie 5. RÉGIONS

  1. Organisations régionales (ROS) peuvent devenir des partenaires de l'UIV tel que défini à la section 4 des statuts.

  2. Le Conseil International (CI) doit mener des discussions avec toute RO intéressés à former un partenariat dans une région géographique définie. Un tel partenariat est soumis à la ratification par les membres IVU à la première occasion.

  3. Le CI et le RO doivent négocier et convenir d'un contrat qui est appropriée aux circonstances de chaque région. Le contrat ne peut pas entrer en conflit avec l'UIV mémorandum ou des statuts ou règlements, mais peut ajouter des questions de pertinence par rapport aux besoins de la région.

  4. Chaque RO doit déterminer sa propre constitution qui ne peuvent pas entrer en conflit avec l'une des clauses contenues dans le mémorandum ou des statuts ou règlements de l'UIV. Une telle contradiction ne peut invalider le partenariat.

  5. Chaque RO nommera un représentant à l'IC qui sera agréable à l'IC. Dans le cas où le représentant est incapable d'assister à une réunion du CI alors le RO peut nommer un remplaçant temporaire, sous réserve de l'accord du CI.

  6. IC peut définir les régions en fonction des circonstances actuelles. Lorsqu'il n'y a pas un RO pour une région définie, une majorité des 2/3 de tous les membres du CI peut nommer un représentant régional qui doit être un membre de plein droit de vote des IC. Toutes ces positions expirent lors de la prochaine IC est élu, et le nouveau IC nomment (ou re-nommer) Representaives régionaux à la première occasion.

  7. Les représentants régionaux sont responsables de contacts réguliers entre l'IC et tous les membres IVU dans la région définie. Il / elle doit encourager la formation de sociétés locales / nationales dans la région, et doit encourager la création d'une organisation régionale appropriée pour former un partenariat avec l'UIV.

  8. Résiliation d'un partenariat avec un RO doit être décidé par les membres de l'UIV, à laquelle l'IC peut faire des recommandations.

  9. Chacun des bureaux régionaux seront encouragés à tenir régionales Végétarien Congrès ou soutenir d'autres titulaires de ces événements. UIV tâche de contribuer en aucune manière jugée appropriée par le RO.

 Source

http://www.ivu.org/index.php?option=com_content&view=article&am...

La définition Larousse de lobbyisme renvoie à Lobby qui renvoie à groupe de pression et voici la définition d'un groupe de pression :

Groupe de pression,

organe de défense d'intérêts ou de valeurs, qui essaie par divers moyens (campagnes, action directe, pressions, etc.) d'influencer la décision politique dans un sens qui lui soit favorable.

Il n'est pas sûr que les candidats qui ont choisi un Représentant de Collectivité territoriale aient forcément connaissance d'un partenariat avec un groupe de pression particulier (quel qu'il soit) ;

Certains divisent Lobby et groupes d'intérêt, alors que Larousse les réunit. De toute façon, la frontière est rendue, floue, comme d'habitude, par certains éléments qui sont, forcément, concernés.
Car s'il n'y a pas de lois précise (je n'ai pas assez cherché), le lobbyisme va à l'encontre des premières lois de la Déclaration des Droits de l'homme de 1789.



http://www.legifrance.gouv.fr/Droit-francais/Constitution/Declarati...



Alors, je ne sais pas, mais il y a comme un problème éthique de la part de gens qui n'ont que le mot « éthique » , « respect » à la bouche.



Lorsque l'on ne respecte déjà pas l'éthique et les libertés envers ses semblables, je ne vois pas comment celles des animaux pourraient avoir de l'importance ? Si ce n'est pour servir, des aspirations politiques à gouverner sans passer par la case élection.

Encourager les petits élevages où les animaux vivent une vrai vie et fermer les « usines à viande » où les animaux sont maltraités, serait un très bon début, l'action de ce groupe ressemble plus à l'utilisation de la souffrance animale pour imposer un mode de vie et diriger des localités sans jamais avoir été choisi, élu par la majorité. Un petit groupe, influe sur une majorité par un phénomène très connu en psychologie sociale : phénomènes d'influence et influence d'une majorité par une minorité.

http://www.psychologie-sociale.com/index.php?option=com_content&...





http://www.psychologie-sociale.com/index.php?option=com_content&...






Sauf que lorsqu'une idée est réellement évolutive, il n'y a, en général pas besoin d'influencer ou faire pression, puisque les « faits » et « preuves » rendent le changement de paradigme intéressant.



Voir la théorie du 100ème singe.

Il reste toujours des purs et durs, encroûtés, obtus, mais la majorité aura changé de paradigme, et, réellement choisi au lieu de se voir manipulée, donc obligée par des arguments plus axés sur la « moralisation » et des démonstrations partiales plus axées sur la « moralisation » que sur la volonté d'exposer des faits et des analyses (volonté d'éclairer au lieu d'obscurcir).


Pour l'heure cela est une supercherie (il y en a qui sont cohérents et véritablement sincères) à l'encontre de ceux qui vendraient leur âme au diable pour paraître et se convaincre qu'ils sont meilleurs que les autres : égo hypertrophié à des dimensions astronomiques.

Sabine, cet article est intéressant. Merci . Voilà ce que pense Jérémy Anso 

  • Pour manger de la viande il faut chasser, pour chasser il faut des outils, et pour avoir des outils dignes de ce nom (des arcs et des lances) il faut attendre l’âge du paléolithique supérieur, il y a 35 000 ans.
  • Nos premiers ancêtres, les Australopithèques, apparu il y a 7 millions d’années (Ma) jusqu’il y a 2.5 Ma sont considérés comme des végétariens. « L’Homme » a donc été pendant 4.5 Ma un végétarien, un argument qui pèse lourd en faveur du régime végétarien.
  • Pourtant, ces deux arguments sont largement discutables.

    L’outillage préhistorique

    Etant chasseur je peux comprendre ce raisonnement ; je m’imagine très mal partir à la chasse sans fusil, sans arc et même sans lance si je veux ramener du gibier pour nourrir une hypothétique tribu. Selon des sites végétariens, la chasse à l’arc et la lance qui est avérée que depuis 35 000 ans, fonctionnerait qu’1 fois sur 20. C’est peu et quelque part, c’est compréhensible.

    Mais est-il intéressant de se comparer avec nos alleux ? Non, intéressons-nous plutôt à l’outillage préhistorique et aux techniques de chasse de l’Homme. Le premier outil façonné par l’Homme date de -2.7 Ma, qui était apparemment utilisé pour nettoyer des peaux de bête. Hum… Le biface apparait 1 Ma plus tard mais ce n’est pas le plus important.

    Un site très officiel au nom très révélateur, « L’Homme de Tautavel », nous informe de la vie de ces Hommes il y a 450 000 ans. On apprend, illustration à l’appui, que l’Homme de cette époque chassait beaucoup, parfois jusqu’à 100 têtes de cerfs retrouvées dans les grottes occupées jadis.

    Comment ça ? Des têtes de cerfs ? Il y a 450 000 ans ? Oui, si vous avez bien suivi l’Homme n’aura inventé que 400 000 ans plus tard l’arc et la lance, les outils “nécessaires” pour obtenir de la viande. Et pourtant, l’Homme de l’époque n’avait pas besoin d’un tel outillage pour chasser. Des pieux, des pics en bois, des fossés en guise de piège, des rabatteurs suffisent aux Hommes pour tuer, dépecer et manger cerfs, mouflons, rennes, cheval, rhinocéros, bisons, bœufs musqués et autres.

    La théorie du « manque d’outillage » énoncé par les végétariens en prend un sérieux coup. Ces nouvelles données permettent de remonter très loin dans le temps, jusqu’à 1, 2 même 4 Ma où l’Homme était capable de se nourrir d’une telle manière.

    Des ancêtres végétariens

    La 2ème partie de cette discussion touche l’histoire de notre lignée, des Australopithèques. Les amateurs du régime paléolithique se targue qu’un régime carné étaient suivi par tous nos ancêtres depuis au moins 2 Ma, si ce n’est plus loin, jusqu’à 7 Ma.

    Pourtant, des avis contradictoires émanent de la plume de certains blogs végétariens, des avis qui qualifient nos ancêtres Australopithèques comme végétariens stricts. Les Australopithèques sont en effet connus pour avoir une anatomie buccale très différente de la notre, puisque composée de nombreuses et larges molaires qui indiquent un régime fortement végétal.

    Le sérieux site Hominides.com confirme ces affirmations avec « des dents massives, en forme de meule » pour nos chers ancêtres australopithèques. L’observation simpliste de l’anatomie buccale ne peut pas suffire pour assoir un régime particulier, et pour cause.

    Toujours sur le même site d’information préhistorique, on apprend que plusieurs indices biochimiques nous permettent de déterminer un régime alimentaire type. Le rapport carbone 13/ carbone 12 et strontium / calcium des dents et des os permet d’estimer la consommation de viandes et de végétaux par les hommes de l’époque.

    Même si il est accepté que certaines lignées (notamment les australopithèques de l’Afar) soient, à priori, végétariennes, les autres lignées ne l’étaient pas. La plupart des Australopithèques se nourrissaient de végétaux (graines, tubercules, racines, etc.), à hauteur de 80 %, alors que le reste (20 %) était comblé par des insectes, et des petits animaux (rats, rongeurs, reptiles, oiseaux, etc.)

    Conclusions et perspectives

    Nous sommes loin d’un coup de hache qui tranche définitivement sur le régime originel et idéal pour l’Homme. Ceci dit, il est clair que nos ancêtres ont jouis d’une diversité pharaonique des régimes alimentaires, aux grés des saisons, des évènements climatiques, des migrations et des aléas quotidiens.

    Un Homme préhistorique du paléolithique était peut-être « végétarien » 2 à 3 mois dans l’année, lorsque les ressources étaient abondantes avec peu de gibier. En revanche, il pouvait être un « carnivore » strict pendant les périodes d’abondances du gibier et de chasse intense.

    Notre très vieil ancêtre Australopithèque était capable de se nourrir d’animaux même sans outils, et sans les capacités cognitives développées des descendants.

    Il est clair qu’aujourd’hui, être végétarien est un choix moderne qui ne trouve pas une explication fondamentale dans l’histoire de notre lignée. Les arguments semblent clair, et nous montrent la présence de viande, autrement de meilleur qualité, dans le régime alimentaire.

    Nul question ici de remettre en question les motivations de commencer ou de continuer un régime végétarien : les raisons sont très louables. Cependant, le régime végétarien se défend parfaitement avec des arguments modernes : dégradation de la qualité de la viande, dégradation du bien être des animaux d’élevages, effet de serre, dégradation de l’environnement sans chercher des puces dans l’histoire de notre lignée, et nuire à certains courants (paléo) qui ont aujourd’hui le vent en poupe.

  • Voir Hominides.com    http://www.hominides.com/index.php

 

@ROMANE merci pour cette réponse qui me passionne.L histoire de nos ancêtres est TRES intéressante pour notre réflexion sur notre vie d 'aujourd'hui et sur l évolution encore en cours (AUROBINDO ) QUESTION:peut on confronter la motivation spirituelle ,écologique et BIO et faire une synthèse pour MA VIE de maintenant ???

Je te crois très induite et passionnée au cœur même de ta question? Comme certains de nous aussi je te rejoins totalement , ta question nous ouvres un champ très large aux réflexions . Merci . Tu nous offre une juste et belle synthèse que je partage.

Pouvez vous développer les thèmes   .....je suis impliqué dans une cantine scolaire pour faire évoluer le type d alimentation en respectant les règlements c est difficile !! et les goûts déformés des enfants !!

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

© 2022   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation