L'origine des francs-Maçons au règne des illuminati


 l’origine des Francs-Maçons au règne des Illuminati


1ère partie : NIMROD

Nous connaissons tous le célèbre récit de la tour de Babel qui est responsable de multiplication des langues sur Terre. Mais est-ce juste un mythe ? A-t-il une origine autre que biblique ? Finalement peut-on envisager que ce récit est plus qu’une légende ? Comme toute recherche se basant sur des textes anciens il n’est jamais possible d’être exhaustif, néanmoins au travers de plusieurs textes anciens , il nous est possible de corroborer ce fait par de nombreuses sources dans les religions abrahamiques et mésopotamiennes.

Nimrod, l’ un des fondateurs de la franc-maçonnerie fut le premier « illuminati », il est à l’origine de ce système qu’on appelle pyramidale, d’après Fulford, Rothshild se dit descendant en ligne directe de Nimrod.

Nimrod était l’un de ceux qui ont dominé la Terre. Selon eux, seuls quatre rois dominèrent la Terre: deux croyants et deux négateurs. Les deux croyants sont Dhul-Qarnayn* et Salomon*, quant aux deux négateurs, ce sont Nimrod et Nabuchodonosor. Ils ont ajouté que Nimrod régna pendant quatre cents ans et qu’il fut un tyran et un despote semant la corruption sur Terre, plein d’orgueil et d’arrogance.

Nimrod et la Naissance d’Abraham*.

Versions torahnique,biblique et coranique.

Nimrod, « Nimrûd, fils de Kan’ân ». Dans les Chroniques de Tabari, il est présenté comme un descendant de Cham (tome 1, p. 136). « N’as-tu pas vu » (Coran II 260) On a dit qu’il s’agit de Namrûdh (Nemrod) fils de Kan’ân fils de Kûch fils de Sâm (Sem) fils de Nouh* (Noé). Selon Moudjahid et d’autres : Nemroud fils de Péleg, fils d’Eber, fils de Chéla, fils d’Arpaxad, fils de Sem, fils de Noé.

Kouch fut le père de Nimrod qui se mit à exercer un grand pouvoir sur la terre. (1 Chroniques 1:10) Le terme père pourrait aussi signifier fondateur ou chef (de même, entre autres, aux v.11,13,18 et 20). (Genèse 2:13) En hébreu: Kouch, terme qui désigne dans le reste de l’Ancien Testament le Soudan ou l’Ethiopie. Le fleuve serait donc le Nil. Certains, cependant, situent le pays de Kouch, dont parle ce passage, en Mésopotamie (La Bible du Semeur).

D’après Qatâda c’était le premier roi qui régna sur la terre. Il fut roi de Babylone et fit construire la tour de Babel. Qatâda explique ainsi la suite du verset :
Comme Abraham avait dit à Nimrod : « Mon Seigneur est Celui qui donne la vie et la mort », Nimrod lui répliqua : « C’est moi qui donne la vie et la mort » ; il fit venir deux hommes, tua l’un et laissa l’autre en vie. Puis s’adressant à Abraham, il lui dit : « Je fais mourir qui je veux et je laisse vivre qui je veux ».
Abraham lui dit alors : « Allah fait venir le soleil de l’Orient. Fais-le donc venir de l’Occident ». Nimrod demeura confondu. » (V. Commentaires. Tabari).

Note : P. Godé d’écrire : D’après certaines indications qu’il ne nous est pas possible d’analyser ici, ce nom de « Nemrod » ne s’appliquait pas seulement à un personnage précis, mais plutôt à une fonction comme les anciens titres tels que Pharaon ou César, noms qui, comme on le sait, ont aussi désigné, à un moment de l’histoire, des personnages particuliers revêtant des fonctions correspondantes. A propos de « Nemrod » voir : Gn. 10, 8 à 12 où le personnage portant « ce titre » est antérieur de plusieurs générations au « Nemrod » dont il est ici question.

Dans ce passage biblique, il est dit que « « Nemrod » était un vaillant chasseur devant Yahvé », qualification qui pouvait tout d’abord avoir un sens positif et élogieux tant que les détenteurs de cette fonction « pourchassaient ceux qui étaient hostiles à Dieu », mais qui dût prendre par la suite un sens négatif ou ténébreux à partir du moment où ceux qui détenaient cette fonction se révoltèrent, devinrent injustes et « chassaient les êtres qui suivaient la Voie menant à Dieu » comme ce fut le cas de Nemrod à l’égard d’Abraham (Cf. Coran XXI 68-70) à qui il manifestait son hostilité à la Vérité et à sa volonté délibérée de chercher à s’opposer au « plan divin », dès l’instant même de l’arrivée de celui-ci dans ce monde.

Éliphas Lévis, dans son « Histoire de la Magie », nous dit que Nemrod « fut couronné de rayons, et son corps était entouré d’un aura qui rayonnait l’or comme le soleil. On se prosternait lorsqu’il passait, et l’insensé qui oserait sans ordre franchir le seuil de son palais, était immédiatement frappé de mort sans massue et sans glaive, mais par une main invisible, tué par la foudre, terrassé par le feu du ciel ». Lévis ajoute que les Chaldéens étaient des initiés de la lumière de l’énergie psychique et pouvaient envoyé à leur gré le trouble ou la paix dans les âmes. Il leur était donc possible de provoquer des maladies par la science occulte qu’ils possédèrent. Ce qui est doublement intéressant, est que Nemrod (Gen.10:8-12) fut considéré dans l’antiquité, comme l’incarnation de Satan, nous dit Hislop ; il fut déifié comme le dieu Soleil et déclaré le père des dieux mythologiques, d’où une des significations du mot « Babel »qui veut dire « la porte des dieux ».

Bref récit sur Abraham (sur lui la Paix !) : sa naissance, sa croyance au vrai Monothéisme.

Version thoranique : Un Midrache d’enseigner :

« Abraham avait trois ans lorsqu’il sortit de la caverne [où l’avait caché son père pour le soustraire à la colère de Nimrod]. S’interrogeant sur le créateur du ciel, de la terre et de lui-même, il passe toute la journée, à adresser ses prières au soleil. Le soir, le soleil se couche à l’occident et la lune se lève à l’orient. Voyant la lune entourée d’étoiles, il se dit : voilà le créateur du ciel, de la terre et de moi-même ; ces étoiles sont ses ministres et ses serviteurs. Toute la nuit, il adresse donc ses prières à la lune. Au matin, la lune disparaît à l’ouest et le soleil se lève à l’est. Il dit : ces deux [astres] sont dépourvus de puissance. Un souverain est au-dessus d’eux, à Lui j’adresserai mes prières et devant Lui je m’inclinerai ! »
Pour nous, il y a indécence dans ces propos. En effet, tout prophète divin, dès sa naissance jusqu’à sa mort, est placé sous la Protection divine. Son immunité l’empêche de s’adresse à autre divinité qu’à Lui seul. De tomber dans des péchés graves (ou mortels) comme la Mécréance, l’Associationnisme, etc. Abraham (sur lui la Paix !) est donc pur de ce qu’on veut lui associer dans ce Midrache.

Version toranique, autre exemple :

– Le Behaye écrit : Le Midrach dit : Quand Abraham naquit, une étoile apparut dans le ciel à l’Est. Elle absorba quatre étoiles situées aux quatre coins du monde. Les sages dirent à Nemrod : « Terah vient d’avoir un fils dont les enfants hériteront de ce monde et du monde à venir. Tu devrais lui offrir beaucoup d’or et d’argent afin qu’il te donne son fils et puis tu le tueras. » Nemrod envoya aussitôt chercher Terah. « Donne-moi ton fils et je t’offrirai plein d’or et d’argent. » Terah lui conta alors une parabole : « On dit à un cheval : « Je te donnerai beaucoup d’avoine à manger, mais laisse-moi te couper la tête. » Et l’animal de répondre : « A quoi bon tant d’avoine si tu me coupes la tête ? » Si tu fais mourir mon fils, qui héritera de tout cet or et de cet argent ? » Nemrod répliqua : « D’après tes paroles, je devine que, hier, tu as eu un fils. » Terah répondit : « Il est mort tout de suite après sa naissance. » Nemrod renchérit : « Le fils vivant qui est né hier, je le veux. »

Alors Terah s’enfuit et cacha Abraham dans une grotte pendant trois ans. Le Saint, béni soit-Il, lui envoya deux pierres : de l’une, coulait de l’huile et de l’autre du miel et de la farine tamisée. Abraham quitta la caverne à trois ans. Il se mit à réfléchir : Qui a bien pu créer la terre et le ciel ; qui m’a créé ? Pendant toute une journée, il pria le soleil. Le soir, quand le soleil se coucha à l’Ouest et que la lune se leva à l’Est baignée d’étoiles, il pria la lune. Il se dit que la lune était le maître, et les étoiles, ses serviteurs. L’aube venue, la lune et les étoiles disparurent. Il en conclut qu’elles ne pouvaient être des divinités et que le Dieu du ciel était le seul Dieu. (Le commentaire sur la Torah. Gen. 15:7).

Version thoranique, autre exemple :

 Parmi les traditions apocryphes relatives à Abraham , et ayant cours parmi les Orientaux, il faut signaler celles qui le représentent comme ayant été jeté dans le feu par Nimrod et comme en ayant été miraculeusement préservé.

Voici le récit de ce, miracle tel que le fournit la Bibliothèque orientale de d’Herbelot (13) :

 «  »Nemrod, fils de Chanaan, qui est regardé comme le premier roi après le déluge, résidait dans la ville de Babylone, qu’il avait fait bâtir; il vit en songe une étoile qui avançait sur l’horizon et dont la lumière effaçait celle du soleil; ayant consulté ses devins sur l’explication de ce songe, ils lui répondirent d’une voix unanime qu’il devait naître dans Babylone un enfant qui deviendrait en peu de temps un grand prince, et qui devait être pour le roi un grand sujet de crainte, quoiqu’il ne fût pas encore engendré. Nemrod, effrayé de cette réponse, ordonna aussitôt que les hommes fussent séparés de leurs femmes, et il établit un officier de dix en dix maisons pour les empêcher de se voir.

Mais Azar, un des plus grands seigneurs de la cour de Nemrod et qui était son gendre, trompa ses gardes et passa une nuit avec sa femme, nommée Adna. Le lendemain, les devins qui observaient tous les mouvements des astres, vinrent trouver Nemrod et lui dirent que l’enfant dont il était menacé, avait été conçu cette même nuit, ce qui obligea ce prince à ordonner que l’on gardât soigneusement toutes les femmes enceintes et que l’on fit mourir tous les enfants mâles qu’elles mettraient au monde. Adna, qui ne donnait aucun signe de grossesse, ne fut point gardée, de sorte qu’étant près d’accoucher, elle eut la commodité d’aller à la campagne pour se délivrer de son fruit. Elle le fit dans une grotte dont elle ferma soigneusement l’entrée, et elle revint à la ville, où elle dit à son mari qu’elle avait mis au monde un enfant qui était mort aussitôt après sa naissance.

 Adna cependant allait souvent à la grotte pour visiter son enfant et l’allaiter, mais elle le trouva toujours suçant le bout de ses doigts, dont l’un lui fournissait du lait et l’autre du miel ; ce miracle la surprit extrêmement d’abord, mais son étonnement se changea bientôt en un excès de joie lorsqu’elle considéra que la Providence prenait le soin de nourrir son enfant, et nu elle ne devait plus en être en peine ; cela n empêcha néanmoins qu’elle ne le vit de temps en temps, et elle s’aperçut bientôt qu’il croissait autant en un jour que les autres enfants en un mois. Quinze lunes furent à peine écoulées que cet enfant parut un jeune garçon de quinze ans, et il n’était pas encore sorti de la grotte qu’Adna dit à Azar que cet enfant dont elle était accouchée et qu’elle lui avait dit être mort, se trouvait plein de vie et qu’il était d’une beauté parfaite.

 Azar se transporta aussitôt à la grotte et après avoir considéré et caressé son fils, il dit à la mère qu’elle le fit venir à la ville, parce qu’il voulait le présenter à Nemrod et le placer à la cour. Adna alla prendre son fils vers le soir et le fit passer par une prairie où paissaient des troupeaux de vaches, de chevaux, de chameaux et de moutons. Abraham qui n’avait rien vu jusqu’alors que son père et que sa mère, demandait le nom de toutes les choses qu’il voyait, et Adna l’instruisait des noms, des qualités et des usages de tous ces animaux.

Abraham lui demanda ensuite qui était celui qui avait produit toutes ces espèces différentes; Adna lui répondit : » Il n’y a aucune chose en ce monde qui n’ait son créateur et son seigneur, et qui ne soit dans sa dépendance. » Abraham lui repartit aussitôt : « Qui est donc celui qui m’a mis au monde et de qui est-ce que je dépends ? C’est de moi », répliqua sa mère . » Et qui est ton seigneur ? » lui dit Abraham. « C’est Azar ton père », repartit-elle. Abraham n’en demeura pas là et demanda qui était le seigneur d’Azar, et ayant entendu dire que c’était Nemrod, il voulut savoir quel était celui de Nemrod; mais sa mère, se trouvant trop pressée, lui dit :« Il ne faut pas, mon fils, rechercher les choses si avant, car il y aurait du danger pour toi. »

Il y avait déjà en ce temps plusieurs sortes d’idolâtres dans la Chaldée, où régnait Nemrod. Les uns adoraient le soleil, d’autres la lune et les étoiles, d’autres se prosternaient devant des statues dans lesquelles ils révéraient quelques divinités; enfin, il y en avait qui ne reconnaissaient d’autre “dieu”que Nemrod lui-même. Abraham marchant pendant la nuit de sa grotte jusqu’à la ville, vil au ciel des étoiles et entre autres celle de Vénus que plusieurs adoraient et il dit en lui-même : « Voilà peut-être le Dieu et le Seigneur du monde. »

Mais après quelque temps de réflexion, il dit en lui-même : « Je vois que cette étoile se couche et disparaît; ce n’est donc pas ici le maître de l’univers, car il ne peut pas être sujet à ce changement. » Il considéra ensuite la lune en son plein et il dit : » Voici peut-être le Créateur de toutes choses, et par conséquent mon Seigneur ».

Mais l’ayant vue passer sous l’horizon comme les autres astres, il en fit le même jugement que de la planète de Vénus. Enfin, ayant ainsi passé le reste de la nuit en considérations et en réflexions, il se trouva proche de Babylone au lever du soleil ; alors il vit une infinité de gens qui se prosternaient et qui adoraient cet astre, ce qui lui fit dire : « Voici assurément un astre merveilleux, et je le prendrai assurément pour le Créateur et le maître de la nature, mais je m’aperçois qu’il décline et qu’il prend la route du couchant aussi bien que les autres; il n’est donc pas mon Créateur, ni mon Seigneur, ni mon Dieu. »

Lorsqu’Azar présenta son fils Abraham à Nemrod, ce prince était assis sur un trône fort élevé, autour duquel un grand nombre d’esclaves des mieux faits de l’un et de l’autre sexe étaient placés chacun en son rang. Abraham demanda aussitôt à son père quel était ce personnage si élevé au-dessus des autres ; il lui répondit que c’était le seigneur de tous ceux qu’il voyait autour de lui, et que tous ces gens-là reconnaissaient pour leur dieu. Abraham, considérant Nemrod qui était fort laid de visage, dit à son père : « Comment se peut-il faire que celui que tu appelles le dieu ait fait des créatures plus belles que lui, puisqu’il faut nécessairement que le Créateur ait des perfections beaucoup plus grandes que celles de ses créatures ? »

Ce fut la première occasion qu’Abraham prit de désabuser son père de l’idolâtrie et de lui prêcher l’unité de Dieu créateur de toutes choses qui lui avait été révélée. Ce zèle qu’il témoigna d’abord lui attira la colère de son père, et le jeta ensuite dans de grands démêlés avec les principaux de la cour de Nemrod, qui refusaient d’acquiescer aux vérités qu’il leur enseignait. Le bruit de ces disputes étant parvenu jusqu’aux oreilles de Nemrod , ce prince superbe et cruel le fit jeter dans une fournaise ardente d’où il sortit sain et sauf, sans avoir reçu la moindre atteinte du feu. «  » (Bibliothèque orientale de d’Herbelot. Voir Encyclopédie théologique par l’Abbé Migne.)

Version coranique

– Mohammad fils de Ishaq (historien) qui a dit :

« D’après ce qui nous a été rapporté (mais Dieu est plus Savant !) Âzar était un homme issu des gens de Kûthiyy (pays de Kouch), une ville de la Basse Mésopotamie (as-Sawâd) (1) de la région de [l’actuelle] Kûfa, et la royauté sur l’Orient appartenait alors à Nemrod. A l’époque où Allah voulut missionner Abraham pour qu’il fût une preuve à l’encontre de son peuple et un envoyé vers Ses serviteurs, il n’y avait pas eu, entre lui et Noé, d’autre prophète que Houd et Çâlih (2).

Lorsqu’arriva le temps d’Abraham, tel qu’Allah le voulut, les astrologues (3) se rendirent chez Nemrod et lui dirent : « Sache que nous avons découvert, d’après notre science, qu’un garçon naîtra dans ta ville, qu’il aura pour nom Abraham et qu’il abandonnera votre religion et brisera vos idoles » ; et ils lui prédirent l’année et le mois de cet événement.
Au mois de la-dite année, indiqué par les astrologues, Nemrod fit mettre en prison toutes les femmes enceintes de sa ville, sauf la femme d’Âzar, car, comme elle était très jeune, personne ne se doutait de son état, et il en fut ainsi à cause du dessein d’Allah au sujet de son enfant. Nemrod, craignant pour son règne, voulut que tous les enfants mâles nés cette année-là en ce mois-là fussent égorgés (…).

Dès que la mère d’Abraham sentit venir le moment de la délivrance, elle sortit de nuit vers une grotte située non loin de la ville (4) et ce fut là qu’elle mit Abraham au monde ; elle lui donna les soins que l’on donne au nouveau-né puis, après avoir obstrué l’entrée de la grotte, elle revint chez elle. Elle retournait régulièrement à la grotte voir ce que faisait l’enfant et le retrouvait vivant, qui suçait son pouce (5) ; d’après ce qui est dit, mais Allah est le Plus Savant, Allah avait mis la subsistance d’Abraham dans ce pouce et dans ce qui lui parvenait ainsi en le suçant. Comme Âzar demandait à la mère ce qu’elle avait fait de l’enfant qu’elle portait en son sein, elle répondit :
– J’ai mis au monde un garçon, mais il est mort ! Il la crut et ne lui demanda rien.

Or, d’après ce qu’on dit, un jour équivalait pour Abraham à un mois d’enfance, et un mois à un an (6). Il était à peine depuis quinze mois dans la grotte qu’il disait déjà à sa mère : « Laisse-moi sortir que je voie ! ». Un soir elle le laissa sortir et il regarda et médita sur la création des Cieux et de la Terre et dit : « Celui qui m’a créé, qui m’a pourvu, qui m’a nourri et abreuvé, c’est Lui mon Seigneur, je n’ai pas d’autre Dieu que Lui ! ». Il la suivit du regard jusqu’à ce qu’elle disparut. Lorsqu’elle eut disparu, il dit : « Je n’aime pas ceux qui disparaissent ! » Puis la lune se leva ; il la vit monter et dit : « Voilà mon Seigneur ! » Il la suivit du regard jusqu’à ce qu’elle disparut. Lorsqu’elle eut disparu, il dit : « Si mon Seigneur ne me guide pas, je ferais vraiment partie des gens égarés ».

Quand le soleil lui apparut et monta au ciel, voyant en lui la plus lumineuse des choses qu’il avait vues jusqu’alors, il s’exclama :« Voilà mon Seigneur ! Celui-ci est plus grand ! » mais lorsqu’il eut disparu, il dit [pensant à son peuple] : « O mon peuple ! Je suis totalement dégagé de ce que vous associez ! En vérité, c’est en mode pur que j’ai orienté ma face vers Celui qui a créé, en les séparant, les Cieux et la Terre et je ne fais pas partie des associateurs » ».

Il revint ensuite vers son père Âzar, l’orientation (widjha) fermement établie dans la Voie droite, connaissant [parfaitement] son Seigneur et dégagé (barî’) du « mode d’adoration » (dîn) de son peuple ; toutefois il ne leur avait pas encore fait part de cela. Il fit donc savoir à Âzar qu’il était son fils, ce que sa mère lui confirma en lui apprenant comment elle avait agi avec lui. Il en fut réjoui et éprouva une grande joie.

Or Âzar fabriquait les idoles (7) que son peuple adoraient. Une fois fabriquées, il les donnait à Abraham pour qu’il aille les vendre(8). Celui-ci les emportait et d’après ce qu’on rapporte proclamait : « Qui veut acheter ce qui lui nuira et ne lui sera d’aucun profit ? »

Aussi personne ne venait-il lui en acheter. Comme elles lui restaient ainsi sur les bras, il s’en fut avec elles au fleuve et leur plongea la tête dans l’eau en disant, pour ridiculiser son peuple et montrer l’égarement dans lequel il s’était fourvoyé : « Buvez donc ! »
Bientôt la nouvelle des mauvais traitements qu’il infligeait à ces idoles se répandit parmi son peuple et les gens de sa ville sans parvenir encore aux oreilles du roi Nemrod ».  Notes et Source 

Après le Déluge

Beaucoup d’années ont passé et les fils de Noé ont eu plusieurs enfants. Leurs enfants ont grandi et ils ont eu encore plus d’enfants. Il y avait de nouveau beaucoup de personnes sur la terre. Tous ces gens étaient des descendants des trois fils de Noé et de leurs femmes (Genèse 9:19).

Au fur et à mesure que les années ont passé, les gens ont augmenté en nombre. À ce moment-là, tout le monde parlait un seul langage. En se déplaçant à l’est, ils ont trouvé une plaine à Schinear et ils se sont établis là (Genèse 11:1-2). Les hommes ont commencé à construire des maisons, des granges, des entrepôts et toutes sortes de constructions. En peu de temps, il y a eu des villes sur toute la plaine. Les familles choisissaient de plus en plus ce secteur pour y vivre. Les gens se déplaçaient donc ensemble de nouveau, comme ils avaient fait avant le déluge.

Il y avait là très peu de roches ou d’arbres. Aucune grande ville n’aurait probablement été construite là, si on n’avait pas découvert qu’une grande partie du sol était parfaite pour faire d’excellentes briques. Celles-ci étaient faites en pressant l’argile humide en forme de blocs et en les cuisant au soleil ou autour de feux. Les gens ont donc utilisé des briques au lieu de la pierre et du bitume comme mortier pour tenir les briques ensemble (Genèse 11:3). Puis ils ont dit « Bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche au ciel, et faisons-nous un nom, afin que nous ne soyons pas dispersés sur la face de toute la terre ».

Cela n’a pas plu à Dieu. Il savait que quand les humains s’empileraient et s’entasseraient dans des bâtiments, ils échoueraient à retirer le meilleur des bonnes choses qu’Il avait créées pour les hommes et qui se trouvaient dans les champs, les forêts, les montagnes, les cours d’eau et même dans les mers et les déserts. De plus, les hommes briseraient plus probablement les lois de Dieu, données pour une vie heureuse, quand ils vivraient en masses. Dieu avait dit à Noé et à sa famille de se répandre sur toute la terre.

Nimrod devient un Héros

En ce temps-là de l’histoire humaine, il y a eu un homme nommé Nimrod, qui était un descendant de Cham, un des fils de Noé. En réalité, il était l’arrière-petit-fils de Noé et le nom de son père était Cush. Si nous acceptons la base hébraïque pour l’origine de son nom, Nimrod veut dire rébellion ou le vaillant, du dictionnaire hébreu de Strong 5248.
Les Israélites peuvent très bien avoir associé ce nom à la rébellion et, de là, l’avoir ajouté à leur vocabulaire. Nimrod a certainement bien porté son nom, si son nom signifiait en effet rébellion.

Cependant, le nom peut être venu du Mésopotamien Ninurta, qui en est venu à être appliqué à un dieu de la guerre, qui a aussi été appelé la flèche, le héros puissant et dont le culte est devenu répandu à la fin du Deuxième Millénaire AEC (Avant l’Ère Courante). On a vu son nom dans les rois postérieurs et le roi assyrien, qui a été le premier Assyrien à gouverner sur toute la Babylonie, était nommé Tukulti-Ninurta 1 (vers 1246-1206 AEC). Les érudits ont récemment essayé de suggérer que ce roi était, en réalité, l’origine du nom Ninurta. Cependant, c’est beaucoup plus tard et il est plus probable qu’il a été nommé d’après le Nimrod précédent. Le culte de Ninus, un autre dieu de l’Est, était aussi relié avec Ninurta. Autant Ninurta que Ninus sont probablement dérivés du Nimrod précédent.

Parce que Nimrod était un fils de Cush, le Pharaon Amenophis III (1411-1375) lui est souvent associé par certains érudits qui ne croient pas à la vérité de la Bible. C’est basé sur le fait que les fils de Cush ont émigré de la Mésopotamie à l’Éthiopie. Cependant, ils semblent être venus de Kussu, qui est à l’est de la Mésopotamie, et certains des fils de Cush peuvent aussi être allés plus à l’est, jusqu’au bassin de la rivière Indue, dans ce qui est maintenant le Pakistan et avoir continué jusqu’en Inde.

L’Assyrie était aussi appelée jadis la terre de Nimrod. Il a établi des villes à Babel ou Babylone, à Érec, à Accad et à Calné dans Schinear, qui est l’ancien nom pour Sumeria. Il était associé à Assur et Ninive, qui était jadis la ville la plus puissante des Assyriens et leur capitale, à l’apogée de l’Empire Assyrien. Ces pays sont dans ou près de l’Irak moderne.

Afficher l'image d'origine

La Bible nous dit que Nimrod était un « vaillant chasseur devant Yahovah (ou l’Éternel) » ; donc un homme très grand, fort et féroce. À cause de sa puissance et de son habileté comme vaillant chasseur des bêtes sauvages qui attaquaient les gens, il est devenu un héros et un dirigeant parmi les membres de sa tribu (Genèse 10:8-9). Comme la plupart des gens de son temps, il connaissait les lois de son Créateur, mais il détestait ces lois. Comme beaucoup de personnes aujourd’hui ont été amenées à croire, Nimrod a cru que, s’il vivait selon les lois de Dieu, il ne profiterait pas de la vie. Il a fait ses propres lois et essayé de prouver aux autres qu’ils devraient faire de même.

Nimrod est devenu le chef de ceux qui s’étaient regroupés dans la ville principale s’étendant sur le territoire de Schinear. Il y avait probablement plusieurs familles qui n’aimaient pas la façon dont il gouvernait mais, chaque fois que des animaux sauvages attaquaient, Nimrod et ses guerriers se battaient pour protéger les citadins. Nimrod a, plus tard, construit un mur autour de la ville en croissance. De tels actes ont aidé à faire de lui un dirigeant fort et amené plus de familles à déménager et à se placer sous son gouvernement.

Après quelques années, la ville s’était développée en métropole. Elle a été la première grande ville construite sur la terre après le déluge. C’était une telle merveille que les gens venaient de loin pour admirer la masse énorme des bâtiments et les hauts murs. Ce pays a, plus tard, été connu comme la Babylonie et le nom de la ville était Babel ou Babylone (Genèse 10:10). Ce mot est d’origine Akkadienne et signifie ‘l’entrée à un dieu’ (voir la note à Genèse 10:10 et 1:9, NIV Study Bible)

Nimrod commence l’Adoration des Idoles

Nimrod est devenu l’homme le plus redouté sur la terre. Son pouvoir et sa richesse grandissait au même rythme que Babylone grandissaient. Il a fait les lois et ces lois décrétaient que les Babyloniens ne devaient pas considérer le Dieu de Noé comme leur dirigeant, mais qu’ils devaient plutôt être gouvernés par des gouvernements humains. Nimrod leur a aussi enseigné que Satan devait être honoré en adorant des objets qu’ils pouvaient voir, comme le soleil et les serpents et d’autres choses (Romains 1:21-23).

Le nom du Dieu de Babylone était Bel, qui est une forme de Ba’al et qui signifie seigneur ou maître. Un autre nom était Merodac, qui était un « Dieu de la Guerre » babylonien (Jérémie 50:2). Dans la langue hébraïque, son nom était Baal. Il était l’époux du dieu-soleil Astarté ou Ishtar ou Easter (Pâques) pour laquelle le festival des Pâques est nommé. Bel était considéré le dieu en chef parmi les nombreuses idoles. Nimrod a affermi son pouvoir sur ses sujets en se faisant le souverain sacrificateur de Bel ou Baal et de Merodac. C’est là, dans l’ancienne Babylone, que sont nées les fausses croyances qui se sont infiltrées dans presque toutes les religions.

www.sabbathcovenant.com/book2MysteryReligionOfBabylon/Chapter1_files/image008.jpg" alt="Afficher l'image d'origine" width="532" height="383" />

Même aujourd’hui, des millions et des millions de gens, qui veulent vivre selon les voies justes, ne sont pas conscients que leur façon d’adorer suit de près l’ancienne façon d’adorer les idoles et les rites païens commencés à Babel. Les gens, qui aujourd’hui se sont donnés le nom de Chrétiens, observent les festivals babyloniens du Solstice à Noël et des Pâques, qui est le festival d’Ishtar, dont l’époux est mort un vendredi et a été ressuscité un dimanche. Cet époux a souvent porté plusieurs noms dans les cultes du mystère, comme Attis à l’Ouest et Adonis ou Orpheus et Dionysus parmi les Grecs et Bacchus parmi les Romains.

La Tour de Babel

www.jrmi.org/wp-content/uploads/images/nimrod.png" alt="" width="570" height="399" />

Une des machinations de Nimrod pour garder les gens sous son gouvernement a été de construire une tour si gigantesque qu’elle exciterait la crainte et l’émerveillement de chacun. Elle devait être le plus haut temple jamais construite et un monument au dieu-soleil au centre d’un gouvernement mondial (Genèse 11:5).

Les hommes ont travaillé comme des forcenés pendant une longue période de temps juste pour ériger la base de la tour. Puis, le temple a peu à peu pris forme vers le ciel. Le plan de Nimrod d’un monstre de brique qui surgirait de la plaine se déroulait bien.

Puis, Dieu est intervenu. Il a vu que Babel était seulement le début des choses que les hommes essayeraient de faire. S’ils étaient incontrôlés, ils développeraient la connaissance à une telle vitesse que le monde serait détruit bien avant les six mille ans alloués à Satan pour le contrôle de l’humanité. Ils deviendraient comme des élohim ou des dieux et ils devaient être arrêtés (Genèse 11:6). Imaginez ce qui arriverait si des hommes comme Nimrod avaient été capables de développer des armes comme nous avons aujourd’hui!
Le faux système d’adoration de Babel a donc été interrompu et dispersé et les langues ont été confondues, parce que l’homme progressait si vite dans la connaissance qu’il détruirait sûrement la planète longtemps avant les délais donnés à Satan.

Plusieurs Langues débutent :

L’Éternel a dit « Voici, ils forment un seul peuple et ont tous une même langue, et c’est là ce qu’ils ont entrepris ; maintenant rien ne les empêcherait de faire tout ce qu’ils auraient projeté. Allons! descendons, et là confondons leur langage, afin qu’ils n’entendent plus la langue, les uns des autres » (Genèse 11:6-7).

Puis, quelque chose est arrivé aux hommes qui travaillaient sur la tour. Ils ont commencé à s’accuser de ne pas parler simplement. Certains parlaient d’une façon, tandis que d’autres parlaient d’une autre manière. Moins ils comprenaient, plus ils se disputaient. Les arguments se sont développés en batailles. Ils cessèrent de bâtir la ville (Genèse 11:8). Dieu a fait en sorte qu’ils parlent de tant de façons différentes que le manque de communication a rendu impossible de continuer à travailler sur le temple. La tour a ensuite été appelée « Babel », parce que « Babel » voulait dire « confusion » dans la langue originale de Noé utilisée là (SHD 894) et elle a conservé cette signification depuis.

Ne comprenant pas leurs voisins, beaucoup de familles vivant dans la ville de Babylone ou près de celle-ci se sont éloignées pour vivre dans les parties éloignées du territoire. C’était ce que Dieu voulait qu’ils fassent (Genèse 10:25 et Deut. 32:7-8). Sa façon de les disperser, en embrouillant leur langage, a porté un dur coup au plan de Nimrod pour une croissance rapide de son royaume et un plus grand contrôle sur les habitudes, le comportement social et les coutumes de l’homme.
Dans les années qui ont suivi, tandis que les gens se dispersaient sur la terre, ceux qui restèrent à Babylone augmentèrent en nombre, de plus, beaucoup de voyageurs s’y établirent.

Nimrod planifie de gouverner la terre

Avec les années, Nimrod a construit d’autres villes sur les plaines de Schinear, en Babylonie. Il a étendu son royaume en Assyrie. Les fils de Cush, son père et ses frères, ont voyagé dans les continents de l’Asie et de l’Europe et même jusqu’en Égypte et en Éthiopiedans le continent de l’Afrique. Partout, ce culte a implanté la mauvaise tradition d’adorer le diable sous la forme d’un serpent ou comme le dieu-soleil. Nimrod a prétendu que Satan le diable avait une connaissance secrète que lui seul était capable de révéler à ses semblables. Un des noms associés à Nimrod a été compris par les étudiants de la Bible d’être une forme pour « Peter » ou Pawtah, qui est basé sur une racine principale signifiant « personne qui ouvre » dans la langue de la Chaldée et de la Babylonie et, plus tard, de l’hébreu.

                  Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Entretemps, plusieurs des habitants de la terre avaient peu ou rien à voir avec les voies de Nimrod. Certaines tribus avaient voyagé tellement loin de Babylonie, qu’ils n’étaient même pas au courant du début de l’adoration des idoles. D’autres se souciaient peu de Dieu ou des idoles. Un petit nombre de gens ont choisi de continuer à obéir à leur Créateur. Sem, un des fils de Noé, était un leader parmi les disciples de Dieu. Pendant beaucoup d’années, il a travaillé contre la vague d’adoration des idoles qui se répandait de Babylone.

Sem était le plus jeune fils de Noé et le grand-oncle de Nimrod. Comme sacrificateur du Dieu Très-Haut, Sem avait le devoir de s’opposer à Nimrod. Ce n’est pas clair comment Nimrod est mort. Mais il est mort et Sem lui a survécu pendant plusieurs années. Le sacerdoce de Sem était basé à Jérusalem et certains parmi les rois qui se trouvaient là, étaient des souverains sacrificateurs appelés Melchisédek ou Adonai-zedek, signifiant Mon Roi est la Justice ou Mon Seigneur est la Justice. Abraham a, plus tard, payé la dîme à Sem ou à un de ses souverains sacrificateurs à Jérusalem.

La mort de Nimrod a été une surprise choquante pour ses disciples. Ils ne pouvaient pas comprendre comment ou pourquoi on pouvait permettre au souverain sacrificateur du dieu-soleil de mourir. Il y a eu tellement de sujets qui ont perdu la foi en leur héros que le système religieux de Nimrod a commencé à s’écrouler.
Mais Satan n’était pas sur le point de renoncer à sa lutte pour détourner l’homme de son Créateur. Il a travaillé d’une façon très astucieuse et utilisé la mort de Nimrod pour inciter les hommes à continuer leur adoration des idoles. Satan avait un plan pour faire en sorte que les religions païennes deviennent non seulement de plus en plus populaires à ce moment-là, mais pour qu’elles durent pendant des milliers d’années!

La Femme de Nimrod, Sémiramis

Pour comprendre comment c’est arrivé, nous devons savoir quelque chose à propos de la femme de Nimrod, appelée Ishtar ou Easter (Pâques). La Bible se réfère à elle comme Astarté. Beaucoup de personnes l’ont appelée Sémiramis. Son type lascif de pratiques est toujours continué en Afrique, aussi loin qu’en Ouganda (voir Frazer, The Golden Bough, ii, 275). La colombe dorée est associée à Sémiramis et on la connaît aussi comme la Cybèle phrygienne et l’Atargatis syrienne.www.celebrerladeesse.net/uploads/6/4/5/3/6453183/9267278.jpg" alt="Picture" /> Le nom Atargatis est une traduction grecque pour l’épouse du Baal de Tarse, qui est maintenant la Syrie. Le nom était autrefois Atheh-atheh, qui a le nom de la déesse de Tarse. Son culte se retrouvait aussi au nord à une place nommée Hieropolis-Bambyce, près de la rivière Euphrate (voir Frazer ibid v, 162 et n 2,3).

Quand son mari a été tué, elle est prétendument devenue la dirigeante de son royaume. Mais étant donné que beaucoup de ses sujets croyaient que Nimrod n’était pas l’être divin qu’il revendiquait être, Sémiramis a eu peur de perdre le contrôle sur eux. Elle savait qu’elle devait penser à quelque chose qui semblerait être un grand miracle – quelque chose qui remplirait les gens de crainte et leur montrerait que Nimrod était vraiment un dieu.

Afficher l'image d'origineQuelques temps après la mort de Nimrod, Sémiramis a donné naissance à un bébé garçon. C’était exactement ce que cette méchante femme avait besoin pour exécuter son plan avide. Elle a propagé la nouvelle que le bébé n’avait pas un père humain, mais qu’il avait été conçu par un rayon magique de lumière du grand dieu-soleil. On disait qu’il était le fils de Nimrod, venu pour restaurer le gouvernement de son père.

Ce mensonge épouvantable était probablement difficile à croire pour certains. Néanmoins, la reine a réussi à garder le contrôle du royaume. Nimrod a été vu de plus en plus comme le dieu-fils. De plus, par ses efforts, Sémiramis a commencé à être adorée comme une mère de dieu. Elle était aussi connue comme ‘La Mère Vierge’et ‘La Reine du Ciel’ (Jérémie 7:18 ; 44:17-19,25). Elle a été la première dirigeante religieuse du monde. Le culte qui l’a suivie était le culte de Cybèle, comme la déesse Mère au Moyen-Orient.

Tout cela est arrivé, il y a plus de quatre mille ans. Cela a été le début comme tel des diverses religions païennes et son effet a été si grand au cours des siècles que même aujourd’hui, beaucoup de personnes adorent une ‘Reine du Ciel‘, bien qu’il n’y ait jamais eu une telle personne.

www.faithbyreason.net/wp-content/uploads/2015/02/semiramis-maria.png" alt="Afficher l'image d'origine" />
Satan a travaillé d’une façon si astucieuse que ces anciens symboles d’adoration des idoles, ces dates, ces coutumes, ces idées et ces traditions ont tous été mêlés dans la façon dont la plupart des personnes adorent aujourd’hui. Ces choses du passé, mentionnées dans la Bible comme ‘les mystères cachés‘ cachent toujours la vérité aux millions qui veulent vraiment obéir à Dieu.

Les fêtes païennes observées aujourd’hui :

Dieu nous dit dans les Écritures de ne pas apprendre les coutumes des adorateurs d’idoles (Jérémie 10:2 et Deut. 12:30-31). Par ailleurs, beaucoup de dirigeants religieux nous disent sincèrement qu’il serait païen de ne pas observer le 25 décembre comme un jour férié. Cette date a été célébrée par ces anciens païens, comme le jour de la naissance de l’enfant de la Mère du Ciel associée à Nimrod et au dieu-soleil!

Afficher l'image d'origine

Sémiramis et ses disciples ont soi-disant affirmé que le 25 décembre, un conifère a poussé durant la nuit d’une souche morte à Babylone et que Nimrod retournerait secrètement à la même époque, à chaque année, pour laisser des cadeaux sur l’arbre. Ça été le commencement réel de ce qui est maintenant célébré comme Noël. Le père Noël est venu beaucoup plus tard et nous l’avons examiné dans une autre étude. Voir l’étude Pourquoi nous ne célébrons pas Noël [CB024].

Afficher l'image d'origine
Un autre temps observé par les festivals religieux mondiaux est celui de la naissance de Sémiramis ou Ishtar. Elle a faussement revendiqué d’avoir vécu comme un esprit avant le déluge et d’être descendue du ciel dans un œuf énorme déposé dans la rivière Euphrate. La déesse dans l’œuf d’Isthar (l’œuf de Pâques) n’était personne d’autre que Sémiramis sous un autre nom.

Easter (Pâques) est mentionné dans la Bible King James (Actes 12:4). Cependant, il a été mis là faussement par les traducteurs à la place du mot ‘Pâque’. La Pâque est un des temps que Dieu veut que nous observions, tandis que le dimanche de Pâques, avec ses anciens services au lever du soleil, est entièrement païen (1Corinthiens 5:7-8). Voir l’étude Les Jours Saints de Dieu [CB022].

Nous pouvons maintenant commencer à comprendre comment Satan a utilisé Nimrod et Sémiramis pour emmener les humains à croire à des mensonges (Apoc. 12:9), de la même manière qu’il a emmené Ève à croire le premier mensonge.

Les autres dieux de cette histoire sont d’autres mensonges, comme le dieu Attis, qui était considéré être le dieu qui était le Père autant que le Fils, qui est venu sur la terre et qui a été tué sur un arbre, puis envoyé en Enfer un vendredi et ressuscité un dimanche. C’est l’origine de l’histoire de Pâques et elle n’est pas la même que celle de Christ, qui a été tué à la Pâque. C’est aussi l’origine du Dieu Triune (la Trinité) qui est entré dans le Christianisme.
C’est le faux système que nous nommons le Mysticisme et il a pénétré toutes les religions du monde. Cependant, Satan ne sera pas toujours capable de tromper les gens. Le temps vient bientôt quand son pouvoir lui sera enlevé pendant mille ans (Apoc. 20:1-3). À ce moment-là, les fausses religions vont disparaître. C’est avec joie que le monde recevra ensuite toute la vérité – dont une grande partie nous a été cachée pendant si longtemps. Lien source

LE SEIGNEUR DE NOËL « NIMROD »

Nimrod, qui a construit Babel ou Babylone, a conçu un modèle de gouvernement mondial en rébellion contre Dieu et cherchait à établir un monde, un gouvernement dans le pays de Schinear (qui est aujourd’hui connu comme l’Irak) et d’instituer un système de culte païen qui ont rejeté Dieu.

The Nimrod tree. Le Seigneur de Noël

« Nimrod a commencé la grande apostasie organisée dans le monde qui a dominé jusqu’à maintenant. Nimrod a épousé sa propre mère, dont le nom a été Sémiramis. Après la mort de Nimrod, sa mère que l’on appelle-épouse, Sémiramis, a propagé la doctrine du mal de la survie de Nimrod comme un être spirituel. Elle a demandé une pleine maturité d’un arbre à feuilles née du jour au lendemain d’une souche d’arbre mort, qui symbolisait la vie jaillissant vers la nouvelle de la mort de Nimrod. À chaque anniversaire de sa naissance, selon elle, Nimrod aurait visité l’arbre à feuillage persistant et laisser des cadeaux sous cet arbre. Le 25 décembre, c’était l’anniversaire de Nimrod. C’est la véritable origine de l’arbre de Noël. « 
-The Plain Truth propos de Noël :par David J. Stewart | Décembre 24th, 2005.

« Donc, notre arbre de Noël – et notre bûche – ont un sens énorme, mais pas un sens chrétien. La bûche de Noël est la mort de Nimrod, souverain de l’homme de l’ancienne Babylone, qui a finalement été édifié comme l’incarné du soleil, et donc un dieu. L’arbre de Noël est mystique à Tammuz, le dieu tué revenu à la vie »
-Après Armageddon-Chapitre 4 :Où trouvons-nous nos idées? par John A. Sarkett

La véritable origine de Noël

Afficher l'image d'origine« La véritable origine de Noël remonte à l’Antiquité de Babylone. Il est lié à l’apostasie organisée avec laquelle Satan a saisi un monde trompé durant plusieurs siècles! En Egypte, il a toujours cru que le fils d’Isis (nom égyptien de « Reine du Ciel ») était né le 25 Décembre. Sémiramis portait aussi le titre de « Reine du Ciel» – et elle était la mère de Nimrod. Le paganisme a célébré cet anniversaire la plus célèbre du monde connu pendant des siècles avant la naissance du Christ. « -The Plain Truth propos de Noël par David J. Stewart | Décembre 24th, 2005

« Noël comme une fête païenne depuis des milliers d’années retrace la fête d’un homme du nom de Nimrod, fondateur de Babylone païenne antique. « -Noël Unwrapped De la chaîne History Channel par Alan Mansager      

 Le 25 Décembre a été très honoré et reconnu par les partisans de Nimrod … Plusieurs siècles plus tard cette coutume païenne a été « christianisée » comme étant l’anniversaire du Christ. « 
-La véritable origine de Noël et autres fêtes. Qui était vraiment né le Décembre 25? L’Institut Gilead d’Amérique

Une tromperie de Satan

www.israelites-guadeloupe.com/uploads/6/1/9/5/6195162/2113565_orig.jpg" alt="Afficher l'image d'origine" width="272" height="265" />« Jésus-Christ n’est pas né le 25 Décembre. Mais du 25 Décembre on peut remonter à la Genèse et à un homme du nom de Nimrod. Nimrod fut le fondateur d’un grand système religieux faux qui a commencé à L’ancienne Babylone et qui a toujours opposé les vérités de Dieu. Il est temps de faire face à la réalité! Ce monde est trompé, tout comme Dieu a prophétisé qu’il le serait (Apoc. 12:9). Satan est la puissance derrière cette tromperie. Satan a réussi à gage de l’ancienne douane de la religion babylonienne mystèrieuse comme un plaisir à Jésus-Christ. « 
– Pourquoi Noël est (pas) si important à Dieu : En Jenkins Hilliker Carl et Mark Décembre 2002, article; La Trompette

« Noël … n’a pas été instituée par le Christ ou les apôtres, ni par l’autorité biblique. Il a été repris par la suite du paganisme. « 
-Encyclopedia Britannica, 1946 Edition

Nimrod meurt d’une façon humiliante. On raconte qu’un moustique s’est introduit dans son nez, provoquant d’atroces migraines. Il demande à tous les passants de lui donner une tape sur le crâne dans l’espoir de faire tomber le moustique. C’est ainsi que celui qui se prenait pour un dieu meurt victime d’un moustique.

Baal/Marduk était adoré des Chaldéens, des Babyloniens et des Sidoniens, on lui offrait des victimes humaines, principalement de jeunes enfants, pour obtenir de belles récoltes ou la déroute des ennemis .

Afficher l'image d'origine

Jérémie 19:5 « Ils ont bâti des hauts lieux à Baal, Pour brûler leurs enfants au feu en holocaustes à Baal : Ce que je n’avais ni ordonné ni prescrit, Ce qui ne m’était point venu à la pensée. »

À ce culte est associé la prêtrise, et des sanctuaires sur chaque colline, appelés hauts lieux. Des prostitués, mâles et femelles, servaient sexuellement sur les hauts lieux, et pratiquaient aussi le sacrifice d’enfants.

Selon le témoignage de « Svali »« On m’a enseigné que les Illuminati remontent aux antiques pratiques qui étaient connues dès le début des temps historiques, dès l’époque des Babyloniens, qui avaient érigé des ziggourats pour leurs divinités, celles à qui les Illuminati rendent encore un culte. Ils sont fiers du fait qu’ils ont hérité d’une tradition soi-disant ininterrompue depuis cette époque. Les noms ont changé, mais le groupe de base est resté le même. », « Mais si vous m’interrogiez sur le temple maçonnique d’Alexandrie, en Virginie, ou sur « l’Institut » de Charlottesville, ou sur le petit bosquet que je connais au Canada avec une statue en bronze de Baal, je pourrais vous répondre. », « La statue de bronze (ou d’or ?) de Baal se trouve au milieu d’un bosquet sacré, dans une grande propriété privée, entre Québec et Montréal. », « Le plus souvent, ce sont des animaux qui sont sacrifiés au cours de leurs rituels. C’est ce que j’ai pu constater. En raison de mes fonctions de formatrice principale, j’ai dû assister, mais très rarement, à des sacrifices humains. Ils sont rares, mais horribles. », « Un conseil de direction métropolitain comprend 13 membres: un « Baal » (chef),[…]Les « Baalim » et leurs assistants dépendent d’un conseil de direction régional. », « Les Illuminati eux-mêmes disent qu’ils remontent à Babylone, vers l’année 3900 avant Jésus-Christ ».

Chaque année, au mois de Juillet, de hauts dirigeants de l’économie, de la finance et de la politique se réunissent au parc Bohémian Grove, [« la colonie de vacances » la plus prestigieuse du monde. Le Bohémian Grove tient ses réunions à 120 kilomètres au nord de San Francisco. Les 1500 hectares de retraite hautement protégés sont un état dans l’état exclusivement réservé aux mâles du Bohémian Club auquel chaque président républicain depuis Herbert Hoover a appartenu.] et participent à un bûcher nocturne devant une immense statue de hibou qui serait une représentation de Moloch, une divinité à laquelle les Carthaginois offraient des sacrifices humains. Selon des témoignages, des sacrifices humains ainsi que des rites sataniques à caractère sexuel auraient lieu dans les parties éloignées du parc. Il est probable que seule une partie des convives y participent.

Afficher l'image d'origine

En réalité, d’après des découvertes récentes à Carthage, le mot « moloch » désignerait en fait le sacrifice lui-même, molk, et non une divinité, qui aurait été inventée pour traduire l’expression. Le molk désigne, dans le monde sémitique et carthaginois, le sacrifice sanglant constitué par l’offrande des prémices, qu’il s’agisse de nouveau-nés des troupeaux, des premiers fruits de la récolte ou de l’enfant premier-né. Ces sacrifices étaient en fin de compte offerts à Ba’al Hammon, la divinité centrale de la religion carthaginoise. Le culte de Baal/Marduk, divinité tutélaire de Babylone, y avait été antérieurement pratiqué. Lien

Nimrod et la Tour de Babel, les descendants de Nimrod essayent de refaire ce que leur patriarche avait commencé et échoué. Nimrod a été interrompu par Dieu, car il travaillait déjà dans ce projet de gouvernement mondial : une seule voix, une seule langue, un seul gouvernement… Deux lignées vont se confronter à la Fin des Temps, celle maudite de Nimrod contre celle bénie d’ Abraham*.

* Que la Paix et la Bénédiction d’Allah swt soient sur tous Ses Prophètes et Messagers

À Suivre…

eschatologiablog

Visites : 386

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

Communauté

épanews est le 1er réseau social dédié à l'épanouissement et au bien-être.

Rejoignez notre communauté pour partager textes, photos et vidéos sur le thème du développement personnel.

à ne pas manquer

Stages, formations, etc.

Annonces gratuites

© 2018   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation