Aider chacun à devenir l'"auteur" de ses projets

Aider chacun à devenir l’auteur de son propre projet

Cet article vise plutôt à considérer l’individu comme un « auteur » et un « acteur » à part entière.
La démarche proposée ne se considère ni comme une règle exemplaire ni comme la recette pour réussir l’accompagnement d’un individu en interrogation par son projet.
Il s’agit plutôt d’un point de vue pouvant servir d’appui aux interrogations relatives aux différentes conceptions, philosophies et techniques permettant à chacun de devenir l’auteur de ses projets.

Le terme de projet est une notion complexe et polysémique rencontrée dans de nombreux domaines (soins, professionnel, de vie, politique, pédagogique, de société, thérapeutique, spirituel…)
Différentes techniques, approches, savoir-faire et savoir-etre liés au projet individuel sont l’illustration de conceptions très différentes de l’individu (acteur et auteur ou consommateur ou « victime » de son projet….) sous-tendues par des philosophies aliénantes, libératrices ou de prise de conscience par exemple…

Trois éléments jouent un rôle dans cette accession à l’autonomie de son projet : l’auteur, le projet, l’accompagnant ou le facilitateur.

La démarche d’accompagnement de l’auteur du projet nécessite de prendre en compte quelques principes pour favoriser sa réussite.
Le projet doit s’appuyer sur le principe de réalité concrétisé par les capacités, les motivations et la volonté de son auteur ainsi que la prévision et la prise de conscience des situations à affronter.
Avec le principe de congruence, l’auteur doit se reconnaître dans son projet en exprimant ses besoins, ses désirs, ses idées…
Pendant tous les temps de sa réflexion parcourant les différentes étapes de la conception de son projet, son auteur doit pouvoir se poser au moins deux types de questions : « Est-ce possible ? » et « Si je fais cela, que va-t-il se passer ? ».
Beaucoup de projets entre dans un projet plus vaste de vie : projet professionnel, de formation, de découverte, de loisirs…. C’est ce qu’illustre le principe d’emboitement ou encore appelé de « poupées russes ». Les différents projets et activités humaines d’un individu prennent plus de force, d’énergie, d’harmonie et de conscience lorsque les liens entre eux sont clairement visualisés et établis. Cette conception favorise également la notion d’être acteur de son projet : l’écrire et le « jouer », le « présenter » et le « représenter » dans sa vie.
Le projet s’inscrit dans le temps .Il est important de visualiser des étapes d’évolution et de progression du projet personnel de l’intéressé. Il s’agit ici de proposer des repères temporels et spatiaux qui revêtent et prennent sens, pour l’auteur, en bâtissant des étapes successives de l’idée jusque la réalisation du projet. Il peut s’agir d’un planning, un échéancier, un schéma prévisionnel d’activités et d’actions, un agenda de rendez-vous, une modélisation, une carte de « mind-mapping »…
L’accompagnant, le facilitateur ne doit pas se substituer à la place de l’auteur. Sinon cette attitude développerait de la dépendance, de l’assistanat, de la passivité n’alimentant pas la dynamique de l’accession à la créativité et l’autonomie du projet personnel de son auteur.
Le facilitateur est plutôt un catalyseur du projet animé du principe du respect des particularités de l’homme et de la femme porteur de son projet. L’accompagnant, avec le principe de maïeutique, par des questions et des reformulations, aidera l’auteur à formuler et clarifier ses propres souhaits et à en être conscient.
Il proposera, selon le principe de libre choix et d’information, des informations pouvant éclairer et enrichir le projet personnel mais surtout en veillant à ne pas obliger l’intéressé à en tenir compte.

De nombreuses définitions du mot projet existent et sont influencées par les idées, les événements sociaux, économiques, culturels, politiques et historiques du « moment », les conceptions et approches philosophiques de l’Homme et de sa vie dans la Société et l’Univers …

Pour le Petit Robert le projet est : « une image d’une situation, d’un état que l’on pense atteindre » ; « tout ce par quoi l’homme tend à modifier le monde ou lui-même, dans un sens donné. »

Jean-Paul Sartre disait que « l’enjeu de tout projet est cette conquête de liberté par l’appropriation du présent pour mieux se jeter à la conquête de demain, pour tenter de maitriser ce qui est l’objet d’incertitude et donc , de souci ou d’angoisse. »

Pour Charles Maccio, le projet « est toujours relatif à une situation à améliorer ; à des difficultés à surmonter, à des injustices à réparer par des personnes concernées ayant pris conscience que c’est par elles seules que leurs problèmes pourront s’améliorer….Le projet est un outil que les personnes se donnent pour rester maitresses de leur destin, pour surmonter les déterminismes et adaptations aliénantes. »

Finalement « aider chacun à devenir l’auteur de ses projets « est ce une réalité, une utopie, un désir, un souhait, une ambition, une impossibilité, une croyance ou une volonté ?



Jean Paul PARENT
jeanpaulparent@yahoo.fr



Visites : 114

Commentaires bienvenus

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de ‘épanews’.

Rejoindre épanews (c'est gratuit)

© 2017   ↑ Menu | Créé par l'association épanews    

Liens  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation