Où est-on? Dans le fond de la mer? Dans le fond d'une femme? Dans un puits?Dans un fruit? je crois qu'on est à  la fois     dans la mer et dans l'organe.Dans le milieu premier,commun, la symbiose marine.                                                               La force et la grâce des sculptures de Marie-PierreThiébaut viennent, il me semble de là.La région où elle travaille est justement la région commune et indifférenciée d'une vie déterrée des eaux,du sel.Et les premiers tropismes des espèces,leurs tentatives pour s'évader du magma originel sont ce qui intéresse Marie-Pierre Thiébaut.Elle va chercher le mouvement dans sa racine,mais surtout elle ne l'isole pas,elle ne le capte pas.Elle observe et se met à"tourner" avec lui.elle le rejoint.Ce qui aboutit à ceci: on reconnaît ses sculptures comme étant déjà ressenties.Tout communique mais on ne le voit pas.Et ici tout à coup, on le voit.                                                                                                                             Dans une huître fermée,ouvrable,ou,si l'on préfère, dans le logement provoqué par la juxtaposition de deux pierres entre elles on trouve des mamelles végétales grandies là,dans l'ombre des pierres.Sous la carapace busquée d'une bête marine, d'une tortue de mer, on trouve-comme couvée par une bête-le mouvement de la mer,la houle.Ici la combinaison matricielle et également forêt,forêt couverte et mouvante que traversent les enfants.Un sexe de femme,ici et à la fois fleur,étoile de mer irradiation florale mais avec corolles de corail.Par contre,le sein enfermée dans une coque,replongé dans la nuit du corps.                                                                                                                                                                  Entre le sexe des hommes et le sexe des femmes s'accomplit une sorte de coexistence animale qui évoquerait le zoo d'un paradis perdu.Les phallus sortent de ce que Thiébaut appellent"des paysages",ils s'élèvent dans les vagues femelles de la terre.Leur érection n'est pas dramatique mais heureuse.La terre dessous,dort encore…………….                                                    Marguerite Duras   musée"la piscine"Roubaix

Visites : 30

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

Communauté

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

À découvrir

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

Rencontre conviviale

Du 7 au 14 août 2020

© 2019   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation