Et si être "hyperconnecté" nous déconnectait de notre être profond ?

  Je m’interroge beaucoup sur ce thème très actuel de l’hyper connexion et de notre dépendance aux nouvelles technologies…

  Je me suis amusée à relever des chiffres (déjà un peu périmés) vraiment étonnants et, à mon sens, inquiétants … Voici ce qu’ils révèlent :

- Un français passe en moyenne 6 heures par jour sur internet (4,8 heures depuis l’ordi et 2,1 heures depuis le smartphone) – Etude monde de We are social 2015

- Les 18/34 ans consultent leur smartphone jusqu’à 100 fois par jour, 1 fois toutes les dix minutes, généralement pendant moins de 30 secondes. – Etude institut omnibus 2014

- Plus inquiétant encore, 57% des français se disent incapables de passer 1 heure sans consulter leur smartphone – Etude IFOP 2013

- 29 % des français sont angoissés s’ils n’ont pas leur smartphone avec eux – Etude BVA 2016

- 82 % des cadres français jugent l’hyper connexion comme négative ou anxiogène –

Et que dire du GPS, des tablettes à l'école ou de cette tétine connectée qui permet aux parents d'avoir accès en temps réel à la température de leur enfant depuis leur portable... ?

Lier des rapports étroits (se connecter !) avec tous ces appareils, qui, aujourd’hui, savent quasiment tout faire à notre place, et y consacrer une partie essentielle de notre temps, cela n’est-il pas dangereux ? Au-delà même des effets néfastes sur la santé (notamment des plus jeunes) et sur l’environnement, ces chiffres m’inspirent différentes réflexions :

Pourquoi donnons-nous autant de pouvoir à tous ces nouveaux gadgets, dont on se passait fort bien il y a peu ? Est-ce pour combler un vide existentiel ? Est-ce une nouvelle dépendance dont le but est de calmer cette angoisse existentielle qui nous ronge, dans un monde en perte de sens ? Cette hyper connexion nous rend-elle plus heureux, plus aimant, plus compatissant ? Sommes-nous véritablement plus reliés aux autres ou nous donnons-nous seulement l’illusion d’être reliés ? Que fuyons-nous ? Toutes ces technologies nous apportent elles plus d’enrichissement psychologique et spirituel ?

Par ailleurs, n’est-ce pas dangereux de donner autant de place dans nos vies à toutes ces technologies, car enfin, partirons-nous dans l’au-delà avec notre GPS pour nous indiquer le chemin à suivre ou avec notre smartphone pour appeler à l’aide ?

Il me semble que cette hyperconnexion (c'est à dire une connexion excessive, et non le fait d’utiliser internet, d’avoir un portable ou autre de manière raisonnable) nous attire chaque fois plus vers l’extérieur de nous-même et, par là-même, nous éloigne de l’intérieur de nous-même. Elle nous entraine chaque fois davantage vers une source extérieure de savoir, de rencontres… au lieu de nous attirer vers notre source intérieure de connaissance ? La seule vraie source de connaissances ne vient-elle pas de l’intérieur ? Comment chacun pourrait-il exprimer le meilleur de lui-même, sa richesse intérieure, unique et profonde s’il s’emplit tout le temps de choses extérieures et virtuelles?

Cette hyper connexion nous parle, me semble-t-il de notre manque cruel de connexion au cœur de nous-même et au divin. Ne nous sert-elle pas à combler ce manque ? N’est-il pas plus urgent pour notre planète, pour nos enfants, pour l’humanité toute entière, de développer notre lien au divin, à l’amour ?

Peut-être pouvons-nous tout simplement essayer de regarder, chacun dans nos vies, jusqu’où notre lien aux nouvelles technologies répond réellement à un besoin, dans quelle mesure il nous rapproche de nous-même, nous rend plus heureux, dans quelle mesure il est essentiel ? Essayons peut-être de voir cela comme des outils et non comme quelque chose d’essentiel qui nous voilerait la véritable essence des choses et des êtres ! Et peut-être pouvons-nous nous lancer comme défi de travailler à développer autant notre lien au divin que celui aux nouvelles technologies… Pourquoi pas, de temps en temps, limiter ce temps sur notre portable, ordi … pour se retrouver un moment avec soi, avec l’autre, avec le divin ? Remplacer, selon ce qui est possible pour nous, une nouvelle consultation de nos mails par quelques respirations en pleine conscience, 1/4 d'heure sur facebook par 1/4 d'heure de marche ou encore ½ heure de temps sur notre smartphone par ½ heure de méditation ou de yoga ?

Belle réflexion et bon cheminement !

Sabine

** Pour plus d'information sur les consultations en Fleurs de Bach ou sur la formation à leur utilisation, que je propose, rendez-vous sur cette page.

** Si cet article vous a plu, abonnez-vous à notre newsletter mensuelle et tenez-vous informé de nos activités et de nos publications en vous inscrivant ici.

Visites : 45

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

Semaine Ardèche 2019

Pré-ouverture

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

© 2019   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation